7/10

Aviator

"Il en a fait des choses et il était bien névrosé, le monsieur". Telle est la phrase qui résume sûrement le mieux Howard Hughes. Héritant d'une fortune due au pétrole, ce jeune industriel passionné d'aviation va tout mettre en oeuvre pour accomplir ses rêves. Dans l'Amérique des années 30, il est ainsi réalisateur, ingénieur aéronautique testant ses inventions et président de la TWA. Difficile de définir cet homme complexe, influent et visionnaire où sous un aspect de séducteur hollywoodien se cachait une personnalité déséquilibrée et phobique. Maniaque de l'ordre et de la propreté, peu enclin à vivre en société, sa souffrance n'a eu d'égale qu'un génie et une folie le rattrapant avec le temps.

Aviator, film biographique retraçant environ 20 ans du destin peu commun d'Howard Hughes, marque le retour de Scorsese à la réalisation et sa deuxième collaboration avec DiCaprio. Comme à son habitude, lorsqu'il fait quelque chose, il le fait en grand. Scorsese sait se servir d'une caméra pour retranscrire toute une époque et le prouve une fois encore. La reconstitution de ces années 30 est fignolée au détail près entre les décors, les costumes ou la musique. Il joue bien avec des effets de style comme les flashs des photographes (ça en met vraiment plein la vue) ou une bande sonore extrêmement travaillée. Les plans aériens sont filmés avec maestria, faisant ressentir vitesse et adrénaline (quel crash sur Beverly Hills !).

En plus de manier à merveille la photographie, Scorsese maîtrise parfaitement ses acteurs. Leonardo DiCaprio incarne Howard Hughes (le contraire eut été malheureux, étant lui-même l'instigateur du film) de toute sa classe, son exubérance et ses névroses. A côté, seule Cate Blanchett arrive à tirer son épingle du jeu par son interprétation de Katharine Hepburn, les autres ayant un rôle trop mineur. Les personnages gravitant autour de Howard Hughes ont une fonction beaucoup trop figurative. Le si riche casting annoncé est bien réel mais un peu truqué, Léonardo DiCaprio trustant quasiment l'ensemble du film. Alec Baldwin est sous-exploité tout comme Kate Beckinsale dont la présence n'est justifiée que par sa sublime beauté.

En fait, ce qui dérange est la construction de l'histoire. Très chronologique, le film ne marque que rarement le temps écoulé entre deux scènes et l'on a parfois du mal à connaître la durée de l'ellipse (2 jours, 6 mois, 5 ans, c'est très vague). Cette impression est renforcée par des problèmes de raccord. Tout ne s'enchaîne pas logiquement, des scènes tombent un peu n'importe comment et le fait que DiCaprio conserve plus ou moins la même tête au long du film n'arrange rien. De plus, le scénario n'aborde pas toute sa vie, seulement une vingtaine d'années, en se permettant d'occulter quelques événements louches et de passer vite fait des points importants. La fin de sa vie, pourtant le plus intéressant (10 ans passés nu et seul dans sa chambre d'hôtel), manque également. Finalement, on a l'impression de pouvoir en voir autant en deux heures qu'en six, que le film aurait pu être coupé ou rallongé sans que cela change grand-chose. Scorsese impose un bon rythme et une intensité soutenue mais insiste tellement sur certains passages qu'il aurait pu supprimer des scènes ou en rajouter à foison sans modifications majeures.

Aviator est une brillante biographie d'un personnage fascinant et profondément complexe. Scorsese met tout son art à son service et réalise là un film haut en panache. Cela dit, on manque de recul sur Howard Hughes. De nombreuses années de sa vie ont été écartées ainsi que certains de ses sombres desseins accomplis. Sa vision n'est que partielle et le film aurait été plus clair avec d'avantage de détachement même si cela aurait sûrement joué sur l'intensité du personnage.

A propos de l'auteur

14 commentaires

  • Protos

    30/01/2005 à 02h09

    Répondre

    C'est surement l'un des meilleurs films du moment. DiCaprio y joue d'une manière phénoménale, le scénario possède de l'envergure et le film est bien mené : on ne sent pas la durée du film s'écoulé (2h45, tout de même). Vraiment un trés bon film. Il est vrai que le maquillage de DiCaprio n'évolue pas vraiment, et il apparait aussi jeune à la fin qu'à ses débuts.

  • ousta

    30/01/2005 à 10h37

    Répondre

    Qu'importe l'apparence quand dedans on sent bien qu'il est different qu'il a malheureusement evolue.

    Chef d'oeuvre. Oscar s'il vous plait ! Ce serait une honte de ne pas honorer cette fois le plus grand cineaste de notre epoque, Aviator est genial de bout en bout jusqu'a cette cloture d'une puissance incroyable

  • Protos

    30/01/2005 à 11h01

    Répondre

    L'apparence physique a tout de même une certaine importance lorsqu'il s'agit d'un film qui retrace plusieurs décenies d'une vie. Période que l'on a du mal à cerner de ce fait.
    De toutes façons, il va rafler tout les oscars à coup sûr, alors on peut bien émettre une petite pointe de désappointement : il est génial, mais les maquillages...

  • Lestat

    03/02/2005 à 17h44

    Répondre

    Dur de reprendre pied après Aviator. Un excellent film et Di Caprio joue vraiment bien. Deux bémols cependant : une fin trop abrupte. Je ne connaissais pas du tout le personnage mais l'impression de coupe brutale est grande. Et peut être qu'il manque de cette flamboyance que Scorcese avait injecté dans des films comme les Affranchis ou Casino.

    A part ça, une chronique magnifique.

  • psody

    03/02/2005 à 17h55

    Répondre

    J'ai bien aimé ce film mais pas au point de le classer dans les "grands films". J'ai passé un tres bon moment mais non, rien qui ne casse vraiment des briques. Trop de choses trop previsible, des incoherences flagrantes (hormis le non-vieillissement de di caprio, vous en connaissez beaucoup qui ont un tel accident et qui montrent un sourire Ultra-Brite avec toutes leurs dents intactes? details? je ne voyais que ca!) qui ont gaché mon plaisir. Apres, il est vrai que Di Caprio joue tres bien dans ce film, mais bon, ca ne me suffit pas.

  • ousta

    03/02/2005 à 22h00

    Répondre

    Lestat la fin est d'une perfection incroyable c'est la scene que jai le plus aime dans le film

  • Lestat

    03/02/2005 à 23h12

    Répondre

    Elle est belle mais je la trouve brusque. J'aurai bien pris un peu de rab...

  • Migou

    06/02/2005 à 02h18

    Répondre

    Aviator n'a pas le souffle flamboyant des Affranchis ou de Taxi Driver ou la folie d'After Hours (et DiCaprio n'est pas Deniro loin s'en faut)

    Mais le film est très réussi et réalisé avec beaucoup de professionnalisme.
    Dicaprio s'en sort bien mais je reste persuadé qu'un acteur d'un plus grand charisme (Un Johnny Deep, un James Wood ou un Willem Dafoe) lui aurait donné plus de dimension.

    Je n'ai pas vu passer les 2h45.
    Weirdkorn ne partage pas ton point de vue sur les dernières années de sa vie, je trouve que Scorsese amène très bien petit à petit la folie et la déchéance de Hughes, il la décrit cruement sans complaisance s'apesentir plus sur le sujet aurait, à mes yeux, alourdi le propos sans mieux l'éclairer

  • androgyne

    07/02/2005 à 00h31

    Répondre

    belles prises

    grand personnage mitigé

    film quelques peu macho avec des dialogues qui surprennent des fois

    monsieur hugues se farcira une gamine de 15 ans et martin scorses trouve important de le souligner..réduction de la gravité de l'acte ? lolitasation des penchants pervers ?

    personnage à la fois détestable et attachant, admirable et pitoyable on pourrait dire que c'est un portrait sans concession si ce n'est qu'il est un peu dirigé et d'une histoire sélective

    en résumé, des avions et un phallus... il n'aime pas les femmes mais la beauté, le coup du plan caresser les femmmes comme les avions c du phallocentrisme complet

  • Protos

    07/02/2005 à 10h34

    Répondre

    Je ne trouve pas que Scorcese ait vraiment souligné le caractère phallique du personnage. Hughes (avec un h) aimait les femmes, et n'était pas spécialement attiré par les mineurs. Cette liaison avec une gamine de 17 ans (et non 15) n'est qu'accidentelle, d'ailleurs il la délaissera au profit de la femme de son rivale. Et il ne caresse pas non plus les avions, il verifie juste l'aspect aérodynamique du fuselage.
    D'accord il était fou, mais tout de même, on n'a pas à lui imputer toutes les folies du monde non plus.

  • JRK

    07/02/2005 à 21h39

    Répondre

    Bonsoir à tous et à toutes.

    Excellent film de Scorsese qui confirme son immense talent, Di Caprio joue trés bien et le film est bien mené.Du grand art!

    Seul bémol, le film est un peu trop freiné par les scènes où Hugues souffre de ses tocs...au lieu de ça, ils auraient mieux du mettre en avant le charisme que Hugues avait auprès des femmes...

  • Turkish

    16/02/2005 à 00h24

    Répondre

    Ce film est tout simplement magique. Il n'y a pas forcément un suspens tiraillant, mais l'ambiance de ce long-métrage, et l'athmosphère qui s'en dégagent le rendent incroyablement prenant.
    A l'instar de "Il était une fois en Amérique", les années 30 sont magnifiquement retranscrites, avec des décors extremement travaillés et une photographie exemplaire.
    De plus, il faut bien dire ce qui est, Leonardo Di Caprio joue comme un dieu dans ce film ; enfin j'exagère (non c'est vraiii?) mais en tout cas sa prestance m'a impressionné, et suffit largement à faire oublier le petit détail insignifiant - que tous les inutiles auront relevé, d'ailleurs - c'est à dire "ouais mais on a pas l'impression qu'il veillit beaucoup quand meme!...".

    Sinon, il est vrai que L.D.C. n'était pas apparement celui qui correspondait le plus à l'image de Howard Hugues, mais il a su démonter dans ce film qu'il pouvait avoir un réel charisme, et sa performance d'acteur réussit à prouver que l'on pouvait difficilement choisir quelqu'un d'autre pour ce rôle.

    Pour conclure, la réalisation est impeccable (gros budget aidant), le scénario est un peu arrangé, mais qu'est-ce que c'est prenant!! (Oui j'me répète et alors...) Certains acteurs auraient pu avoir des rôles plus importants (Jude Law, Willem defoe), mais pour le reste c'est proche de la perfection... Comment on appelle ça déjà? Ah oui, c'est vrai, un chef d'oeuvre.

  • Edgar Z.

    17/02/2005 à 12h12

    Répondre

    Je te trouve un peu catégorique Turkish...
    Je suis allé voir Aviator histoire de me faire une petite idée, et si certes, le film se défend, je n'irai pas jusqu'à parler d'un chef d'oeuvre. Pourquoi? hé ba entre autre "ouais mais on a pas l'impression qu'il veillit beaucoup quand meme!...".
    Justement pour ce genre de détails insignifiants qui font toute la difference entre un film et un autre. Si on commence à vouloir parler de bon cinéma on ne peut pas se cacher derrière une indulgence bienveillante, surtout pour quelqu'un comme Scorsese qui a su prouver son talent.
    Dans l'ensemble ça m'a paru plutot bien foutu au niveau de la réa mais le reproche que je ferai peut etre c'est dans la structure du film, Martin aurrai pu racourcir certaines scènes et en ralonger d'autres (ou seulement en racourcir ) parce que 2h43 ça fait un peu long, même si le bonhomme en valait la peine. La fin par contre est très bien vue je pense que c'était très intelligent d'en rester là de cette façon (j'évite de trop en dire... Non j'ai pas confiance dans les spoilers et alors ).
    Voila enfin c'est un film que je recommande et qui justifie pleinement l'investissement de plus en plus élevé que représente une place de ciné.

  • Arsamatoria

    21/02/2005 à 14h21

    Répondre

    Je ne sais pas si ça fait vraiment partie du topic, mais au cas où...

    Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur HH, je conseille la lecture de Howard Hughes, l'homme aux secrets, de François Forestier. C'est grouillant de détails et d'anecdotes!

    Je n'ai pas encore vu le film de Scorsese, mais c'est déjà un exploit d'avoir pu faire tenir une telle vie en 2h45.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques