6.5/10

Bataille à Seattle

Affrontements idéologiques entre altermondialistes et l'OMC mélangés à la petite histoire de quelques acteurs de ces manifestations : une bien étrange mixture.

S'il fallait résumer Bataille à Seattle, une phrase issue du film conviendrait parfaitement. « Avant personne ne savait ce qu'était l'OMC. Aujourd'hui, personne ne sait ce qu'est l'OMC, mais tout le monde sait que c'est le mal. ». Car dans Bataille à Seattle, le grand méchant est trouvé : l'Organisme Mondial du Commerce qui a créé les bases de l'homme exploitant l'homme.

Concours de mégaphone
Concours de mégaphone
Les événements décrits dans le film se déroulent pendant le sommet de l'OMC de 1999 à Seattle, un sommet qui a vu s'affronter les militants anti-OMC et la police. Stuart Townsend n'oublie pas de mentionner au début que les personnages sont purement fictionnels, mais que bon quand même ils auraient pu exister alors hein... Le film s'offre une plongée dans ces manifestations par différents regards, de celui du maire de la ville à ceux des militants, du point de vue d'un membre de Médecins Sans Frontières à un policier et sa femme enceinte. Autant de points de vue différents, autant de façons d'aborder le problème ? Pas tout à fait, puisque l'ensemble reste bien manichéen avec d'un côté les joyeux altermondialistes pacifistes (à peine troublés par quelques vilains casseurs) et de l'autre les affreux puissants. Le personnage principal du film, Jay, arrive même à dépasser sa bonté naturelle en devenant un martyr et allant même jusqu'à pardonner son bourreau. On n'a jamais été aussi près du « Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. » Pourtant, on sent que le réalisateur a voulu intégrer quelques personnages grisâtres dans le film, comme le maire ou le flic joué par Woody Harrelson. Mais, pour une raison inconnue, il a décidé de ne faire les choses qu'à moitié et chacun trouvera sa vraie place sur l'échiquier, côté noirs ou côté blancs.

Hé toi là-bas, te moque pas d'Eddie Murphy !
Hé toi là-bas, te moque pas d'Eddie Murphy !
Mais ce qui est le plus gênant dans le film, c'est que plus que les raisons du conflit, plus que les idées véhiculées par les opposants, on se consacre finalement surtout à la petite histoire de chacun et aux démons et tourments propres à l'être humain. Jay et Lou vont-ils tomber amoureux ? Charlize Theron pardonnera-t-elle à Woody Harrelson ? Bien sûr la toile de fond des émeutes est toujours présente, mais on aurait aimé que soit développé un peu plus ce qui est censé être le coeur du film. Mais ne soyons pas trop mauvaise langue. Le film aborde, tout de même, ça et là, le problème de la représentativité des pays pauvres à l'OMC, la question du type d'engagement utile pour faire avancer les choses. Mais ces quelques pistes de réflexion ne sont qu'à peine effleurées puisque ce qui est important c'est l'histoire de ces gens qui se croisent ou qui s'affrontent. Ce qui est important aussi, c'est de bien finir le film par un happy end avant de faire des remarques sur l'évolution de la situation. Pas beaucoup de surprise de ce côté-là malheureusement. Au contraire du mélange d'images d'archive et d'images tournées qui rend souvent très bien la tension entre les manifestants et la police, cet instant où les deux camps se font face en attendant qu'il se passe quelque chose.

Coincé entre un repas au MacDo, une pub pour Coca et le téléphone portable à rallumer, tous symboles de notre société de consommation, Bataille à Seattle est l'un de ces films qui donnent envie de se renseigner plus sur le monde qui nous entoure et sur les tenants et aboutissants des différentes organisations et mouvements. Avant d'oublier ces bonnes résolutions dès le lendemain évidemment. Comme une espèce de réveil citoyen au milieu de la nuit.

A découvrir

Enfances

Partager cet article
A voir

Teeth

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

5 commentaires

  • Meow

    14/05/2008 à 00h12

    Répondre

    Les images sont fortes, l'ambiance est relativement bien étouffante, mais bon dieu que c'est améric... pardon, manichéen! Aucune originalité, personnages superficiels, musique limite grandiloquente, images sensationnaistes, raccouris à tous les étages, caricatures banales

    ... Bref, on passe un moment à imprimer les images violentes mais à moins d'être dans sa période "j'en veux à la terre entière", à la sortie, il ne reste rien de ce film...

  • knackimax

    14/05/2008 à 08h53

    Répondre

    Hello,


    Plutot d'accord avec toi Meow. Il est effectivement dommage domage d'avoir introduit ces personnages pour justifier les larmes a verser pour une cause. Et effectivement sans cette histoire et ses protagonistes le film aurait été d'un ennui profond malgré des images fortes et une réalisation efficace et maitrisée (Bravo a l'acteur Start Townsend pour cette première realisation d'ailleurs). Au final on en sort mitigé et on oublie très vite l'effort et l'histoire de la même manière qu'on a oublié l'Histoire (celle du GATT et de la WTO).

  • weirdkorn

    16/05/2008 à 22h43

    Répondre

    Mouaif. Pas grand chose à rajouter que cet interjection déjà bien explicative.

  • Luz

    16/05/2008 à 23h28

    Répondre

    On mélange vos trois commentaires, et voilà mon avis

  • knackimax

    17/05/2008 à 13h27

    Répondre

    Pardonnez moi, mais je me permets de rajouter que j'étais quand même content de revoir Isaach de Bankolé dans un role plutot efficace: celui du représentant Africain qui quitte la réunion en premier (Abassi)

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques