3.5/10

Babel

C'est en quelle langue ?

L'histoire de la Tour de Babel est universellement connue. Les hommes, tous unis, avaient projetés de construire une tour si haute qu'elle atteindrait le ciel. Dieu, afin de contrecarrer leur entreprise, décida de multiplier les langages pour les séparer. Comme le langage des signes n'avaient pas encore été inventé, les hommes se dispersèrent et abandonnèrent leur projet. Fin de l'histoire. Laissons de côté l'aspect religieux et focalisons-nous sur l'imagerie symbolique de cet épisode biblique : les hommes ne se comprennent pas ! Les langues, cultures, moeurs ou religions ne sont qu'une des multiples façades de cette incompréhension mutuelle. Babel, le nouveau film d'Alejandro Gonzales Inarritu parle exactement de cela. Après Amours chiennes et 21 grammes, il signe un nouveau film construit de la même façon, entre destins entrelacés et style documentaire épileptique. Et le réalisateur a extrêmement bien réussi son pari tant il est hautement incompréhensible pour le commun des mortels.


Oeuvre minimaliste, expérimentale et élitiste, le film ravira un certain public amateur d'ovnis pompeux, grandiloquents et larmoyants mais risquera au mieux d'égarer le public en chemin, au pire de les tuer d'ennui. A l'instar de Collision ou de 21 grammes, Babel raconte par l'intermédiaire d'histoires croisées des tranches de vie bouleversées par un événement extérieur. Seul problème, cela marche bien pour un même quartier mais c'est beaucoup moins concluant sur différents continents, surtout lorsque les liens sont aussi puissants que la réincarnation d'un tatou mexicain en un cerisier japonais. Certes, l'image est plus qu'exagérée mais n'est pas aussi éloignée que cela de la réalité. Ainsi, c'est avec circonspection que l'on suit les aventures d'une japonaise sourde muette, de deux enfants de l'Atlas, d'un couple d'Américains en vacances au Maroc et d'une nourrice clandestine mexicaine qui rentre chez elle pour le mariage de son fils avec les enfants dont elle a la garde. Bref, on voit de suite quelles sont les connexions et oui, celle au Japon ne sert à rien si ce n'est compliquer et rallonger. Ceci dit, le scénario devant tenir sur un post-it (juste recto), c'est une obligation de renforcer ces deux éléments.


Sur les plus de deux heures du film, au moins trois auraient pu être coupées. Rien ne se passe et le peu d'action semble aussi malvenu que démesuré. Les personnages réagissent en effet à chaque fois d'une manière inverse que la logique attendue. Forcément qu'ils se sentent incompris et perdus... Entre la Japonaise qui aime la nudité et le mâle américain dominant en train de râler pour un bus dont l'utilité demeure encore inconnue, il y a de quoi rester coi. Dommage pour un film qui se veut réaliste avec son style documentaire et minimaliste. Toutefois, cette impression d'incompréhension est parfaitement en phase avec un film qui multiplie les effets visuels et sonores expérimentaux où des scènes aussi provocantes qu'inutiles. Au final, le plus bizarre est d'avoir de grosses têtes d'affiche comme Brad Pitt et Cate Blanchett pour un tel ovni.

Babel n'est pas le genre à laisser indifférent. Il séduira autant qu'il dégoûtera. La faiblesse du scénario liée aux réactions insensées des personnages n'ont pas fait pencher la balance du bon côté de mon point de vue. Cela dit, le film comporte une intensité émotionnelle et une originalité cinématographique indéniables. Il faut se laisser tenter puis pouvoir l'assimiler. Encore une histoire de compréhension tout cela...

A découvrir

Toi, moi... et Duprée

Partager cet article

A propos de l'auteur

16 commentaires

  • Prospero

    11/11/2006 à 16h31

    Répondre

    J'avais beaucoup aimé la bande annonce, mais le film se révèle plat, fouilli, mal géré, et surtout se prenant très au sérieux. D'autant plus qu'il est bien trop long.

    Ce commentaire péremptoire et sans nuances vous a été livré par Prospero

  • Eole

    14/11/2006 à 20h49

    Répondre

    Si je peux me permettre, je recommande plutôt cette critique : http://monfestivalducinema.hautetfort.c ... rritu.html

  • Anonyme

    14/11/2006 à 23h10

    Répondre

    Eole a dit :
    Si je peux me permettre, je recommande plutôt cette critique : http://monfestivalducinema.hautetfort.c ... rritu.html


    Et pour quoi nous la recommandes tu ???

  • weirdkorn

    14/11/2006 à 23h18

    Répondre

    Parce que c'est bien d'avoir un deuxième avis sur un même film D'ailleurs, en gros on dit la même chose, seulement ce genre de film ça prend ou pas...

  • nazonfly

    19/11/2006 à 21h30

    Répondre

    Eole a dit :
    Si je peux me permettre, je recommande plutôt cette critique : http://monfestivalducinema.hautetfort.c ... rritu.html


    Un peu de pub n'a jamais fait de mal, c'est ça?? J'ai arrêté de lire cette critique à "Jamais il n’a été aussi matériellement facile de communiquer. Jamais la communication n’a été aussi compliquée"... Enfin je ne dirais pas ce que j'en pense.

    Je viens d'aller voir Babel que j'ai plutôt apprécié, même si certains éléments de la critique de weird sont largement (mais que vient faire dans cette histoire la jeune japonaise?).
    Certaines parties de l'histoire sont par contre très intéressantes. Je pense notamment aux touristes américains débarquant en plein désert dans leur bus climatisé et qui ne s'intéressent au final qu'à eux même (l'attitude de Brad Pitt commandant à sa nourrice est très révélateur).
    En fait, j'ai cherché en vain le lien réunissant les trois histoires et n'en ai trouvé aucun. C'est finalement ce qui est le plus gênant dans ce film plutôt bien réalisé et prenant.

  • sven

    20/11/2006 à 00h15

    Répondre

    apparemment, le fusil est le lien entre les différentes histoires...
    mais j'avoue aussi que les scènes japonaises m'ont ennuyé plus qu'autre chose!!!

  • nazonfly

    20/11/2006 à 10h10

    Répondre

    sven a dit :
    apparemment, le fusil est le lien entre les différentes histoires...


    Oui c'est le lien "matériel". Mais je pensais plus exactement à un lien plus profond permettant de faire le parallèle entre les trois histoires.
    A moins que ce film ne soit un plaidoyer contre les armes comme je l'ai entendu à la sortie du cinéma.
    Bref sans lien autre que le fusil, Babel n'est qu'un assemblage de trois films qui s'entrecroisent.

  • sven

    20/11/2006 à 11h33

    Répondre

    c'est aussi ce que j'ai pensé

    autant dans collision les histoires prises individuellement tant que collectivement m'avaient vraiment touché, autant là, le collectivement n'apparait pas, et individuellement, certaines sont bien, d'autres bof bof...

  • Richmonx

    20/11/2006 à 20h33

    Répondre

    Ben j'ai remarqué que pour chaque histoire, c'était toujours un proche de celui qui faisait uen betise qui recevait la punition (la fille du chasseur, les enfants de la nourrice, la femme de Brad)...

  • Leelee

    22/11/2006 à 17h49

    Répondre

    Pour ma part, j'ai trouvé le film plutôt pas mal mais sans plus, c'est vrai qu'on s'attendait à mieux avec mon ami.
    Le fusil ne relie que le Japon et le Maroc bien qu'il ait une répercussion sur les américains qui emploient la mexicaine qui marit son fils au Mexique mais il n'y a pas de réel liens avec le Mexique. L'histoire générale relie les personnages les uns aux autres mais il est vrai qu'au Japon, c'est l'adolescente qui est mise en avant et non son père.
    D'ailleurs je trouve que cet "épisode" est plutôt maladroit dans l'histoire, qu'il n'a pas trop sa place même dans le film parce qu'on a là l'impression que le réalisateur veut traiter plusieurs sujets d'actualité en même temps, qu'il a voulu faire un melting pot quelque part. Je pense qu'il aurait fallut faire un choix. Il aurait dû ne traiter que le conflit arabo-américain et ne pas mettre à côté le problème de l'immigration ou encore du malaise de la jeunesse japonaise dans une société plus que développée.
    Mais ce fut intéressant de voir la vie à travers les yeux d'une adolescente sourde et muette. On ne prend pas assez conscience de ces problèmes nous qui avons la chance d'avoir tous nos moyens.
    C'est une oeuvre originale, dans la lignée de ce que fait Iñarittu et il nous donne à réfléchir sur les conflits internationaux et le rôle des médias qui ont tendance à envenimmer les choses et ne pas forcément nous informer sur la réalité des faits.

  • Cineman

    25/11/2006 à 23h08

    Répondre

    Mouai je suis sorti assez perplexe de la salle , ne sachant pas trop quoi penser sur ce film .... de nombreuses questions restent en suspend en particulier pour l'histoire de la japonaise , mais étant donné qu'il n'y a pas vraiment de lien entre cette dernière et le reste de l'histoire , on ne trouve pas vraiment d'intérêt à trouver les réponses .
    Pourtant il y a vraiment de très bons moments dans ce film , des moments forts et touchants , bien mis en scène et très bien joué ( tous les acteurs sont excellents) et aussi de magnifiques musiques .
    Mais comme l'a dit Leelee juste au dessus Iñarittu a voulu toucher beaucoup trop de problèmes en même temps , ce qui rend un film qui aurait pu être brillant , en un film plutôt brouillon contenant certes de belles idées , de beaux moments , mais également beaucoup de longueurs et d'incompréhensions qui laisse un certain gout amer au final .

  • Anonyme

    27/06/2007 à 12h56

    Répondre

    J'aurrais plutôt mis 7,5 en mettant un peu de côté ma fierté car même si le film est pompeux, il faut reconnaitre que le jeu des acteurs est bon et les images sont belles. De pluset c'est un film qui nous remet à notre place puisqu'il montre l'humain tel qu'il est.

    Moi perso j'ai bien aimé, il me manquait juste un fouet pour m'auto-flageller pendant le film tellement c'était triste !

  • Anonyme

    23/08/2007 à 02h24

    Répondre

    J'ai tout simplement adoré ce film qui fait passer une sorte de "message". Un acte anodin, qui parait sans importance, peut détruire la vie de plusieurs personnes aux 4 coins du globe, psychologiquement et physiquement.


    Ca change de ce qu'on peut voir tout les jours.


     


    N'hésitez pas à le louer. NE vous attendez pas à voir de l'action ou quoi que ce soit. C'est du social.

  • Anonyme

    30/01/2008 à 23h24

    Répondre

    sublimissime,et qui fait réfléchir sur nos réactions,et qui montre aussi de trés beaux sentiments et surtout ne pas chercher de liens ,juste se laisser prendre et se laisser porter par la poésie,par la musique par les acteurs et par les paysages,mais on a le droit de ne pas avoir cette sensibilité!

  • Bung

    26/04/2008 à 00h31

    Répondre

    C'est clair.


     


    Si un mec n'aime pas les films que j'aime moi, c'est qu'ils sont insensibles. 


     


    Bande de penseurs uniques ! 

  • Anonyme

    14/11/2008 à 13h21

    Répondre

    Sublissimement chiant.


    Certes, c'est plutôt beau (surtout le Maroc) relativement bien filmé, même bien joué.


    Oui


    Mais c'est long, chiant et pénible. On se demande quand le film va vraiment commencer et là, c'est le générique de fin.


    Ce qui reste en tête (la mienne en tout cas) : "Tout ça pour ça...."

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques