4/10

Alien vs. Predator

Les Zinzins de l'Espace

Predator 2, dernière partie. Danny Glover découvre dans une pyramide Predator quelques trophées...dont un crâne Alien. De là au Versus, il n'y avait qu'un pas. Ne restait qu'à attendre que ce concept vieux comme le cinéma ait à nouveau le vent en poupe.
Dracula Contre Frankenstein, Frankenstein contre le Loup Garou, Les Charlots contre Dracula, Freddy Contre Jason...même le Direct to Video y va de sa petite contribution, avec le saugrenu Boa Vs Python (qui sont chacun des Anacondas du pauvre). Aujourd'hui est un jour béni, mes frères, mes soeurs, car voici venu le moment de l'ultime combat entre deux monstres sacrés du cinéma de Science Fiction ! A ma droite, l'Alien, quatre films depuis le Huitième Passager en 1979, quasiment autant de réussites, une mythologie bien rodée et un grand moment de flippe spatiale. A ma gauche, tout sourire dehors, le Predator, qui lui n'a mis que deux films pour marquer l'Histoire du cinéma. Sa première apparition se fait en 1987 aux côté d'un Arnold Schwarzenegger que même une bombe atomique ne pourra abattre. Voir s'affronter ces deux créatures de légende, ayant chacune leurs caractéristiques propres, leurs forces et leurs faiblesses avait tout pour rassembler et réjouire le fan de base. Alien Vs Predator, de son petit nom AVP, conçu comme un blockbuster, aurait pu être tout à fait convenable. Il aurait pu être le fruit bâtard mais jouissif entre un Aliens le Retour et, disons, le premier Predator, un film bien furieux, violent, tout en noirceur et en tension. En un mot, en une phrase, quelque choses qui aurait pu, et aurait dû, se résumer en une seule et même clameur :

- 200 mètres ! 100 mètres ! 50 ! 30 !10....CONTAAAAAAAAAAAAAAAAAAACT !!!!


Hélas...
Disons le tout net, AVP sur la forme est un film de SF efficace et distrayant. Seulement il a contre lui de prétendre rassembler deux franchises mythiques aux codes bien précis. Cette critique ne s'intéressa donc pas à ce petit film de SF qui en lui même vaut à la louche dans les 6, 7 sur 10 en étant de bon poil, mais bien à ce qu'on prétend nous montrer. Et là, ça ne vaut presque plus rien. Pire, c'est un affront.
Passons sur le fait que la Saga Alien n'a jamais été conçue selon une logique blockbuster et que Paul Anderson n'est ni ce génie de James Cameron ni ce bourrin de John Mac Tiernan. Passons sur le fait que l'ensemble manque de créatures, que le versus n'a que rarement réellement lieux et qu'inclure des humains dans cette pseudo-boucherie fait planer l'ombre de Freddy Vs Jason et son inadmissible bande d'ados bavards. Passons enfin sur le côté tout public qui rend le film aussi inoffensif qu'un épisode de Stargate SG1. Qu'elles paraissent lointaines les féroces mutilations, les brûlures à l'acide, les éclosions en gros plans...Allez, encore un effort, fermons les yeux sur une histoire aussi prévisible qu'un Michael Youn montrant ses fesses, sacrilège pour des sagas à ce niveau plutôt béton. Que reste-t-il ? Ma foi, des combats filmés comme au Superbowl (donc illisibles), des Aliens qui font des triples saltos arrières au ralenti, des Predators transformés en bibendums et comble de tout, des Face-Hugger* qui se jettent hors de leurs oeufs en Bullet Time (!!!!!!!!!!!!). Et oui, tout l'aspect sec, nerveux, implacable, doublé de l'ambiance incertaine et mystérieuse qui caractérisaient les deux franchises passent ici à la trappe. Pas le moyen d'avoir peur, de s'émouvoir, d'avoir les nerfs en pelote. Au pire au laissera échapper quelques rires dans ce qui n'est qu'un combat de catch en Huis-clos bien pauvre.
Et ce n'est pas le pire, car ceci serait encore passable. Car finalement, on attend la baston et on en a, de la baston, aussi aseptisée soit-elle. Mais c'est sans compter la volonté d'AVP de s'imposer en une sorte de préquelle qu'il n'est pas. Le principe de base est plutôt bien fichu d'ailleurs, puisque mettant en scène la découverte d'une étrange pyramide par un pionnier de la robotique du nom de Bishop, joué par l'émacié Lance Henriksen. Petit clin d'oeil alienique fort agréable, phagocytant tant bien que mal l'univers predatorien. Mais autrement, le scénario part clairement en queue de poisson. On y apprend que les Predators sont de gros balèzes qui tout les cent ans viennent sur Terre massacrer quelques troupeaux d'Aliens, sorte de rite de passage pour symboliser sa valeur de guerrier. Au milieu de cette guerre, Les humains sont selon la race concernée, du bétail ou des mères porteuses. Ma foi pourquoi pas, mais la saga Predator en prend un coup : pourquoi le guerrier du premier film se donne tant de mal à exterminer du simple bétail ? Pourquoi dans Predator 2, notre E.T. rasta visite-t-il les quartiers chauds de Los Angeles ? Sans parler que la logique de ces deux films faisait de l'humain sa proie la plus digne. Et l'on croit halluciner lorsque, hérésie suprême, l'héroïne fait tout bonnement ami-ami avec un gros Predator pourtant pas très commode ! La saga Alien n'est pas plus à la fête : temps de gestation raccourci à sa plus simples expression, plus de crachats d'acide, des Face-Hugger en bullet time (ah non j'ai déjà dit ça)...On retiendra le combat final entre la Reine Alien et un Predator qui ne manque pas de charme, dont l'issue remettra hélas en cause un point du film de Jean-Pierre Jeunet (Alien Résurrection).


Pourtant, il y a du bon, comme on dit, c'est sur le fumier que poussent les roses. Les séquences de flashbacks expliquant le pourquoi du comment sont réellement superbes et montrent que l'on est pas passé loin d'un résultat à hauteur des ambitions. Quelques scènes pas piquées des hannetons viennent rehausser l'intérêt, comme la très belle arrivée du vaisseau Prédator en début de film ou la découverte du village de pêcheurs. Des passages dans l'Antarctique glacée où The Thing n'ai jamais très loin. Sans oublier que dans la grande tradition des Aliens, le personnage central de l'histoire est bien féminin. Ce n'est pas Elen Ripley, faute à des répliques "viriles" bien ridicules, mais ça permet à AVP de se raccrocher aux branches. Enfin Paul Anderson a le bon goût de ne pas se sacrifier au tout virtuel et de nous offrir des bestioles mécaniques à l'ancienne qui font plaisir. D'ailleurs pour l'anecdote, la maquette de la Reine est la même que celle utilisée dans Aliens.

Du reste, rien de très enthousiasmant. Un film assez mou à la licence très mal exploitée. Il déçoit terriblement et c'est sans doute la pire de ses tares. Sans parler d'un manque flagrant d'audace qui met l'hybride que tout le monde attend, ultime attraction qui aurait fait considérablement monter la sauce, tout juste dans le dernier plan final.
Voila pour AVP : un début prometteur, des bagarres pas extraordinaires, un final complètement à côté de la plaque. "Whoever Wins, we loose" nous disait-on. Tout juste : on se moque bien de qui va gagner et l'humain perd 7. C'est pas terrible, pas trop ennuyeux, pas palpitant non plus. Pas d'odeur, pas de saveur, si ce n'est un goût amer. C'est tout le contraire de ce que l'on était en droit d'attendre d'un Alien Versus Predator...

Bon maintenant Paul Anderson tu arrêtes de sourire bêtement, tu revends ta Playstation et tu nous refait un Event Horizon.

 

 

* Les Face-Hugger, ce sont donc ces petites choses ressemblant vaguement à une araignée, qui sautent au visage pour transmetre le parasite Alien.

A découvrir

Pédale dure

Partager cet article

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • vivant

    28/10/2004 à 12h36

    Répondre

    Critique super complète et qui concrétise des craintes que l´on pouvait avoir avec une telle sortie ciné.
    Ainsi donc, encore un film a voir en DVD ...

  • Protos

    31/10/2004 à 00h33

    Répondre

    Il est pas trop mal sur certains points. D'accord, le scénario ne vaut pas tripette et l'on se croirait dans Ford Boyard. Okay, c'est du n'importe quoi point de vue comportement des personnages (a-t-on déjà vu un predator faire du sentiment? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait un idiot savant dans ce genre de film?). Mais c'est tout de même de la bonne action... quelque part.

    Les points forts : l'ambiance musicale d'Alien est au rendez-vous. On retrouve de l'Alien, du Predator et du Marines dans le même film. Sur grand écran, les vaisseaux des Predators impressionnent.

    Les points faibles : le scénario digne d'un jeu télévisé. Pas de surprises, du début à la fin. Des prédators plus stupides, on a jamais vu. Des aliens sans intelligence. C'est juste du bourrin. Une reine Alien, encore et toujours la même histoire. Bref, c'est plus un Predator 3 qu'un Alien 5.

  • Jaykael

    01/11/2004 à 16h31

    Répondre

    Il faut quand même préciser que le nom du film est à la base le nom d'un jeu video. Je le conseille donc plutot aux fans du jeux video qu'aux fans des films Alien ou Predator.
    Tout d'abord parce que le film Alien versus Predator réinvente pratiquement l'histoire des deux créatures. Meme si personnellement je la trouve pas mal trouvée du point de vue rapport entre les Predators, les Aliens et les humains.
    Ensuite parce que le comportement des 2 créatures change pas mal, notamment celui de l'alien qu'on a transformé en acrobate, le prédator lui se fait copain copain avec un humain
    En conclusion je déconseille ce film aux fans des précédents Alien et Predator. Moi qui n'avait vu qu'un seul predator et un seul alien. J'ai quand même plut apprécié ce film.

    -Edit de Lestat : Pas de SMS !! -

  • sondern

    14/11/2004 à 23h39

    Répondre

    J'étais choqué dans le film que Paul WS anderson qui comme à son habitude en plus de se charger de la réalisation, s'occupe du scénario ait osé souiller Predator à ce point !

    En effet, il a choisi de l'"humaniser" , Predator ! C'est une bestiole obsédé par la chasse qui n'a aucun respect pour les humains qu'il considère comme des vulgaires insectes. Dans le film, (spoiler) il s'allie avec l'humaine(fin spoiler) et cela nous donne une fin complètement ridicule (spoiler)où elle est à deux doigts de lui rouler une pelle sur ses grosses mandibules (fin spoiler). En principe, l'humaine devrait être morte de froid à être dehors dans l'antarctique à -40° et y a même pas de fumée qui sort quand elle respire !

    Par contre, c'est vrai que la Reine des Aliens (qui d'ailleurs dans le film sont appelés "serpents"... ) arrache tout (au sens propre comme au figuré). on est loin de l'Alien 2 de Cameron où elle se trainait lamentablement.

    Et Anderson a disposé des clins d'oeils au 2 prédators et aux 4 aliens que tout les fans des séries pourront capter. Certaines mauvaises langues diraient même que ce dernier ne s'est contenté que de recopier les plans des réalisateurs plus doué que lui.

  • Veterini

    15/11/2004 à 00h26

    Répondre

    je n'ai pas vu le film mais quand même sodern y a deux trucs qui me font tiquer (et tac)

    D'abord le prédator, c'est certes une sombre brute, mais quand même dans le deux a la fin ils sont plutôt sympa avec les humains. ET surtout ce sont des bestioles sociales qui vivent en groupe, donc assez humaine sur le fond. Mais bon ils ont une echelle de valeur différente.
    Quand a dire qu'ils se moquent totalment des humains, dans le 1er, le prédator fait sauter une bombe atomique juste pour tuer sa proie. Je connais peu d'insectes qui ont le droit a un pareil régime de faveur.

    ET surtout, la reine de Cameron qui se traine ?! Je me demande bien a quoi peut ressembler ce film car une reine qui se traine pas c'est pas classe. Elle pond des oeufs,, ne bouge qu'une fois tout les mille ans, et elle devrait se mettrte a esclader les murs, et concurrir aux jeux-olympique peut-être ?

    voila, euh enfin je dis ça mais si ça se trouve tu as totalement raison, et c'est pas sarcastique, c'est a la limite vaguement ironique et encore.

  • ukko

    23/11/2005 à 14h14

    Répondre

    Pas d'accord avec la critique sur beaucoup de chose;elle me semble très raide.D'accord,ce film n'est pas un chef-d'oeuvre,mais à part Alien aucun des autres ne le sont.Et si il y a une chose qu'on ne peut pas reprocher,c'est la fidélité aux deux franchise(contrairement à la pantalonnade Alien Resurrection)
    En effet,le Predator choisit ses adversaires et a de l'estime pour eux selon leurs mérites.Au vu des 2 Predator,c'est même un bon perdant avec un code de l'honneur archaîque intéressant.Il ne se bat pas contre les faibles ou les proies faciles.Quoi de plus logique qu'il se serve de la femme comme alliée temporaire,puisqu'elle a fait preuve de courage et de sacrifice?
    quant aux aliens,ils n'ont jamais été aussi bien fait depuis le premier(Aliens=daube,Alien 3 à moitié réussi,Alien 4=oeuf pourri)
    Il faut juger un film pour ce qu'il vise,en l'occurence il s'agit ici d'une bonne bd mise en image.Ni plus ni moins

  • Anonyme

    23/05/2008 à 13h26

    Répondre

    ouais alors bon. faut quand même pas déconner. Replaçons les chsoes sur Alien Alien 3 est un super film, huit clos magistralement mis en scène, et l'ambiance a jamais été aussi déprimante que dans ce film... quant à la bestiole, elle n'a jamais été aussi flippante que dnas le premier. Alien 4 est différent des autres. Quand à Aliens, c'est un blockbuster rien d'autre qu'un blockbuster cameronien (on se croirait dans terminator)sans intérêt ou les aliens sont ni effrayants terriblement, et où on a ajmais vraiment l'impression de l'isolement pour les héros. Juste un film de guerre pas très bien joué. La saga alien c'set d'abord différentes manières d'instiller la peur. en jouant sur la bête sur la claustrophobie, sur l'inconnu, sur la chasse. Pleins de thématiques qui s'entremêlent au cours des diversses versions. Prédator pour moi, ça reste le 1, le deux étant une bouse sans nom. Et ce film vaut pour l'incroyable manière de filmer la jungle que mac tiernan a, et de faire de cet univers complètement lumineux et coloré un endroit flippant. voilà Ben pour moi, on retrouve rien de ça dans AVP, enfin, rien du tout. C'est un film sans intérêt, un bon gros nanar. Y a aucune ambition dans ce film autre que de jouer sur deux franchises, et de n'arriver à la hauteur de ni l'une ni l'autre. Rien, le néant... Bien dommage, parce qu'effectivement je ne suis pas certain qu'il n 'y avait pas moyen de faire quelqeu chose d'intéressant.

  • Anonyme

    23/05/2008 à 13h29

    Répondre

    0/10 pour le massacre. On aurait pu avoir un alien 5, danny boyle y avait réfléchi,, y aurait eu moyen d'en faire quelque chose et ils ont réussi dans cette bouse, et dans AVP2 à(et ils veulent faire un trois)à désacraliser la bestiole la plus flippante de l'histoire du cinéma. Plus personne aura jamais peu d'un alien après ces films. Ils ont massacré la franchise, alors 0/10 pour moi.... 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques