9/10

barber (The) : L'homme qui n'était pas là

Magistral. On croirait aisément l'adjectif inventé pour ce nouveau chef-d'oeuvre des frères Coen. Proposé la même année que Mulholland Drive à nos valeureux festivaliers cannois, The Barber est un somptueux hommage à l'écrivain James M. Cain et à tous ces films noirs que ses ouvrages auront finalement inspirés. Un divertissement haut de gamme (Le Point). Au-delà de cette représentation plus ou moins flatteuse, le film est, en tout point, une effarante prouesse technique. Le cinéma n'avait, auparavant, aussi justement arboré son statut de Septième Art. L'ambiance de polar, suggérée par d'étonnantes illuminations et une plastique moderne pourtant dénuée de toute couleur, est absolument surréaliste. A travers cet écran peinturluré, au coeur d'un univers à peu près figé, éveillé de temps à autres par un air de musique récurrent, la fable est rendue tragique par sa douce absurdité et l'humour de son curieux narrateur. L'admiration est une solution.

Ed Crane est un personnage clairement atypique. Un coiffeur qui ne parle quasiment jamais. Ni avec son employeur, qui est d'ailleurs son seul compagnon de travail. Ni avec ses clients. Ni avec sa femme, et ce, depuis bien longtemps. Il la soupçonne d'ailleurs d'adultères à répétition mais ne s'interpose pas verbalement. Une fois de plus, son mutisme prend le dessus. Seulement, le jour où il fait la rencontre d'un commerçant véreux qui lui propose de faire fortune grâce au nettoyage à sec, Ed décide de faire chanter l'amant de sa bien-aimée.

Cette nouvelle contribution des frères Coen s'inscrit tout naturellement dans leur importante filmographie. Rappelons, sous couvert de strass et de paillettes, que chacun d'entre nous leur doit Sang Pour Sang (1984), Miller's Crossing (1990), Barton Fink (1991), Fargo (1995), The Big Lebowski (1997), O'Brother (2000). J'en passe et des moins bons. The Barber, réalisé en 2001, est une oeuvre assez austère, qui n'est certainement pas destinée à un large public. L'oeuvre est tout à fait profonde. Le discours satirique qui y est plus ou moins tenu est délicieusement incisif. Les aventures de cet étrange ingénieur capillaire, et qui prennent rapidement des allures de descente aux enfers, sont passionnantes. La réalisation est impeccable. L'ambiance musicale, à base de classique, est assez remarquable. Un petit diamant noir dans l'écrin du film de genre, capable d'éblouir les spectateurs et de séduire encore les orfèvres (Le Figaro).

A découvrir

Bruce Tout-Puissant

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Attila

    06/12/2004 à 11h04

    Répondre

    Je suis tout à fait d'accord avec cette critique mais je regrette qu'on ne s'attarde pas plus longtemps sur l'image magnifique, sur le grain du noir et blanc, sur les scènes de nuit, sur cette espèce de chaleur qui dégoutte du noir et qui fascine, bref je croyais que les Américains ne savaient plus faire de films noirs à proprement parler, c'est à dire un héros simple à l'extrème et pourtant ambigüe et une couleur (ou du moins son absence) qui est un personnage à part entière.
    Ce n'est peut-etre pas aussi grandiose que Les Tueurs ou qu'Asphalt Jungle mais je me souviens enfin ce qui m'a donné envie de fumer : une cigarette qui grésille dans une peine-ombre lumineuse, un nuage blanc qui s'élève dans la quiétude lancinante du soir.
    Le film noir se regarde mais se ressent encore plus. Quand certains n'ont pas réussi a faire du roman dit "polar", une oeuvre artistique et esthétique, d'autres ont réussi à tirer poésie et art, en collant une image, des photos magnifiques sur des histoires qui parfois semblent plus des faire-valoir et des prétextes.
    Mais c'est là toute la magie du film noir, des histoires sordides, des anti-heros, la déchéance humaine dans sa toilette la plus élégante : le noir & blanc.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques