8/10

Battle Royale 2 : Requiem

Trois ans ont passé depuis le premier opus. Shuya et Noriko, les survivants du jeu, ont fondé les Wild Seven, un groupe de résistants qui a déclaré la guerre aux adultes en perpétrant un attentat gigantesque. Le groupe est retranché sur un île abandonnée. Shiori, la fille de Kitano (le prof du premier), décide de s'engager volontairement dans le prochain Battle Royale pour comprendre les dernières pensées de son père. Elle intègre une classe de délinquants qui est choisie pour le jeu. Seulement les règles ont changé : les élèves se battent désormais ensemble et doivent tuer Shuya sur l'île en 72 heures. Ils sont tous munis de colliers et jouent par paire : si l'un meurt, le collier de l'autre explose. Après les explications du prof, un débarquement et un assaut musclé, les élèves arrivent enfin au contact des Wild Seven... Mais ce n'est qu'un début.

Passé la séquence de départ qui va en impressionner plus d'un, on croit se retrouver devant une simple suite du premier dopé à la sauce Soldat Ryan. En effet, si on retrouve les adolescents braillards et la musique classique, les combat sont devenus des scènes de batailles très nerveuses tournées caméra à l'épaule avec des balles sifflant de tous les côtés et des impacts bien sanglants... Ce second opus fait davantage penser à un film de guerre. Le côté jeu est rappelé par l'affichage du nombre de survivants. Le sadisme et l'ultra-violence de Battle Royale sont restés notamment avec les colliers ce qui donnera lieu à de nombreuses scènes gore. On en prend vraiment plein les yeux avec du combat non-stop jusqu'à la rencontre avec les Wild Seven puis la bataille reprend de plus belle après une bonne pause. On regrettera par contre les trop nombreuses scènes où les élèves racontent leur vie sur fond de piano. En pleine bataille, cela ne passe vraiment pas. Heureusement, les acteurs jouent très bien et font clairement ressentir la folie et le désespoir de la situation. Le prof est très proche de la version manga et nettement moins charismatique que Kitano. Heureusement que son rôle est bien différent.

De quoi parle Battle Royale 2 au-delà du nombre impressionnant de morts qu'on voit dans ce film ? L'amitié est un peu mise de côté sans être oubliée pour faire essentiellement place aux rapports (ici musclés) enfants/adultes. Comme ils ne veulent pas grandir et ressembler à leurs parents qui les ont envoyés au jeu, ils préfèrent les affronter pour essayer de les comprendre. Mais l'idéologie du film ne s'arrête pas là. En effet, il prône ouvertement le terrorisme, le sacrifice, la lutte armée parfois des enfants et surtout l'anti-américanisme. Que ce soit à travers certains dialogues ou dans de nombreux passages, le film cherche à dénoncer la toute puissance sanguinaire du gendarme du monde.

Kinji Fukasaku (enfin plutôt son fils car son père est mort pendant le tournage) nous livre ici un film étonnant qui ne surpasse pas le premier dans la beauté et l'horreur mais qui atteint une autre dimension. Certains vont le trouver encore plus malsain de par le message qu'il délivre mais le réalisateur a eu le courage d'aller jusqu'au bout de ses idées.

Partager cet article
A voir

Barton Fink

A propos de l'auteur

    6 commentaires

    • Pedrof

      29/12/2005 à 16h46

      Répondre

      j'ai adoré cette suite, elle prend un virage par rapport au premier volet tout en étant assez proche dans la structure du film.

      Batte Royale 2 n'est pas qu'un film d'action, c'est aussi un film politique.
      Je ne pense pas que BR2 prône le terrorisme. BR2 ne prône pas le meurtre de personnes innocentes. JE PRECISE QUE, à aucun moment, le film donne entièrement raison au chef des Wild Seven au sujt de l'attentat qui coûta la vie à la famille de Takeuchi Riki. Nanahara Shuya lui-même se remet sans cesse en question, chaque jour durant du reste de sa vie. C'est un élément très important à préciser, car il serait facile pour certaines personnes de faire l'amalgame "terrorisme=ben laden=alqaida=11 sept 2001 the twin towers"="br2 pro ben laden" ===> TOTALEMENT FAUX !!! et c'ets pourtant le raisonnement qu'a suivi plein de gens parès avoir vu ce film !

      L'une des grandes qualités du film est, à l'instar du premier volet, de disposer d'une grande profondeur de propos ; je veux dire par là que les deux films battle royale sont très ouverts à toutes sortes de réflexions et encouragent brillament le spectateur à réfléchir après la projection.

      Un exemple récent dans ma tête : le parti pris du film pour les combattants enfants et wild seven par rapport à l'armée et les adultes : la grande majorité des visages des soldats dans le film reste dans l'obscurité, comme si ceux-ci n'avaient pas d'identité, pas d'âme, pas de personnalité ; ils ne font que tuer, impitoyablement et presque sans raison, juste parce que leurs supérieurs leur donnent l'ordre de le faire

      ===> critique de l'armée : les soldats ne sont que des pions humains sur l'échiquier d'une minorité d'hommes politiques jouant à déplacer et à détruire (oui c'est bien le mot) des tas de vies humaines.

      ====> critique de l'âge adulte : quand on est adulte, quand "on se dit" adulte, on perd ses rêves, son audace, on se range et on se soumet dans le marasme ambiant de la vie de tous les jours ; on devient comme ces soldats sans âme exécutant leurs basses basognes sans état d'âme, sans émotion, et sans perspective d'avenir... sans motivation, sans goût, pourrais-je rajouter

      A côté de cela, les enfants, opprimés de la pire des façons (contexte déjà existants pour les enfants des pays en guerre avec les US et leurs bombes + contexte du Battle Royale, cette terrible loi envoyant des enfants s'entretuer et périr dans l'horreur la plus complète), ont le courage d'espérer encore un monde meilleur (leur véritable force que veut souligner le réalisateur, je pense), de prendre les armes et de se battre pour atteindre leurs idéaux ; contrairement à ce que certains pensent, le film n'est pas un appel à la violence, les enfants sont ici REDUITS à utiliser la violence pour espérer acquérir le minimum syndical auquel ils devraient avoir droit : une enfance paisible. N'oublions pas le contexte du film, c'est très pessimiste, la société est devenue telle que le recours à la violence si on veut survivre est INDISPENSABLE (et allez, on tombe encore sur une hyperbole du système éducatif japonais, où la règle est chacun pour sa peau).

      Le film n'excuse pas le comportement des jeunes, il condamne celui des adultes, véritables responsables de ce qui arrive en ce moment.

      La jeunesse représente la fougue, le rêve, la joie de vivre et la grandeur de perspectives d'avenir pas encore rétrécies par la "maturité" de l'arrivée à l'êge adulte.
      En gros, la jeunesse, c'est beau, c'est ce qui forment les adultes de demain, et elle ne devrait pas être condamnée à faire la guerre, assassiner ou ramper sous les bombes d'une certaine hyperpuissance.

      j'espère avoir été assez clair...

      Je cite une phrase de Shuya : en gros, si on oublie tous les morts qu'il a fallu pour arriver à la paix, la paix ne vaut pas plus qu'une merde de chien

      Il faut des morts pour arriver à la paix ==> faiblesse de l'humanité

      Surtout ne pas mépriser la paix, ce serait mépriser les personnes qui ont donné leur vie pour l'installer, volontairement ou involontairement.

      Je vois plus trop le rapport avec le sujet du film, mais bon c'est bien vrai tout ça, non ?

      J'ai presque préféré ce film à Battle Royale 1, car pour une fois, une suite ne se contente pas d'être un copier-coller de l'original.

      Autant des éléments restent, autant une forte dimension politique apparaît.

      Je cite aussi le changement quand même du jeu en lui-même, autant BR est un deathmatch, autant BR2 est un team deathmatch (les amateurs de fps verront la différence )

    • Anonyme

      29/12/2005 à 16h57

      Répondre

      J'ai pas vu Battle Royal 2 (autant le dire de suite), mais ta réflexion dessus ma donnait envie de le voir. Affaire à suivre...

      Bienvenue à toi Pedrof

    • Pedrof

      29/12/2005 à 19h14

      Répondre

      vois-le et j'attends ton opinion ! on pourra en débattre

    • Anonyme

      09/09/2007 à 23h45

      Répondre

      Au début j'ai trouvé ce film très mauvais, l'ambiance du premier n'y était pas, sans doute à cause du prof qui cabotine un max... Puis petit à petit je l'ai pris pour ce qu'il était: Un gros nanard!


      Et là c'était la révélation! Ce film est super rigolo à voir. Les invraissemblances sont tellement énormes que c'en est bon, le père Shuya balance une banalité à la seconde. Amusez vous à compter les scènes de mort héroïques ("les mecs, avec vous j'ai eu de vrai amis! argh!").


      Le Must: la plus beau rateau de l'histoire du cinéma: "Keiko! Je t'aime!" réponse de l'intéressée: "Alors tu peux partir!"


      Dommage mec t'était trop moche pour la belle Keiko, ça doit être à cause de tes lunettes rouges.


      Allez même si le propos est super nauséabond, même si les acteurs sont mauvais et même si le scénar est débile. Regardez cette daube vous passerez un bon moment.


      ps: J'ai bien aimé le premier opus.

    • Anonyme

      12/01/2009 à 16h34

      Répondre

      j'ai vu le 1 mais pas le 2 dans le 1 se qui est bien ses qu'il y'a une histoire alors que celui n'est que tuerie

    • Anonyme

      14/02/2010 à 21h35

      Répondre

      encore plus chargés démotion et daction que le 1 er film    BRAVO


       

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

    Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

    Rubriques