5/10

Autour de Lucy

Le principe de la comédie sentimentale, dans sa forme basique, est d'amener un homme et une femme à se rencontrer puis à débuter une relation amoureuse/sexuelle caractérisée généralement par on ne sait quels éléments inhabituels. La distinction que s'octroie justement la belle Lucy, c'est de multiplier ses prétendants par cinq, histoire d'offrir un regain de suspense dans un style d'intrigue qui n'en offre ordinairement pas des masses. Mais, diable, avec qui la jeune et blonde journaliste va-t-elle finir au terme du film ? Tension à son comble, sueurs froides, palpitations : la fin est cette fois-ci incertaine...

« Lucy (Monica Potter), jeune femme New-Yorkaise (encore !), cyclothymique, allergique, inhibée avec tendances compulsives, cherche homme idéal ». Et cela depuis que son petit ami Peter, l'homme parfait par excellence, l'a jetée comme une vieille chaussette sale. Sur les conseils de ses copines, elle accepte alors de rencontrer cinq prétendants à l'aveuglette, sur une année, afin de se dégotter l'amant de ses rêves...

Les premières minutes nous offrent déjà la fin partiellement sur un plateau : le film se finit sur un mariage, et avec un des cinq prétendants. Reste alors à déterminer qui sera l'heureux élu. Candidat à l'église :
- Doug (John Hannah), intellectuel réservé, charmant et discret, mais peut-être un peu trop coincé.
- Gabriel (Gael Garcia Bernal), écrivain et metteur en scène doublé d'une bête de sexe.
- Barry (Henri Thomas), informaticien impulsif un brin indélicat.
- Bobby (Anthony Lapaglia), ancienne star du base-ball sexiste aux idées tranchées.
- Luke (David Boreanaz), orthopédiste de Floride charmeur, inattentif, et matérialiste.
L'intrigue va donc se morceler en plusieurs parties distinctes, s'attelant à nous faire découvrir le déroulement des cinq rendez vous par petits bouts, pour finalement évincer les plus faibles et conserver les favoris. Chaque rencard démasque une des facettes de la personnalité de Lucy, au contact de ces différents messieurs, un trait de caractère ou un état particulier qui va lui permettre d'apprécier les qualités parfois un peu subtiles de son soupirant. La comédie s'appuie donc sur le vécu potentiel qu'aurait pu occasionner ces Blind Dates comme on les appelle, de charmantes petites rencontres insolites qui auront parfois le pouvoir de nous arracher un sourire. Bien payé, s'il l'on prend en compte le caractère finalement convenu de l'intrigue, et le manque de rythme dégagé par le puzzle affectif de Lucy. Reste cependant le charme indéniable d'une Monica Potter encore trop absente des écrans, et de la répartie cinglante (et donc appréciable) de son personnage.

Prenons une comédie sentimentale extrêmement basique, et confrontez la femme fatale du film à cinq mâles très distincts, vous obtiendrez Autour de Lucy, charmante petite sucrerie conventionnelle sauvée de justesse par quelques agréables moments et les yeux bleus de son actrice principale.

A découvrir

Traqué

Partager cet article
A voir

Hours (The)

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    28/02/2004 à 00h00

    Répondre

    salut!
    en fait je viens juste à la recherche d'une info sur "autour de lucy".
    j'aimerais savoir quelle est la chanson que Barry chante en karaoké et que lucy adore?
    je remercie celui ou celle qui pourra me donner ce renseignement!
    sinon moi j'ai trouvé que ce film, bien que sans originalité dans le scénario, est tout à fait adapté à toute personne qui aime regarder une comédie sentimentale.
    d'ailleurs je peux vous conseiller un autre film que j'ai particulièrement aimé : sweet november!!!
    a très vite
    djess

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques