2/10

Nos amis les flics

Et encore un! Décidément les films français voulant divertir se suivent et se ressemblent fortement dans la nullité, ceci pour notre plus grand malheur. Après le catastrophique People, le pathétique Double zéro, le risible fils du vent, l'apocalyptique l'américain et le mauvais San Antonio (du progrès tout de même), ce genre touche une nouvelle fois le fond avec Nos amis les flics. Je tiens d'ailleurs à préciser que l'équipe de Krinein est allée voir tous ces films (nous sommes consciencieux mais sûrement un peu maso aussi). Revenons au film, aussi peu intéressant qu'il soit. Cette fois-ci, l'histoire est celle d'une bande de malfrats pas bien doués qui prend pendant une nuit un commissariat en otage et se fera passer pour des flics durant cette période. Rires gras du producteur et du réalisateur devant ce brillant synopsis, croyant ainsi satisfaire les envies cinématographiques de quelques beaufs.

Allez, il faut bien un scénario, pour la forme. C'est bouclé le temps d'un aller-retour Paris/St Tropez en hélico. On y trouve un semblant d'intrigue (le temps du retour ça), une grosse psychologie des personnages (celui-là sera très très con, celui-ci un peu moins, celui-là un peu plus et la fille aura un cerveau), de l'action et de la comédie (à la française, précisons-le). Côté casting, on choisit un type sympa et assez populaire pour le personnage principal (Frederic Diefenthal, l'Emilien de Taxi fera l'affaire), une jolie fille pas trop connue (Armelle Deutsch) et une bande de couillons. N'oublions pas Daniel Auteuil en parrain du coin, un rôle qu'il a accepté sûrement parce qu'il passait ses vacances dans la région et qu'il faut bien payer ses impôts.

Comme on l'attendait, ce n'est ni drôle, ni bien filmé, ni divertissant. Les quelques blagues ne marchent pas (la seule bonne réplique a été vue dans la BA), le rythme est lent, les situations vues et revues, etc. Bref, rien à sauver. Je remarquerai plutôt toutes les invraisemblances du scénario (en fait ce n'est que ça) ainsi que la théorie du "combien de balles peut on éviter à 10 mètres d'une mitraillette sans protection tout en restant 15 secondes devant". L'humeur sympatoche du film le sauve quelque peu, on est moins critique envers des amateurs.

Pour conclure, je préfère laisser la parole a un couple âgé qui a bien résumé Nos amis les flics en sortant de la scéance :"on a vu pire". C'est beau, c'est plein d'optimisme mais franchement, à part les films français de cet été ce n'est pas courant.

A découvrir

Roi Arthur (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Flow-Flow

    08/08/2004 à 00h00

    Répondre

    franchement décue par Nos amis les flics, qui n'a pu m'arracher un seul sourire pdt une séance qui m'a semblé très très longue... le scénario est quasi inexistant, les répliques d'une médiocrité déroutante et un humour au raz de la pelouse... heureusement qu'il y avait le pop-corn (ce qui justifie la note:2)!un cinéma français qui aurait bien besoin d'originalité...

  • Anonyme

    28/09/2004 à 00h01

    Répondre

    ce film effectivement c'est pas du mozart mais enfin bon, faut aussi savoir rigoler ; le cinema c'est fait pour la detente de tous .. moi franchement je me suis fendu la poire... et je regrette pas du tout d'y être allé ...de l'humour non pas gras( comme c'est effectivement le cas dans san antonio), mais tout au contraire bien dosé...je suis fan de bons films (comme récemment "just a kiss", le rôle de sa vie" ou encore " mariage") mais j'aime egalement rejoindre le grand écran pour me detendre et rigoler...

    jérémie cormier caillault

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques