8/10

Argo : la critique

En 1979, 400 iraniens prennent d'assaut l'ambassade américaine implantée à Téhéran, réclamant l'extradition de l'ancien dirigeant du pays, le chah Mohammad Reza Pahlavi. La soixantaine d'employés américains présents sur les lieux seront pris en otages et emprisonnés pendant plus de 400 jours. Tous ? Non. Six diplomates parviennent à s'enfuir le jour de l'attaque et se réfugient au sein de l'ambassade canadienne. Si l'Iran ignore leur existence au moment des premiers faits, tôt ou tard il en viendra à rechercher les disparus et à leur réclamer des comptes.
C'est cette histoire qu'a choisi de mettre en scène Ben Affleck pour son troisième film, prouvant une fois de plus que depuis son passage derrière la caméra, l'acteur a du talent et du savoir-faire.


DR.
Donc, Ben Affleck s'est improvisé réalisateur en 2007 en assurant la direction de Gone Baby Gone, puis réitère l'opération avec The Town en 2010. Des deux films, l'on retient principalement une mise en scène efficace sans être originale ou spectaculaire, et un vrai sens du personnage. Chaque protagoniste sonne juste et s'insère dans un schéma de thriller déjà vu mais loin d'être usé. Nous sommes conquis, Affleck fait oublier ses écueils de carrière pour devenir un artiste à part entière, loin des blockbusters alimentaires comme Daredevil ou Paycheck. Et lorsque que monsieur sort un nouveau film dirigé par ses soins, l'évènement se créé immédiatement.
De base, le synopsis avait de quoi susciter l'intérêt, même sans y associer le nom de Ben Affleck. Déjà, parce qu'il s'agit d'un fait réel historique, atypique, plongeant dans les sombres moments de la crise iranienne. Si l'on parle de prise d'otages, l'intrigue déployée sous nos yeux est tournée façon suspense, insistant sur le sentiment d'urgence et de danger sans mettre la violence au premier rang. Et même lorsque la tension monte, le film désamorce sa relative brutalité par des notes d'humour bienvenues.
DR.
Le synopsis a de quoi faire sourire : pour récupérer ses six diplomates, les États-Unis, avec l'aide du Canada, vont concevoir un faux film de science-fiction et les faire passer pour une équipe de repérage, ce qui sera connu plus tard comme « le subterfuge canadien ». L'histoire traitée par le film a beau être romancée, il s'agit bel et bien d'un élément historique révélé à la fin des années 90. Affleck se permet donc de broder divers éléments fictifs autour de l'opération, afin de maintenir un état constant de suspense. C'est efficace, souvent drôle, interprété avec métier (malgré la profusion de moustaches), et tout passe plutôt bien malgré la durée (près de deux heures). Au final, le personnage de Ben Affleck reste le moins intéressant malgré quelques tentatives d'épaississement familial, heureusement bien contrebalancé par les performances de John Goodman et Alan Arkin.

Alors que le monde s'apprête à subir le dernier volet (on croise les doigts) de la série Twilight, Ben Affleck fait mouche avec un thriller efficace et suffisamment bien équilibré pour rire et frissonner. Sans grand battage médiatique, sans budget démesuré, (presque) sans coup de feu, Argo s'impose comme le film à voir en cette fin d'année.

« Argo fuck yourself ! »


DR.

Partager cet article

A propos de l'auteur

11 commentaires

  • Guillaume

    12/11/2012 à 14h09

    Répondre

    C'est marrant, Ben Affleck ça ne m'attire vraiment pas :/

  • jaiina

    12/11/2012 à 14h54

    Répondre

    Franchement, je te conseille de passer outre tes a priori sur Ben Affleck: avec Gone, Baby Gone et the Town, il a complètement changé. Et j'ai trouvé Argo très bien réalisé, construit (3 histoires bien ficelées): un très bon film

  • FredleBelge

    12/11/2012 à 18h46

    Répondre

    Quasi trois films réussis d'affilé pour Ben Affleck apparemment .

  • el viking

    13/11/2012 à 10h51

    Répondre

    Il ressemble trop à Tom Cruise (dans ce film, pas en général) pour que je puisse ne serais-ce qu'envisager de m'intéresser au film...

  • jaiina

    13/11/2012 à 11h19

    Répondre

    Perso, je trouve ca dommage de se focaliser sur un acteur et de rater un bon film...mais bon ça n'engage que moi

  • el viking

    13/11/2012 à 11h39

    Répondre

    Arf. C'est ce qu'on me dit tout le temps. Cela dit, l'image de l'acteur joue pour beaucoup, et même si c'est un bon film, pour ma part, j'aurais toujours cette image flottant devant mes yeux et altérant ainsi ma perception de l'oeuvre.

    Cela dit, ici, c'était surtout une boutade pour introduire le fait que Ben Affleck ressemble beaucoup à Tom Cruise (version le dernier samourai).

  • Akashinai

    13/11/2012 à 14h53

    Répondre

    Ben Affleck en tant qu'acteur je ne peux absolument pas...Mais il faut avouer qu'avec The Town, Affleck le réalisateur m'a séduit et je pense que je vais vite aller voir cet Argo (dont le pitch me botte vraiment!)

    D'ailleurs faudrait que je jette un oeil à Gone Baby Gone que je n'ai encore jamais vu.

  • jaiina

    13/11/2012 à 15h43

    Répondre

    Gone Baby Gone est vraiment bien mais ...particulier, il prend au coeur, il est poignant. Pas un sujet léger comme les 2 autres

  • naweug

    13/11/2012 à 16h29

    Répondre

    Gone Baby Gone est surtout un très bon polar, cru, de Dennis Lehane. Avant d'être une assez bonne adaptation de Ben Affleck.

  • gyzmo

    16/11/2012 à 13h22

    Répondre

    Vu le truc. La reconstitution est immersive. Le scénario est juste hallucinant, avec un suspens de fin un peu rude. Le casting (et le make-up) m'a impressionné vis-à-vis de l'histoire vraie dont le film s'inspire. Y'a juste Ben Affleck qui n'a physiquement rien à voir avec Mendez. D'ailleurs, je l'ai trouvé vraiment mauvais par rapport à l'ensemble : mono-expressif, regard vide, ballet dans le uc, perruque enfoncée dans les épaules. J'avais presque mal au cœur pour lui tellement il n'avait pas l'air à l'aise dans le rôle. Sinon, à voir. C'est un joli film.

  • froo

    16/11/2012 à 14h50

    Répondre

    gyzmo a dit :
    Y'a juste Ben Affleck qui n'a physiquement rien à voir avec Mendez. ... perruque enfoncée dans les épaules.

    Ah mais non, y a pas de perruque. Je ne sais plus trop où (Télérama ou Glamour ), j'ai lu que justement, pour ne pas faire trop fake, il s'était laissé pousser les cheveux et la barbe exprès, et avait détesté le look pendant toute la période du tournage. D'ailleurs, c'est peut-être pour ça qu'il ne se sent pas trop à l'aise.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques