9/10

assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (L')

L'homme qui tua Jesse James...

L'Ouest a ses légendes. Buffalo Bill, Calamity Jane... Et le gang des frères James, cinq desperados braqueurs de banques et de trains menés par deux frangins, dont le plus célèbre est incontestablement le cadet, Jesse (l'autre étant prénommé Frank). En revanche, la postérité ne retint pas le nom de l'homme qui tua Jesse James, bien qu'en son temps il fit sensation dans les conversations populaires.

Bob Ford (Casey Affleck) voue une admiration sans borne au gang des frères James, dont son grand frère Charley (Sam Rockwell) fait partie. 1881. Lorsque le gang se trouve amaigri de plusieurs membres, et ne compte plus que deux James en son sein, Bob est engagé pour l'attaque d'un train. Ce n'est que la première étape du voyage personnel qui le mènera à l'assassinat de Jesse (Brad Pitt), un homme au charisme surhumain mais à la psyché torturée...

James bon
James bon
On distingue généralement deux types de westerns : le modèle américain, basé sur une idéalisation des valeurs et des personnages, une sublimation de l'héroïsme de soldats nordistes ou de shérifs ultra-couillus et une propension à filmer de jolis couchers de soleil sur Monument Valley ; et le modèle européen, généralement italien (dit « spaghetti » pour les gastronomes), privilégiant l'humour et la violence, insistant sur la trivialité et la fourberie de cow-boys mal lavés et mus essentiellement par l'appât du gain. L'assassinat de Jesse James appartient à une troisième catégorie, plus difficile à cerner, qui s'attache aux personnages et aux ambiances pour transmettre à la fois la complexité des caractères (on a beau être cow-boy, on n'en est pas moins homme) et l'universalité des thèmes abordés. S'il fallait trouver des voisins de table à ce film, on penserait à Impitoyable de Clint Eastwood ou Dead Man de Jim Jarmusch... Vous remarquerez qu'on fait pire comme référence !

Avant de m'assassiner lâchement, passe-moi le sucre
Avant de m'assassiner lâchement,
passe-moi le sucre, tu veux ?
Au rythme des informations "historiques" (forcément sujettes à caution étant donné l'ancienneté des évènements) égrenées en voix off sur de sublimes séquences éthérées à la limite de l'onirisme, le film déroule avec une lenteur consommée l'évolution des relations entre Bob Ford et Jesse James, tout en peignant de solides portraits des personnages qui les entourent (Wood Hite, Dick Liddil...). On remarquera par ailleurs que la vie de l'Ouest vieillit prématurément les hommes, puisque qu'un Jesse James de 36 ans est joué par un Pitt de 44, et un Bob Ford de 20 ans par un Affleck de 32... Casey Affleck, le jeune frère de Ben, apporte une réalité touchante à ce personnage fluet, mal assuré mais bouillant de passion et d'envies ; un rôle difficile à tenir face au géant Brad Pitt, qui incarne le brigand bien-aimé avec un aplomb incroyable, donnant à chacune de ses apparitions une densité incroyable. Pitt est clairement un acteur majeur de sa génération, espérons qu'il ne se fourvoiera pas à la cinquantaine comme un De Niro égaré dans ses rôles de beaux-pères caricaturaux ou de mafieux auto-parodiques.

Démystificateur dans son approche de la légende (Jesse James est brutal et dépressif, les duels au soleil n'existent pas), le film parvient pourtant à sublimer ses personnages, à leur conférer une aura qui explique la popularité qu'ils eurent dans la presse et les mentalités de l'époque. En abordant une période et un homme aussi présents dans l'inconscient populaire, L'assassinat de Jesse James est à la fois une tranche d'histoire et une tranche de rêve. Un western crépusculaire, comme on dit, et un incontournable de l'année 2007.

Partager cet article

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • Cineman

    15/10/2007 à 19h28

    Répondre

    Fascinant de bout en bout . Ce western psychologique et onirique est une pépite transcendée par un jeu d'acteurs impeccable , dont  un Casey Affleck très juste et surtout un Bratt Pitt impériale ( qui décroche d'ailleurs là un des meilleurs rôle de sa carrière pour moi ) , un scénario riche et des plans d'une beauté remarquable.


    la scène de l'arrivée du train  


    Un des must de cette fin d'année ... 9/10 également

  • Prospero

    21/10/2007 à 19h15

    Répondre

    J'adore la légende de la seconde image. ^0^

  • nazonfly

    31/10/2007 à 07h41

    Répondre

    Vu hier. Ce film est tout simplement le meilleur que j'ai vu cette année, il me semble.


    2h39 qui passent en un clin d'oeil, ça veut tout dire. Magnifique de bout en bout, des acteurs au poil (Brad Pitt excellent notamment).


    Bref j'ai adhéré à 100% à ce film qui n'a pas grand chose d'un western, si ce n'est qu'il se déroule dans les Etats-Unis historiques. 

  • Aurélie

    31/10/2007 à 17h26

    Répondre

    Je suis désolée mais pour moi c'est sans doute l'une des pires tortures de l'année. C'est long, tellement long... Et l'histoire ne m'a pas captivé une seconde. Au point que j'ai compté, contrairement à ce qu'annonce la voix off au début de l'histoire (comme quoi Jesse James cligne tout le temps des yeux à cause d'un problème de santé chaipakoi), ce cher Brad cligne des yeux trois fois grand max dans le film. Long, déprimant et à,l'estétique un peu douteuse. En fait, je le résumerais en un seul mot : pénible. Et pourtant j'aurais adoré aimer.

  • nazonfly

    31/10/2007 à 18h20

    Répondre

    Aurélie, ne vas surtout pas voir Paranoid Park.

  • SOPHY&

    31/10/2007 à 18h35

    Répondre

    Je l'ai vu hier soir et c'est un western magnifique. Une oeuvre sombre, mélancolique sublimée par la musique de Nick Cave. Les images sont d'une beauté rare et l'interprétation de Casey Affleck est magistrale. Ce film me fait penser à "Pat Garett et Billy the kid" de Sam Peckinpah, le même coté désabusé sans Nick Cave mais avec Bob Dylan (pas mal non plus...).


    Pour moi le meilleur film de cette année. Salut à tous !

  • froo

    05/11/2007 à 18h03

    Répondre

    Je l'ai vu hier soir, et je l'ai tout simplement trouvé magnifique.


    Casey Affleck est époustouflant dans son rôle, jouant à perfection le type difficile à cerner... son visage, les intonations de sa voix, sa façon de se tenir,... woaw... rien à redire.

    De très belles images, auxquelles s'accorde parfaitement la musique, à la fois lancinante, poétique, mélancolique.

    Un film long, mais sans longueurs.

    C'était juste beau.


    Un petit bémol peut-être pour le choix de Mary-Louise Parker. J'aime beaucoup cette actrice, et elle a bien assuré dans son rôle... mais, malgré sa robe et sa coiffure, j'ai eu un peu de mal à ne pas penser à Weeds en la voyant, ce qui m'a un peu coupée dans l'histoire.

    Deuxième petit bémol (qui est en train de me passer) : la fin, que j'ai trouvée un peu abrupte. Mais en y réfléchissant un peu, je me suis rendue compte que ça allait bien avec l'histoire.




    Deux détails, qui n'enlèvent en rien tout le bien que je pense du film. 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques