7.5/10

Avalon

Avalon est le film que l'on va typiquement voir armé d'un solide a priori négatif. Encore un énième film traitant des jeux vidéo, se dit-on. Mais à ma grande déconvenue, Avalon regorge de qualités indéniables.
Tout commence par un texte affiché à l'écran qui nous informe sans détour de la situation initiale du récit (un peu comme dans StarWars) : dans un futur proche, un jeu vidéo illégal appelé Avalon est en plein essor. Nombreux sont les adeptes qui s'y adonnent afin non seulement de fuir leur monde sombre et crasseux, mais aussi pour gagner de l'argent. Certains même tentent de "finir" le jeu, c'est à dire d'atteindre un niveau du jeu profondément caché où la réalité côtoie le virtuel. C'est le cas d'Ash, brune solitaire à la recherche d'explications.
Bon, j'imagine que vous n'avez pas saisi tout le scénario... c'est normal, il est quelque peu mystérieux, voire mystique, et vogue tour à tour sur les vagues de la poésie et de l'action vidéo. Le traitement de l'image est d'ailleurs là pour nous le rappeler sans cesse. Je ne pense pas m'avancer trop en affirmant qu'Avalon repose essentiellement sur le traitement graphique et rythmique. Tout d'abord, on remarque que Traffic a fait des émules. Ici, pas de filtre bleu ou jaune, mais un sépia savamment dosé pour créer une distance avec le spectateur. Ensuite, on peut s'énerver devant les multiples pauses qui ponctuent l'histoire. En effet, certains plans durent quelques interminables secondes en plan fixe, sans mouvement. Frustrant. Par contre le second aspect de l'immobilité est étonnant, mais plutôt bien pensé. Les gens dans le métro, dans les rues, dans les cafés sont statiques. Seule l'héroïne, les animaux et ce qui a un rapport avec le jeu Avalon sont mobiles. Enfin, on sera soulagé de constater que l'intérieur du jeu vidéo n'est pas tombé dans l'image de synthèse à outrance. Tout y est comme dans le monde réel, si ce n'est la façon dont meurent les ennemis, et encore (une piste de réflexion ?)... Pour ce qui est du design des costumes et autres véhicules, il fait bien trop "guerre froide industrielle". D'un autre côté, ça permet d'ancrer solidement le film dans le présent : il est évident que récit futuriste et design ancien combinés ne peuvent former qu'un présent véritable (encore une piste de réflexion ?).
Avalon est un bel objet de science-fiction. Il attire le regard par sa forme, mais déçoit par son fond un peu creux par moment. Une réussite presque complète.

A découvrir

Raid (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

5 commentaires

  • Darren

    26/09/2003 à 00h00

    Répondre

    Chef d'oeuvre tout simplement...
    A l'heure d'internet et de la montée en force des jeux vidéos, Mamoru Oshii ( à qui l'on doit entre autres les animes "ghost in the shell" et "jin-roh") entre dans le débat par une vision inédite de l'avenir de la virtualité. Tourné en Pologne avec un budget ridicule, l'esthétique des décors et de la photo est éblouissante de qualités. Oshii n'hésite pas à innover surtout en terme de mise en scène...cela ne plaira pas à tout le monde à cause du rythme lent du film. De plus il faut bien admettre qu'il s'adresse essentiellement aux hardcores gamers ou à tout joueur potentiel... qui y trouveront par le biais de la légende du graal une reponse inédite et pas si difficile que ça à comprendre.
    Je passe rapidement sur la fabuleuse actrice principale polonaise(et Oshii est japonais, c'étais pas évident pourtant!), l'hypnotique theme musical et les scènes d'"actions" jouissives...
    En définitive Avalon n'est pas l'un de ces films à consommer rapidement mais bel et bien une vision où il est démontré que le cinéma peut encore réfléchir et faire réfléchir !!! Autant en profiter ami(e)s cinéphiles, c'est rare de nos jours!!!

  • shub_niggurath

    12/12/2003 à 00h01

    Répondre

    Avalon, je reconfirme, un chef d'oeuvre...
    Premièrement, pour le regarder dans de bonnes conditions, OUBLIER LA VF!!! Regarder plutot en version originale, c'est a dire en Polonais... la version française est un super exemple de très mauvais doublage. De plus, la langue polonaise renforce le côté froid des situations présentées... Que dire de plus de la critique de Darren, c'est exactement mon avis... je voulais juste rajouter le petit détail de la langue...

    Cordialement votre
    Shub

  • juro

    27/03/2004 à 00h02

    Répondre

    Rien à dire car techniquement c'est très beau et on sent la patte de Mamoru Oshii dans un monde où se cotoye réel et irréel, on se croirait dans un jeu vidéo basé sur la légende du Roi Arthur pour un fond qui reste un peu fouillis. L'actrice principale est par ailleurs formidable dans son role de femme guerrière ne faisant plus la différence entre jeu et vie quotidienne. Bref, un film qui se voit autant pour ces scènes d'action que pour sa subjectivité intellectuelle. A voir sans hésitation.

  • Korram

    29/12/2004 à 18h12

    Répondre

    Oh vous, vous dans votre canapé qui louez des films comme Tomb-raider ou Mission impossible !
    Oh vous qui croyez que le cinéma japonais s'arrête à pokemon et Tigre et dragon !
    Arrêtez de voir ces "fast-food" du cinéma.
    Prenez votre temps et voyez les films qui se font aussi rare que les VRAI cinéphiles !!
    Qui n'aura pas vu ce film ne pourra mourrir en paix.
    Réfléchissez... et comprenez qu'un film qui est beau, c'est celui dont la beauté ne saute pas directement aux yeux.

  • Anonyme

    03/02/2010 à 09h20

    Répondre

    Au contraire, je pense que la beauté du film saute directement aux yeux. une pure merveille à ne conseiller qu'à un public "élitique".

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques