6.5/10

Arthur et les Minimoys

Et de dix ! Luc Besson l'a annoncé, il prendrait sa retraite de réalisateur culte après son dixième film, même s'il a avoué pouvoir reprendre la caméra en main en cas de production d'un Arthur 2 et 3 (et oui, encore un film pensé comme une trilogie). Après le métro parisien, les fonds marins, le futur, et les longues jambes de Rie Rasmussen, voici les Minimoys (prononcez « minimoillze »), où comment un réalisateur plutôt porté sur les films pour adultes se tourne soudainement vers l'innocence enfantine. Une carrière plutôt éclectique au final, qui s'achève dans une qualité toute relative...

Freddie Highmore
Freddie Highmore
Arthur (Freddie Highmore) vit chez sa grand-mère (Mia Farrow), plongé dans les aventures merveilleuses de son grand-père. Celui-ci, porté disparu, aurait dissimulé un trésor sur la propriété familiale, une petite fortune qui pourrait bien payer les dettes. Arthur se met alors en tête de retrouver la trace du trésor, grâce aux informations laissées par son grand-père : selon celui-ci, un peuple minuscule du nom de Minimoys vivrait sous terre, et l'ouverture du passage vers leur monde serait imminente...

Mylène Farmer ?
Mylène Farmer ?
L'histoire d'Arthur et les Minimoys, telle qu'est traitée dans le film, ressemble plus ou moins à une petite nouvelle alignant les évènements importants de l'intrigue et les ponctuant uniquement de virgules. Comme si le réalisateur, Luc Besson pour ne pas le citer, avait mis en boîte plus de deux heures de métrage pour finalement décider de se restreindre à moins de cent minutes. Une durée s'expliquant sans doute par le choix du public visé, qui ne devrait pas dans la majeure partie des cas dépasser le mètre cinquante. Dès le début, le récit s'enchaîne à une vitesse folle, empile les informations importantes sans ralentir d'un poil, et propulse le spectateur dans l'univers imaginé par Luc Besson (à partir d'une idée de Céline et Patrice Garcia). Et en deux coups de cuillère à pot, notre Arthur devient Minimoy, rencontre le roi, la princesse, essuie une attaque d'insectes vindicatifs, pour ensuite partir directement à l'aventure dans une quête simpliste et manichéenne. Un rythme effréné, qui a au moins le mérite de capter l'attention à défaut de faire fonctionner les cellules grises, rien de bien étonnant à partir du moment où l'on considère Arthur et les Minimoys comme un produit uniquement destiné au plus jeune âge. Les adultes retrouveront bien quelques références faciles au cinéma contemporain, tombant un peu comme une touffe de cheveux sur la bonne soupe de grand-mère, et s'épuiseront rapidement à énumérer tous les clichés du genre : le jeune héros mignon et débrouillard, la jolie princesse pas très sociable, le petit rondouillard sympathique, le bon roi un peu gâteux, des vilains très crétins, et un chef des vilains cruel et bavard.

La réalisation de Luc Besson, toujours aussi professionnelle, encadre parfaitement le talent d'un Freddie Highmore qui collectionne les grands réalisateurs sans sourciller (Ridley Scott, Tim Burton, Jean-Jacques Annaud, Marc Forster, et maintenant Luc Besson), et donne une petite touche plutôt agréable aux scènes entièrement numériques. Celles-ci, créées à partir de prises de vues réelles filmées par Luc Besson dans un environnement adapté, se montrent parfois très impressionnantes, principalement dans le rendu des mouvements et des expressions du visage. Dommage que l'univers si spécial des Minimoys ne soit guère plus mis en avant, la faute probablement au rythme de course infligé au film. Même la musique, de jolis morceaux composés par Eric Serra, s'y scotche tout le long comme si elle craignait de perdre le fil de l'histoire, ne laissant que quelques minutes de répit à un spectateur qui ne peut écouter la partition que d'une oreille distraite.

Destiné clairement aux plus petits, Arthur et les Minimoys a toutes les qualités pour séduire le jeune public, mais aussi tous les défauts qui indisposeront plus ou moins les grandes personnes. Si la réalisation (prises réelles et 3D) et le talent des acteurs font merveilles, le rythme (trop) soutenu de l'action et la quasi-absence de second degré ont de quoi poser problème sur la longueur, pourtant peu importante.

A découvrir

Casino Royale - 2006

Partager cet article
A voir

Saw III

A propos de l'auteur

47 commentaires

  • Anonyme

    24/11/2006 à 12h39

    Répondre

    Ouai les même défauts et qualités que le 5 eme élément , techniquement très réussit mais creux et bête comme c'est pas permis .

  • Anonyme

    25/11/2006 à 10h46

    Répondre

    Tu l'as déjà vu Krisss, ou c'est ce que tu tires de la critique de Nicolas ?

  • Anonyme

    26/11/2006 à 21h25

    Répondre

    Non non, je disais ça d'après la conclusion de Nicolas, rien de plus, j'ai eu ce sentiment pour le 5ème élément

  • Anonyme

    26/11/2006 à 23h29

    Répondre

    Okay

  • weirdkorn

    14/12/2006 à 18h35

    Répondre

    100% pour les enfants et les pas trop intelligents de préférence. Le scénario est aussi débile que caricatural, sans parler d'erreurs grossières
    Arthur cherche une corde, il demande à ses compagnons s'il n'en ont pas. Ils répondent que non. Arthur, très futé, trouve le moyen de s'en procurer une. Hop, scène d'action expédiée. Deux minutes plus tard, la fille sort une corde d'on ne sait où. Dix minutes plus tard, le frère en sort une de son couteau magique alors qu'il avait expressement dit qu'il n'y en avait pas Ou quand des scénaristes nous prennent pour des cons...
    Sinon, je l'ai vu en français et le doublage est calamiteux, en particulier pour les scènes "réelles".
    Franchement mauvais.

  • shwarztein

    14/12/2006 à 19h13

    Répondre

    Il paraît que le film a bien marché au cinéma ces derniers jours (40 000 personnes à peu près je crois).

  • nazonfly

    15/12/2006 à 10h03

    Répondre

    weirdkorn a dit :
    100% pour les enfants et les pas trop intelligents de préférence. Le scénario est aussi débile que caricatural, sans parler d'erreurs grossières


    Comme les 99/100 de films pour enfant.

  • Anonyme

    15/12/2006 à 10h12

    Répondre

    nazgul666 a dit :
    100% pour les enfants et les pas trop intelligents de préférence. Le scénario est aussi débile que caricatural, sans parler d'erreurs grossières


    Comme les 99/100 de films pour enfant.


    Surtout en période de noël avec une météo bien froide....

  • hiddenplace

    15/12/2006 à 19h16

    Répondre

    nazgul666 a dit :
    100% pour les enfants et les pas trop intelligents de préférence. Le scénario est aussi débile que caricatural, sans parler d'erreurs grossières


    Comme les 99/100 de films pour enfant.

    N'importe quoi, toi.

    (tu as une voie en moins de ma part sur le concours de photos, pour la peine! (si j'arrive à déterminer quelles photos tu as faites))

  • nazonfly

    15/12/2006 à 21h38

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    100% pour les enfants et les pas trop intelligents de préférence. Le scénario est aussi débile que caricatural, sans parler d'erreurs grossières


    Comme les 99/100 de films pour enfant.

    N'importe quoi, toi.

    (tu as une voie en moins de ma part sur le concours de photos, pour la peine! (si j'arrive à déterminer quelles photos tu as faites))

    Franchement les films Disney/Pixar et compagnie, c'est débile et caricatural. Mais vu que c'est Besson c'est forcément moins bien.
    Il y a des films pour enfants superbes sûrement. Mais ils ne font pas le plus de pub!

  • Anonyme

    15/12/2006 à 22h29

    Répondre

    nazgul666 a dit :

    Franchement les films Disney/Pixar et compagnie, c'est débile et caricatural. Mais vu que c'est Besson c'est forcément moins bien.
    Il y a des films pour enfants superbes sûrement. Mais ils ne font pas le plus de pub!


    Désolé mais pixar c'est ni débile ni caricatural ...

  • Wax

    15/12/2006 à 23h43

    Répondre

    KRISSS a dit :

    Franchement les films Disney/Pixar et compagnie, c'est débile et caricatural. Mais vu que c'est Besson c'est forcément moins bien.
    Il y a des films pour enfants superbes sûrement. Mais ils ne font pas le plus de pub!


    Désolé mais pixar c'est ni débile ni caricatural ...

    +1. Naz, soit tu regardes les films en surface, soit avec des oeillères.

  • iscarioth

    16/12/2006 à 06h58

    Répondre

    Wax a dit :

    Franchement les films Disney/Pixar et compagnie, c'est débile et caricatural. Mais vu que c'est Besson c'est forcément moins bien.
    Il y a des films pour enfants superbes sûrement. Mais ils ne font pas le plus de pub!


    Désolé mais pixar c'est ni débile ni caricatural ...

    +1. Naz, soit tu regardes les films en surface, soit avec des oeillères.

    Le discours sur la force du nombre et la politique de la terreur des insectes racketteurs sur les fourmis dans 1001 pattes

  • Anonyme

    16/12/2006 à 08h33

    Répondre

    Gallu a dit :

    Le discours sur la force du nombre et la politique de la terreur des insectes racketteurs sur les fourmis dans 1001 pattes


    Ou alors une métaphore sur la fugue et sur les rapports père enfants en plein conflit d'indépendance et sur la crise de l'adolescence Dans le monde de némo !

  • nazonfly

    16/12/2006 à 08h41

    Répondre

    Ouais je me suis planté, ça arrive.
    Je pensais à Shrek en fait, mais ce n'est pas Pixar.
    Pour Pixar, en fait, je me rends compte que je n'en ai pas vu... Mais ce qu'on m'a dit de Cars ne me donne pas envie de le voir...

    Quand aux Minimoys, si le film suit le livre, alors c'est un film pour enfant qui n'est pas si mal que ça. Mais bon c'est Besson alors c'est forcément une daube.

  • iscarioth

    16/12/2006 à 09h13

    Répondre

    KRISSS a dit :

    Le discours sur la force du nombre et la politique de la terreur des insectes racketteurs sur les fourmis dans 1001 pattes


    Ou alors une métaphore sur la fugue et sur les rapports père enfants en plein conflit d'indépendance et sur la crise de l'adolescence Dans le monde de némo !

    Y' aussi un moment où ils voient un plongeur, l'un des poissons dit : "ils se croient tout permis ces humains.... c'est surement un américain" ou quelque chose dans le genre.

    Et dans les pixar, ca chante pas ! (le truc insupportable pour les adultes, comme pour certain enfants. Gamin, je supportai pas le rêve gnangnan bleu dans Aladdin )

    naz--> l'esprit critique et le double niveau de lecture, c'est caractéristique des studios Pixar, mais c'est complètement absent de ce que fait Dreamworks. Voilà pourquoi il ne faut surtout pas confondre l'un avec l'autre (j'aurai bien mis un smiley à la suite de cette phrase, mais je ne sais pas lequel choisir).

  • Anonyme

    16/12/2006 à 11h04

    Répondre

    dreamworks a su étonner avec le faussement original shrecks mais depuis ... que dalle

    par contre pour Besson on verra bien ... wait n see

  • Kei

    16/12/2006 à 12h41

    Répondre

    Je suis la seule personne à avoir aimé Shreck ?

    Je suis pourtant généralement assez prompt lorsqu'il s'agit de bruler ses anciennes idoles, mais là je ne comprend pas toute cette haine...

    Vous lui reprochez quoi au juste ?

  • Anonyme

    16/12/2006 à 17h27

    Répondre

    Kei a dit :
    Je suis la seule personne à avoir aimé Shreck ?

    Je suis pourtant généralement assez prompt lorsqu'il s'agit de bruler ses anciennes idoles, mais là je ne comprend pas toute cette haine...

    Vous lui reprochez quoi au juste ?



    c'est marrant, décalé mais assez creux, c'est pas nul mais ça n'a pas la profondeur d'un pixar, de plus dreamworks n'a rien fait de bon depuis contrairement à pixar.

  • Kei

    16/12/2006 à 17h44

    Répondre

    De pixar, je n'ai vu que Monsters Inc, The Incredibles et finding Nemo, et je n'ai pas été emballé. Alors que shrek m'a fait vraiment rire, et que je l'ai revu avec plaisir, j'ai trouvé ces trois films regardables sans plus. Je trouve que ce n'est que du dessin anime pour enfant, sans second degré de visionnage. Alors la profondeur, je ne la vois pas trop.

  • KaSuGayZ

    16/12/2006 à 17h50

    Répondre

    Moi je trouve que le fameux (et soi disant) double discours des films d'animation c'est une de ses nombreuses arnaques du siècle, qui prend part au long mouvement de défaite de la pensée qui nous tuera tous.

    Parce qu'honnêtement faut vraiment être affamé pour trouver le discours de ces films irrévérent et pour juger certaines de leurs scènes comme du discours culturel très profond... C'est quand même un signe qu'il n'y a plus grand chose d'autre à se mettre sous la dent.

    Je partage plutôt l'avis de Kei, je sais apprécier ce genre de film, mais je les prend pour ce qu'ils sont et je réserve mes discours intellectualisant à ce qui le mérite.

  • raidenjeff

    16/12/2006 à 18h39

    Répondre

    Tu m'enlèves les mots de la bouche KaSuGayZ

  • Wax

    16/12/2006 à 18h44

    Répondre

    Bah c'est jamais très profond, surtout vu avec des yeux d'adulte, mais de là à trouver ça débile et sans interet comme le disait Naz quelques posts plus haut, faut pas déconner!
    Et sinon j'ai beaucoup aimé Shrek et encore plus le 2ème d'ailleurs. Je ne vois d'ailleurs pas en quoi il est "faussement" original.

  • Anonyme

    17/12/2006 à 00h53

    Répondre

    J'ai pas trop envie de dévellopper le débat mais la faut quand même pas pousser.

    Je vais pas faire une grosse analyse de chaque dessin animé de Pixar mais je vais en résumer trois !!!

    Le monde de Némo : Je l'ai tellement vu pour mes enfants que j'ai pu en décrire les moindre lignes, l'histoire d'un mec possessif dont l'enfant devient un adolescent et qui fait sa crise, il fugue et se retrouve en prison (l'aquarium) avec une bande de paumés (le chef de bande a une cicatrice).
    Le père découvre en cherchant son fils que de le protéger du monde extérieur ne lui apportera rien (le poisson qui accompagne le père dit à un moment que si il veut que son fils vive, il doit lui foutre un peu la paix), le film se termine par le fait que le peur s'ouvre aux autres, à part ça, y a pas de second degré de lecture sauf que c'est directement destiné aux parents. Le tout rapporté au monde marin.


    Les indestructibles: l'histoire d'une famille de super héros qui se remet aux travail pour pouvoir combattre un mechant, le dessin animé comporte de nombreuses scènes ou les problèmes familiaux et l'acceptation de soi (les super héros doivent se cacher pour vivre en paix) ont une importance capitale et ont une inffluence directe sur le déroulement des évènements donc pas non plus destiné aux adultes.


    Geri's Game : un homme en proie à la solitude joue une partie d'echec contre lui même le tout sur un ton léger et quand même osé pour un sujet aussi dramatique (enfin tout est relatif, je vous l'accorde) pas destiné aux adultes non plus.


    Pour dreamworks, on touche le fond, un zèbre qui veut retourner à la vie sauvage mais qui au bout du compte accepte sa condition, un autre mec qui ment pour avoir la popularité et une fois découvert, est finallement pardonné.

    Pour shreck, c'est une autre histoire, le fait de pastisher l'univers du conte de fée en faisant un parrallèle sur le show biz est un peu hypocrite car l'univers du dessin animé remplit les caisses de ce même univers, shreck c'est marrant fun mais bien entendu très léger dans le propos, je dirai même pire, le premier est carrément douteux quand il s'agit de dire "bon ok l'ogre, tu peux rester avec la meuf vu qu'en fait c'est une ogresse, c'est pas jolie jolie au niveaux de la mixité", le deuxième rattrape un peu le coup mais se conredit en permance dans les motivations de chacuns.

    Personnellement j'ai pas detesté shreck mais madagascar ne présente rien d'interessant à part un humour à deux balles et gang de requins avec son faux hommages au film de gangster et son appartenance à l'univers dit "black" (les musiques, le poisson doublé par will smith qui sort à un moment "y a plein de poisson blanc qui ne veulent pas faire ça), je trouve ça un peu facile et j'ai tout ces films en dvd, personnellement, je pense qu'il faut parfois regarder plus loin au lieux de dire qu'un dessin animé est juste bon pour les gamins, la doube lecture ne fait de mal à personne, elle existait déha à travers les contes de féé.

    Ces même conte de fée on été avec le temps allegé (un amis à moi m'a d'ailleur fournit une explication logique à ce sujet en me disant que les histoires changer car le monde changeait pour résumer), le preuve en est.

    Pour ce qui ont vu les deux bambis, le premiers est beaucoup plus noir que le second qui racontre une histoire mille fois vue éttiré inutilement, mes enfants ont détesté et j'ai été moi même consterné par le spectacle alors que je n'attendais rien de particulier.

    Les seuls que je critiquent pas trop pour le moment son les créateurs de l'age de glace pour la simple et bonne raison que le premier est plutôt interessant dans le fond et le second dans la forme, j'espère que leur prochain sera une fusion des deux.

    En attendant, Seul PIXAR depuis une dizaine d'année a réussit à faire avance l'univers du dessin animé et la preuve est la, tout le monde copient sur eux.

    D'ailleur vous devez savoir que Disney qui produit PIXAR s'est rendu compte que leur film marchait moin bien et PIXAR a demandé plus, PIXAR et Disney on faillit se séparer mais tout est rentré dans l'ordre, Disney se rend compte que leur dessins animés commence à ne plus avoir de saveur et les echecs de chicken little (qui n'est pas mauvais en soi) et the wild sont la pour le confirmer.

  • Kei

    17/12/2006 à 01h58

    Répondre

    Je rentre tout juste d'une soirée, et c'est avec un peu d'alcool dans le sang que je te répond.

    A propos de shrek, la morale je m'en cogne. Pour être franc, je n'y ai vu aucune critique, mais juste une grosse blague qui m'a bien fait rire. Je ne pense pas que cette morale que tu trouves ignobles fasse vraiment parti du film. A mon sens, il s'agit plutôt d'une scène qui permet de faire rentrer une montagne de gag dans une histoire type "conte de Fée" qui se termine par "ils vécurent heureux et eurent bcp d'enfant"

    Pour madagascar et le reste, je m'en cogne, je ne les ai pas vu. Je n'ai jamais dis qu'il ne fallait pas dire que Dreamworks fait de la merde, mais juste que même si Dreamworks fait de la merde, Shrek c'est bien. Pour les productions récentes, je ne dis rien puisque je ne les ai pas vu.

    A propos de Pixar, je me dois de nuancer ton propos. Je trouve le message tout aussi simpliste dans Nemo que dans les indestructibles. C'est vraiment une découverte qu'il ne faut pas isoler les enfants du monde extérieur ? C'est vraiment une découverte que la tolérance c'est bien et qu'acepter l'autre comme il est est la solution ?

    Je pourrais dire (avec bcp de mauvaise foi, merci de ne pas retourner ce paragraphe contre moi, je suis très conscient que c'est moche) que le l'autre rigolo qui ment puis est pardonné est un grand message universel qui consiste à dire de ne pas condamner l'autre juste parcequ'il a fait des mauvaises actions, et que tout le monde à droit de changer, à droit à une deuxième chance.
    (je n'ai pas vu du tout ce film, je ne sais même pas duquel on parle, mais je voulais juste dire que c'est très facile de trouver un message soit disant fort là ou il n'y a finalement qu'une situation banale)

  • Anonyme

    17/12/2006 à 09h54

    Répondre

    Ben pour répondre à ton message, j'ai vu tout les films dont je te parle au moin deux fois, et la qualité d'écriture pour les dreamworks et bien en dessous que celle des pixar et je suis rassuré de ne pas être le seul à le penser.

    Donc j'avoue qu'il sera difficile pour toi de parler d'une oeuvre que tu n'a pas vu, je ne jouerai donc pas sur tes arguments.

    Mais crois moi que faire passer un message aussi simplisite sois t'il peut être fait avec beaucoup de subtilité ou au contraire de façon grossière et quand un oeuvre ne supporte pas plusieurs visions, je pense que le problème d'écriture y est vraiment pour quelque chose.

    En ce qui concerne shreck, les critiques que j'ai lancé n'enlève pas le plaisir que j'ai eu à les voir, je préfère comme beaucoup le deux au premier mais il faut recônnaitre pour ma part que la forme (les gags et la technique) l'emportent sur le fond faisait de shreck un dessin animé sans réelle profondeur.

    mais si comme tu dis, tu te fous de savoir si il y a un second degré de lecture, ben je vais pas te forcer à le chercher car tu es libre d'apprécier un film comme tu l'entends.

    Mais crois moi que Brad Bird a réussit à démontrer à plusiurs reprises sont talent notemment dans les simpsons, une série déjanté qui réussit pourtant souvent à émouvoir dans certains épisodes, et ce genre de qualités n'est pas donné à tout le monde.

  • iscarioth

    17/12/2006 à 10h53

    Répondre

    Krisss fait honneur à son avatar

  • Anonyme

    17/12/2006 à 13h28

    Répondre

    Gallu a dit :
    Krisss fait honneur à son avatar


    Honnêtement, tu en penses quoi de tout ça ???

  • inter-activities

    19/12/2006 à 12h48

    Répondre

    Profitez vite, demain le 201206 un nouvel interview avec Patrice Garcia le directeur artistique d'Arthur (mais aussi designer du cinquième élément).
    Alors posez lui rapidement vos questions via krinien ou directement sur inter-activites!
    En attendant vous pouvez consulter ses réponses au premier entretien que nous avons pu avoir avec lui.

  • iscarioth

    21/12/2006 à 19h52

    Répondre

    KRISSS a dit :
    Krisss fait honneur à son avatar


    Honnêtement, tu en penses quoi de tout ça ???

    J'avais zappé ce post.

    Bah, sur ce débat, je suis entièrement de ton avis.

    Ca fait peur, hein ?

  • Anonyme

    24/12/2006 à 09h23

    Répondre

    Pour en revenir à Arthur et les Minimoys,je suis assez dégoûtée par le principe même du film...enfin,plus exactement par son contexte.

    Là je vais faire appel à mes souvenirs,qui sont un peu vagues donc reprenez moi si je dis des grosses conneries...

    Au départ,Arthur est un roman(enfin,plusieurs),écrit par Luc Besson.Comme c'est le grrrrand Luc Besson et pas n'importe quel auteur pour enfant,la sortie du premier bouquin avait été médiatisée.
    Et Besson avait déclaré"vouloir sortir un peu du domaine du cinéma,s'essayer à d'autres projets;.."Et quand on lui avait demandé s'il comptait faire une adaptation ciné de son roman,il avait assuré que "non,ce n'était pas du tout le but;Le but étant justement pour lui de s'écarter un peu du domaine filmique;.."

    Mon cul...
    Voilà le film qui arrive,avec,comme on nous l'annonce si subtilement,probablement ses deux suites.Un beau film pour enfants,pile à Noël,qui va encore faire plein de pognon....D'autant plus que la BD sort dans la foulée,ainsi qu'une armée à peine croyable de produits dérivés.Et oui,ce Noël,va y avoir du Minimoys sous le sapin!

    J'ai un peu l'impression que dans cette histoire on se fout de notre g....

  • KaSuGayZ

    24/12/2006 à 14h51

    Répondre

    Si c'est ça on se foutait déjà de la gueule de nos parents.

  • raidenjeff

    24/12/2006 à 15h19

    Répondre

    Voilà le film qui arrive,avec,comme on nous l'annonce si subtilement,probablement ses deux suites.Un beau film pour enfants,pile à Noël,qui va encore faire plein de pognon....D'autant plus que la BD sort dans la foulée,ainsi qu'une armée à peine croyable de produits dérivés.Et oui,ce Noël,va y avoir du Minimoys sous le sapin!

    J'ai un peu l'impression que dans cette histoire on se fout de notre g....


    2 suites, c'est le bouquet
    Je confirme, Besson se fout de la gueule du monde et ça date pas d'hier. Pour ma part, je ne vais plus voir ses films, même avec ma carte, si j'vois marqué "Besson", je fuis.

  • Anonyme

    26/12/2006 à 09h04

    Répondre

    Besson a suivi un joli stage au states et utilise maintenant les recettes qu'il a appris la-bas pour offrir une meilleure concurence.

    C'est un peu le george Lucas Français !

  • Anonyme

    26/12/2006 à 18h03

    Répondre

    Pourtant des films "pour enfants"comme Dark Cristal,l'histoire sans fin,la guerre des boutons,ont atteint leur public sans l'aide de produits dérivés à gogo(j'ai encore jamais vu de chaussons Dark Cristal )

    Et même des films actuels comme par exemple l'âge de Glace n'en ont pas franchement eu beaucoup....

  • Anonyme

    27/12/2006 à 09h20

    Répondre

    le chat de Schrödinger a dit :
    Pourtant des films "pour enfants"comme Dark Cristal,l'histoire sans fin,la guerre des boutons,ont atteint leur public sans l'aide de produits dérivés à gogo(j'ai encore jamais vu de chaussons Dark Cristal )

    Et même des films actuels comme par exemple l'âge de Glace n'en ont pas franchement eu beaucoup....


    ben la tu prends comme exemple des films biens particuliers:

    Dark Crystal a beau être un film magnifique, il n'est pas destiné au petits enfants et d'ailleur il n'est adulé que par des fans du genre.

    L'histoire sans fin est un petit film (apparement une coproduction) réalisé par Wolfang Petersen (troy, Poseidon) qui n'avaient pas le poids d'un Lucas ou Besson en France.

    La guerre des boutons, la tu parles d'une veilles époque.


    je suis entièrement daccord avec toi sur le fait que les produits et la pub ne font pas le produit, mais entre le dessins animé de Besson et les oeuvres que tu as cités, il y a plusieurs de dix ans d'écart et à cette époque, la concurence était différente je pense dans le domaine, puis je pense aussi que le technique de marketing ont beaucoup évolué et se sont surtout et malheureusement émancipé, besson l'a bien compris !!!!

  • nazonfly

    02/01/2007 à 12h51

    Répondre

    KRISSS a dit :
    L'histoire sans fin est un petit film (apparement une coproduction) réalisé par Wolfang Petersen (troy, Poseidon) qui n'avaient pas le poids d'un Lucas ou Besson en France.


    D'après Allociné, le budget du film était de 27 M$. C'est pas si mal que ça je crois pour l'époque.

    Après on est d'accord que le monde du cinéma a bien évolué depuis. Doit-on aussi rappeler que si L'Histoire Sans Fin n'a pas eu de produits dérivés (encore qu'aux Studios Bavaria où a été tourné le film on trouve des produits dérivés), le film a eu des suites typiquement commerciales.

  • Anonyme

    03/01/2007 à 01h33

    Répondre

    Je suis d'accord avec vous...
    Je suis consciente que les films que j'ai cité sont d'une autre époque par rapport aux Minimois de Besson.
    Mais justement,à cette époque on avait pas besoin d'autant de marketing.Alors,quoi?aujourd'hui c'est indispensable?

    Pour ne citer qu'un seul succés récent qui a su devenir culte sans marketing ni produit dérivés à la con:Wallace et Gromit

  • hiddenplace

    03/01/2007 à 11h35

    Répondre

    Tu ne vas pas souvent dans les magasins spécialisés genre "Album" alors^^

    [i]Wallace et Gromit bénéficie justement d'une floppée de marchandises dérivées (t-shirt, peluches, tasses, figurines, caleçons en tout genre...^^) et cela depuis la naissance des tout premiers courts métrages. Mais ça n'en fait pas non plus une oeuvre bassement et exclusivement commerciale


    (et j'avoue que j'ai, à l'époque des premiers Wallace et Gromit[/i], acheté en Angleterre (c'est là-bas que les produits dérivés se sont multipliés en premier, logique^^) la peluche à l'effigie du petit mouton qui a une bonne tête (Shaun, je crois qu'il s'appelle). Il a même un petit pull fait de sa propre laine! )

  • Anonyme

    05/01/2007 à 08h04

    Répondre

    je ne parlais pas de ce genre de produit dérivés,je veux dire,de ceux qui se trouvent dans les commerces spécialisés.
    Je parlais de ceux qu'on trouve dans les grandes surfaces,dans les papeteries,dans les magasins à gadgets débiles....

    je suis pas contre les produits dérivés,au contraire j'en ai aussi(des Miyazaki,des fringues Corto Maltese,des statues en résine de chez démons et Merveilles.Je confesse même un porte clefs Naruto ).J'évite justement de trop foutre les pieds à l'Album de Strasbourg,parce que des fois quand même j'ai besoin de mes sous pour manger
    A ce propos,super mignon,ton ptit Shaun Fais lui un câlin pour moi

    Ce qui me saoule,c'est l'OVERDOSE de produits dérivés.

  • hiddenplace

    05/01/2007 à 10h53

    Répondre

    Ah oui, d'accord, vu comme ça, autant (au temps? pffff m'énerve cette règle à la noix) pour moi (je ne crois pas en effet avoir vu de figurine Wallace et Gromit dans les paquets de Nesquik )

    Et je n'y manquerai pas, pour Shaun , il doit prendre la poussière, quelquepart par là... (le pauvre)

  • KaSuGayZ

    07/01/2007 à 13h47

    Répondre

    le chat de Schrödinger a dit :

    Mais justement,à cette époque on avait pas besoin d'autant de marketing.Alors,quoi?aujourd'hui c'est indispensable?


    Pour gagner de l'argent. Etonnant, non ?

  • Anonyme

    08/01/2007 à 11h29

    Répondre

    De toute façon, le cinéma à gros budget entraine des impératifs qui obligent les producteurs à mettre à un max d'argent dans la pub, au cas ou le film serait mauvais, il va attirer au moin un max de spectateurs, maintenant ça fonctionne pas tout le temps.

    Ce système peut parâitre parfois harcelant, il n'en est pas moin légitime, mais personnellement moi ça me passe aux dessus.

    Par contre, ça me révolte pour toutes les personnes qui ne s'interessent au cinéma qu'exceptionellement (pour les sorties), il est évident qu'il seront attirés par le film dont la pub a été diffusé dix fois dans la journée que pour le petit film diffusé à une seule séance dans une petite salle sans son THX.

  • Anonyme

    09/12/2008 à 19h08

    Répondre

  • Anonyme

    11/11/2009 à 19h25

    Répondre

    s'était vraiment cool !!

  • Anonyme

    05/12/2009 à 23h09

    Répondre

    Ce film se termine sur un splendide "a suivre" juste au moment où l'histoire devrait commencer... C'est là qu'on réalise vraiment que le scénario se trainait juste pour refaire venir les gens à une prochaine deuxième scéance. Gros émois dans la salle. Une belle escroquerie. Bravo Mr Besson, mes enfants en ont pleuré de déception ! Le marketing, c'est bien, un scénario, c'est mieux ! N'est pas américain qui veut. N'y allez pas !

  • Anonyme

    10/12/2009 à 10h50

    Répondre

    Gros silence et interrogations dans la salle, le film était sympa, puis A SUIVRE... Les enfants étaient dégoutés, c'est un film qui n'est pas FINI, pas comme Harry Potter ou là on peut parler d'épisodes qui se suivent. Monsieur BESSON vous vous êtes rempli les poches, il n'y a qu'un mot pour décrire cela, c'est du VOL...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques