6/10

Mon beau-père, mes parents et moi

La Famille Foldingue

Mon beau-père, mes parents et moi (Meet the Fockers) est la suite de Mon beau-père et moi (Meet the Parents) sorti en 2001.
Tout d'abord, une petite remarque sur le titre français qui perd du comique de l'anglais qui signifie « rencontre les enculés ». Passé ce détail linguistique, le nouveau film de la série des Mon beau-père est toujours réalisé par Jay Roach, le fameux réalisateur, entre autres, des 3 Austin Powers.

On y retrouve avec un plaisir non dissimulé un Ben Stiller (Greg Focker) maladroit et malchanceux, un Robert De Niro (Jack Byrnes) parfaitement ronchon, une Teri Polo (Pam Byrnes) toujours aussi dénuée de saveur et une Blythe Danner juste dans son rôle de Dina Byrnes.
Les nouvelles recrues du casting sont impressionnantes et d'une drôlerie conséquente, jugez plutôt: Dustin Hoffman (Bernie Focker), en père juif au foyer et Barbra Streisand (Roz Focker) en mère conseillère sexuelle pour personnes du troisième âge.
Un dernier acteur, et non des moindres, vient s'ajouter à la liste, il s'agit en fait des deux acteurs jumeaux Spencer Pickren et Bradley Pickren qui jouent tour à tour le rôle du petit Jack, le petit-fils de Jack Byrnes.

Le casting choisi, il fallait désormais trouver un lieu. Après la maison des Byrnes dans le premier volet, on se retrouve ici dans celle des Fockers. Passés quelques gags introductifs délicieux et intenses qui donnent la part belle à Stiller, la rencontre entre les deux familles peut commencer.
Et là, le décalage entre les conservateurs (les Byrnes) et les démocrates hippies (les Fockers) est frappant. Les scénaristes jouent à fond la carte des divergences entre les familles au travers de différences de valeurs, de façon de s'habiller, de parler, de se comporter... Cela donne lieu à de nombreuses scènes jouissives où les secrets que Gay Lord voudrait conserver sont révélés au grand jour et à des quiproquos savoureux.
Plus loin que cette confrontation entre deux genres de vie, le film nous offre des gags animaliers souvent classiques, de l'humour légèrement vulgaire sans originalité et, dans les 30 dernières minutes, une morale destructrice du rythme humoristique jusqu'alors présent.
Néanmoins, un certain nombre de moments resteront dans les esprits comme cette discussion à la fois mignonne, touchante et hallucinante entre De Niro et le petit Jack, les faux seins pour allaiter, le personnage de Jorge Villalobos, les jeux de mots sur le nom Focker (incompréhensibles ni traduisibles en français) et le magnifique quiproquo avec Greg et le bébé.
On notera aussi les guests de l'hôtesse de l'air du premier et d'Owen Wilson, en soi-disant prêtre.

La plupart des moments drôles étant téléphonés, Mon beau-père, mes parents et moi perd de la surprise et de l'aspect délirant du premier. De plus, des longueurs apparaissent clairement à cause de la dernière demi-heure moraliste qui était largement dispensable. Au final donc, un bilan mitigé pour un divertissement qui reste amusant.

A découvrir

fil de la vie (Le)

Partager cet article
A voir

Constantine

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Shanks Dulacre

    20/02/2005 à 19h06

    Répondre

    Tout a fait d'accord avec cette critique ; c'est la meme reaction que j'ai en finissant de voir le film. Peu de surprise par rapport aux gags mais ils restent toujours aussi droles (nous avons tout de meme á faire à de bons et grands acteurs)."clein d'oeil" le nom FOCKER oui joue un tres grand role dans le film surtout qu'ici yen a plus un mais trois du meme nom et bébé apporte un bon coup d'oxygene au film.
    Bref Le film est bon et tres amusant on passe du bon temps et on s'ennuie pas du tout, moi je le conseille vivement pour un bon moment de detente quand on fini une dure journée de travail et que le monde nous ennuie.

  • Veterini

    21/02/2005 à 11h14

    Répondre

    bah je l'ai hélas vu pour faire court, je dirais que si on supprime le fait que les "Fockers" s'appelle fourniquet y a plus de film.

  • Bzhnono

    21/02/2005 à 13h18

    Répondre

    Je suis allé voie le film hier soir et j'ai bien aimé. Bon, d'accord c'est pas un chef d'oeuvre (loin de là même), mais ça reste une petite comédie sympathique sans autre prétentions que de faire rire. Il y arrive assez bien.
    Le duel De Niro/Hoffman n'est pas excellent mais quand même bien réussi, on assiste à la confrontation d'un ultra nationaliste et d'un hippie sexagénaire, et c'est quand même bien drôle. Dustin Hoffman et Barbara Strezisand sont, à mon avis, les deux meilleurs acteurs du film par leur côté exhubérant. Mention très spécial pour Dustin Hoffman qui gesticule dans tous les sens et parvient à déclencher l'hilarité parfois (ce que n'arrive pas à faire les autres acteurs).

    Voilà pour le meilleur, sinon les gags s'enchainent, sans forcément être toujours drôle, mais nous décrochant le plus souvent un sourire amusé.

  • bousk8

    22/02/2005 à 13h02

    Répondre

    J'avais vraiment aimé [i]Meet the parents, alors j'attendais cette suite avec une impatience relative.
    Tous ce qui a été dit avant est plutôt juste, mais je dirais ce qui fait le charme indéniable de Meet the Fockers [/i]reste le numéro impressionnant de Dustin Hoffmann, on dirait qu'il a fait une cure de jouvance, à plus de 60 ans se remuer comme ça c'est pas croyable, certes, il en fait quelques fois des caisses mais dans l'ensemble il maîtrise parfaitement le rôle du père de catastrophe-man Stiller.

    Au final donc, une suite légèrement en deça du premier mais qui reste néanmoins de très bonne facture, si toutes les suites pouvaient être de cette qualité...

    PS: Au passage, très bonne prestation de Babara Streisand à qui l'on a bien fait de la saouler pour revenir au cinéma pour ce rôle.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques