7.5/10

Bang Rajan II

Bang Rajan 2 propose deux heures de bataille portée par une volonté de résistance et de sacrifice. Sang qui gicle et bras qui volent constitueront l'aura qui englobe les guerriers virils de cette super-production thaïlandaise.

Les films made in Thailand ne sont pas légions à arriver jusqu'à nous, mais ceux qui parviennent à accomplir cet exploit sont le plus souvent des films d'action rondement menés. Ainsi, Bang Rajan 2 ne semble pas déroger à la règle tant la pochette du DVD est éloquente : un Thaïlandais torse nu armé de deux sabres. Si des films comme Ong Bak ou Les pirates de Langkasuka ont su nous convaincre, Bang Rajan 2 y arrivera-t-il également ? Vous l'aurez compris, nous parlons d'une suite et le premier film n'avait pas fait beaucoup de vagues en Europe. Pourtant, les ingrédients étaient présents pour nous divertir : un village peuplé de guerriers charismatiques et une armée gigantesque de Birmanes furieux en face de nos héros. L'héroïsme et le patriotisme étaient présents. Dès le début du second opus, les retardataires vont tout comprendre : Bang Rajan a été rasé par les Birmans, cela a été un bain de sang et à part le prêtre, personne n'a survécu. Maintenant que cela est fait, place aux nouveaux héros !

L'iroquois de Thaïlande est énervé !
L'iroquois de Thaïlande est énervé !
Deux ans après les évènements du premier épisode, l'invasion birmane continue. Face à l'oppression, de nouveaux guerriers se sont rebellés en suivant l'exemple du défunt village de Bang Rajan. Ainsi, si le village et ses habitants sont morts et enterrés, l'esprit du village subsiste. C'est pourquoi, tout au long du film, les séquences sur le patriotisme ou l'esprit de résistance vont revenir. Nous ne sombrons pas dans le même pathos que Born to fight avec la séquence de l'hymne national, mais nous sommes régulièrement amenés à parler de liberté, d'oppression, de rébellion et de sacrifice. Ces scènes sont heureusement assez courtes et elles renforcent l'intensité des batailles à l'instar des petits moments de la vie quotidienne où chaque personnage va raconter sa vision du monde, ses plans futurs ou encore compter fleurette aux femmes du village. Cet ensemble va donc faire le lien entre chaque bataille et cela renforcera notre implication dans le récit. Nous serons donc, à chaque fois plus engagés dans cette guerre, à mesure que nous connaîtrons les différents protagonistes.

Le premier arrivé a gagné !
Le premier arrivé a gagné !
Et ces derniers seront nombreux : si nous retrouvons les équivalents des guerriers du premier épisode comme le chef avec ses deux sabres, le guerrier avec deux haches, le maître artilleur ou encore l'as des couteaux. Vous pouvez maintenant ajouter à cela les nouveaux venus comme l'archer, le lancier, les femmes, le militaire Thaïlandais et son adjoint ou encore quelques méchants Birmans. vous avez donc un casting digne des plus grandes sagas. Ces acteurs sont d'ailleurs parfaitement dans leur rôle et même s'ils ne brillent pas tous par leur finesse (les méchants sont vraiment méchants même en eux, tandis que les gentils sont... gentils), la justesse n'est que rarement négligée. Ces points constituent donc le petit plus qui va nous faire apprécier l'essence même du film : les combats.

Ca va trancher chérie !
Ca va trancher chérie !
Bang Rajan 2 n'est pas avare de combats, et on peut dire que le sang coule à flot ! Sur la pochette du DVD, 300 sert de référence et on comprend ce clin d'œil dès la première bataille. Les guerriers Thaï sont des athlètes sculptés qui savent utiliser leurs armes avec esthétisme tout en peaufinant leur look. Nous avons donc un iroquois musclés qui virevolte avec ses sabres tandis qu'un colosse balafré joue des haches aux côtés d'un archer moustachu et d'un beau gosse bondissant armé de poignard. Le sang va ainsi gicler au ralenti et les bras vont voler tandis que nos héros prendront une pose virile. On comprend vite que les Birmans ne doivent leur salut qu'à leur nombre puisque le cent contre un semble de rigueur. Alors, les plus perfectionnistes bouderont le bouddha géant en synthèse ou la barbe du capitaine Birman mais ces éléments sont assez mineurs comparés à la générosité des combats. Ils se battent partout : dans la jungle, dans les ruisseaux, les plaines, les champs, les villes. La diversité des combats est appréciable et l'intensité des combats va en augmentant. L'apparition des guerriers du 1er lors d'une bataille sera un clin d'œil (en plus du symbole) qui vous prendra aux tripes. On notera au passage qu'entre les deux épisodes, les héros sont devenus plus jeunes et fashions, mais que l'efficacité n'aura pas été négligé.

où est le prêtre sur cette photo de famille ?
où est le prêtre sur cette photo de famille ?
Bang Rajan 2
est donc une fresque épique qui ne laisse pas indifférent. A l'instar des guerriers d'Achille ou de Leonidas, les hommes de Bang Rajan sont de véritables héros. Ils sont prêts à se sacrifier à chaque instant s'ils peuvent apporter un avantage à leur camp. De plus, ils ne lésinent pas sur les cabrioles pour impressionner le spectateur et il est impressionnant de voir l'énergie qui se dégage de cette super-production Thaïlandaise.

A découvrir

Experiment (The)

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques