6/10

Bad Taste, les Feebles, Braindead - Splatter movies de Peter Jackson

Critique des "splatter movies" de Peter Jackson : Bad Taste, Les Feebles et Braindead

Nous sommes en 1961, quelque part en Nouvelle Zélande. En ce jour d'Halloween, le couple Jackson se préoccupe pourtant peu des friandises et des tours pendables : le petit Peter vient de naître.
Hasard ou coïncidence ? quoiqu'il en soit, cette date de naissance peu banale ne doit pas être étrangère à ce qui adviendra par la suite. En effet, quand à huit ans Peter essaie le Super 8 parental, ce sont d'inattendus vampires qui surgissent de la pellicule. Cette passion précoce pour le cinéma ne le quittera plus...

Après quelques courts métrages, Peter Jackson donne en 1983 les premiers tours de manivelles d'un projet plus ambitieux, filmé pour l'occasion en 16 mm. Tourné avec une bande de copains et un bon stock de viscères (provenant probablement du charcutier ou de l'abattoir local), Roast of the Day met en scène une délirante histoire d'invasion extraterrestre. Emporté par son élan, le petit court métrage se transforme peu à peu en long métrage. Et c'est ainsi que Roast of the Day devient... Bad Taste...
Une poignée de dollars en poche, Peter Jackson tourne dans des conditions précaires, parfois dangereuses. Homme orchestre, Jackson assurera réalisation, scénario, effets spéciaux, photo, production tout en s'octroyant un double rôle dans son film. Malgré cette débauche d'énergie, le projet manque de tomber à l'eau, faute de moyen et n'aurait surement jamais vu le jour sans un coup de pouce financier des plus inespérés : c'est en effet la New Zeland Film Company, pourtant très sérieuse, qui s'intéressera à cette histoire dégoulinante d'hémoglobine et de mauvais gout. Le film ne sera achevé qu'après quatres années de tournage. Présenté au marché du film à Cannes, l'accueil est triomphal et remportera en 88 le prix "spécial gore" au Festival Internationnal de Paris du Film Fantastique et de Science Fiction.

Bad Taste est un film jubilatoire qui ne se prend jamais au sérieux. L'histoire, complètement déjantée, n'est qu'un prétexte à l'étalage de scènes gores que nous livre Jackson avec une amusement évident. Entrailles, cervelle, démembrements, un peu de scatologie (miam, une bonne soupe au dégueulis...) parsèment cette oeuvre de mauvais goût. Et pourtant, cette farce outrancière révèle un suprenant parti pris. Pour cela, revenons sur l'histoire : Lord Klump, un extraterrestre, déboule sur Terre accompagné de ses sbires, afin de se ravitailler en viande humaine et ainsi alimenter sa chaine de Fast Food en matière première. Et oui, comme le souligna un jour l'excellent magazine Toxic, nous avons ici affaire à un alien capitaliste ! Quand on se souvient qu'auparavant, les films de science-fiction symbolisaient la menace communiste, il y a de quoi sourciller...

Malgré la bonne humeur qui se dégage de l'ensemble, Bad taste reste un film amateur et c'est là son principal défaut. On notera ainsi quelques cadrages aproximatifs et surtout un épouvantable manque de rythme. Les scènes d'actions sont plates et la fusillade principale en devient soporifique. On se consolera devant les images d'un Peter Jackson glabre retenant tant bien que mal son cerveau mis à nu par une mauvaise chute...

Bad taste sort en salle et fait un carton auprès des fans. Quand à Jackson, il ne s'arrête pas en si bon chemin et met en place un nouveau projet encore plus fou. Faute de moyen, il sera contraint de le mettre en stand by et avec sa femme, concocte à la va-vite un film de marionnettes absolument inclassable. En cette année de 1989, Meet the Feebles était né...

Meet the Feebles est un OVNI filmique. Très trash, parfois glauque, Peter Jackson nous livre une version complètement barrée du celèbre Muppet Show qui envoie valser les idéaux sur le monde du Show Biz. Les coulisses du spectacle apparaissent en effet plutot sombres. Drogue, picole, producteur vereux, coucheries... tout y passe et font des Feebles un film assez étrange, où lorsque l'on rit, c'est souvent jaune. Toujours très cru, Jackson n'hésite pas à réaliser des scènes pornos, qui dans cette univers animatroniques sont des plus surréalistes. Quasiment en roue libre, le réalisateur ne lésine pas non plus sur les effets de mauvais goûts: une mouche journaliste se nourrit d'excréments, un contorsionniste se coince la tête dans le postérieur, un lapin forniqueur se retrouve atteint d'une maladie monstrueuse et j'en passe des pires... Ni sur les effets géniaux : citons cette scène hallucinante où le personnage principal massacre tout le monde sur fond de chanson paillarde (un hymne à la sodomie!). Un passage qui n'est d'ailleurs pas sans faire penser au coupage d'oreille dans Reservoir Dogs, rythmé par le guilleret Stuck in the middle with you.
Filmé avec un budget confortable, Meet the Feebles est maîtrisé de bout en bout. Oubliée, la caméra parkinsonienne de Bad Taste, l'ensemble ne souffre d'aucune fausse note. Mais le tournage est un cauchemar pour le pauvre Jackson, qui doit redoubler d'ingéniosité pour filmer ses marionnettes sans que le technicien soit dans le champ. Pour cela, il travaille d'arrache pied sur la technique : cadrages au plus près, focales courtes, cadrages obliques... et mine de rien, de fil en aiguille, il développe les principales caractéristiques de son cinéma à venir. A mon sens, un de ses meilleurs films.

Meet the Feebles remportera à Paris le Prix "Très Spécial". Impressionnée, la New Zeland Film Company débloque à nouveau quelques fonds et Peter Jackson peut enfin se consacrer au projet laissé vacant par Meet the Feebles. Et c'est dix ans après Sam Raimi que Peter Jackson, en 1992, lache un nouveau pavé dans la mare d'hémoglobine du cinéma gore. Dead Alive : Braindead voyait le jour et désormais plus rien ne sera comme avant. Considéré encore aujourd'hui comme le meilleur film gore de tout les temps, Braindead donna lieu à toute une génération de fans, qui découvrirent le genre avec les tribulations hilarantes de Lionel face à des hordes de Zombies, dont un bébé et sa propre mère. Ne reculant devant rien, Jackson s'en donne comme toujours à coeur joie et nous offre un bordel organisé comme on en fait plus. Poumons qui marchent, curé karateka et libidineux, tonneaux de barbaques, citernes d'hémoglobines, Braindead est un spectacle absolument jouissif dont on ne sort qu'avec les abdos douloureux. Et l'on ne présente plus la scène devenue culte de la tondeuse à gazon...
Plus maîtrisé que Bad taste, mais tout aussi jubilatoire, ce troisième film fait entrer Jackson au Panthéon, et obtiendra en 93 le grand prix du Festival d'Avoriaz.

En un tryptique déjanté, Peter Jackson imposa son style pour devenir une figure emblématique du cinéma de genre. Tout comme Sam Raimi, avec qui il entretient de nombreux points communs, Jackson sut sortir de l'horreur, toujours avec le même succès. Les récompenses parlent d'elles-même : Lion d'Argent à Venise pour Créatures Célestes, prix de la mise en scène pour Forgotten Silver, plusieurs nominations aux Oscars pour son adaptation du Seigneur des Anneaux...

A découvrir

Hulk

Partager cet article

A propos de l'auteur

16 commentaires

  • quentinfox

    26/12/2003 à 00h00

    Répondre

    Je voulais remercié ce critique pour avoir rédiger un hommage au mythe jackson.
    N'ayant vu que 2 de ces 3 films, je peu dire que le jackson a fait du progrès sans perdre son ame en gagnant du budget.
    Bad Taste est un film absolument jouissif ou a certaine scene j'etais un peu ecoeuré mais surtout mort de rire malgré comme le dit le redacteur un montage ultra soporifique.
    Passons maintenant au mythe brain dead, que dire de plus que c un film archi culte.
    Ce film comique (car s'en est un meme si ce comique est gore) est geniallissime et demarre sur les chapeaux de roue avec la scene des indigene (SENGAI!!!!) puis monte crescendo malgré ce debut tonitruant. Les scenes a retenir sont celle du pretre, de la mere en decomposition (hum c bon une oreille), du bebe ds le jardin d'enfant et la scene finale a la tondeuse a gazon.
    Sur ce film le cadrage est génial avec une realisation rapide mais subtil, les effets spéciaux pas mauvais, les effets gore sublimes et un humour noir voire crade

  • nazonfly

    19/07/2005 à 11h26

    Répondre

    En attendant les sorties éventuelles et futures des autres films des années trash de Peter Jackson, j'ai pu me consoler sur le DVD de Bad Taste.
    Comme l'a dit Lestat, c'est un film amateur, fauché... Mais on ressent déjà un humour décalé et une histoire qui ne se prend vraiment pas au sérieux (au contraire des films d'horreur basés sur la crainte communiste).

    Dès la pochette (un alien exhibant un très beau doigt d'honneur), on sent que le titre (Mauvais goût en français) est amplement mérité. Et on n'échappe à rien : cerveaux qui fuient, glissade dans des bouses de vache, soupe au vomi.

    Le spectateur sera forcément partagé en visionnant ce film. Les esprits décalés y verront un chef d'oeuvre tandis que la majorité se demandera comment on peut apprécier un tel film.

  • ousta

    19/07/2005 à 19h35

    Répondre

    Quand on voit un chef d'oeuvre comme Braindead on se demande bien comment il a pu foirer autant le seigneur des anneaux

  • Anonyme

    20/07/2005 à 22h55

    Répondre

    pour la pettie histoire, le tournage de Bad taste a duré presque 5 ans !!!!

  • Garf

    21/07/2005 à 19h32

    Répondre

    Je trouve que Bad Taste est une vraie daube ( que l'on essaye desesperement de revendre avec l'apellation " par le réalisateur de la trilogie dU Seigneurs des anneaux" )!!!

    par contre, brain dead est une vraie turie, une mine de trouvailles humoristiques! ( la scène où le héros nourrit ses 4 zombies à table est l'une des plus droles que j'ai pu voir )!! ça c'est un Film culte!! Et même s'il est dégueulasse à en gerber, ultra-gore...c'est un film comique quand même!

  • Anonyme

    21/07/2005 à 19h41

    Répondre

    Je n'ai pas vu bAD TASTE Mais j'aimerai ajouter que c'est le premier film de l'auteur, que c'et un film presqu amateur tourné avec les moyens du bord, qu'ill bossaient sur le films quand ils avaient le temps !!!!


    une daube peut être, mais certain font pire avec plus de moyen et plus de professionalisme, Bad Taste est surtout un exemple et un modèle pour les apprentis cinéaste, mais ça veut pas dire pour autant que c'est génial !!!

  • nazonfly

    06/02/2006 à 15h07

    Répondre

    Ahhhhh j'ai revu Braindead il y a peu.

    Dans mon souvenir, Braindead était un film gore, étrange, mais délibérément drôle. Après une bonne dizaine d'années, j'ai enfin pu le revoir et il est comme dans mon souvenir (c'est assez rare pour le signaler).
    Le sang coule à flots (ahhh la scène de la tondeuse), les zomis sont moins bêtes que souvent mais restent indestructibles (ahhh le bébé!!!).

    C'est certainement pas le film le plus intellectuel qu'il m'ait été donné de voir mais quel pied!!! C'est jouissif!

  • riffhifi

    15/09/2006 à 00h40

    Répondre

    Peter Jackson parle régulièrement d'un Bad Taste 2 ...
    Mais j'admets que son chef d'oeuvre est Braindead.

  • Anonyme

    07/11/2008 à 20h03

    Répondre

    Bad Taste... Vraiment très bien.

  • Anonyme

    07/11/2008 à 21h43

    Répondre

    Pff, t'as vraiment mauvais goût...


     

  • Anonyme

    10/11/2008 à 16h36

    Répondre

    Reste à savoir ce qu'est le bon goût pour toi. Je doute fort que le bon goût pour toi soit ce que pense la société. A mon avis, t'es complaitement dans les choux alors me saoule pas trop et dit moi en quoi tu n'as pas aimé le film.

  • Anonyme

    10/11/2008 à 16h40

    Répondre

    Je suis d'accord avec toi Riffhifi, Braindead est son chef d'oeuvre. J'espère en effet qu'il y aura un Bad Taste 2.


    Aïe ! BatNet va encore dire que l'on a mauvais goût ou VRAIMENT mauvais goût c'est sur  il va VRAIMENT soupiré le pauvre ! Pff................................................

  • Wax

    10/11/2008 à 17h51

    Répondre

    Bad Taste = Mauvais gout (en anglais) => Humour (lol, mdr, ahah)


    Faut tout leur expliquer a ces jeunes... 

  • gyzmo

    10/11/2008 à 19h59

    Répondre

    L'agent triple zero n'a pas volé son pseudo.


     


    Sinon, Bad Taste, c'est excellent. Surtout à l'heure du goûter,  avec deux trois biscottes trempées dans un grand bol de... *tombe dans les vappes*

  • Lestat

    10/11/2008 à 20h23

    Répondre

    Humour (lol, mdr, ahah)


    'cule un mouton ?


    -> sort.

  • Anonyme

    19/07/2010 à 17h41

    Répondre

    Le film est très drôle et gore,mais pas terrifiant.Je préfère bad taste que les feebles,qui lui m'a répugné et met mal à l'aise,sûrement à cause de côté"marionnettes"!


    La scène qui m'a fait plié de rire c'est Peter Jasckson qui vomi du vert gluant(d'où le titre anglais du pseudo) dans un bocale pour fêter la venue des martiens sur terre!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques