6.5/10

Ali

Au vestiaire

Men in Black, Wild Wild West, Independence day... Du Prince de Bel Air à Ali, il y a eu du chemin parcouru pour Will Smith. C'est gonflé de partout qu'il revient sur le devant de la scène, s'attelant à la biographie du monstre qu'est Mohamed Ali, boxeur sensationnel qui a subi plusieurs retours de flamme.

Dix ans de la vie du champion Mohamed Ali, depuis son premier titre de champion du monde de boxe des poids lourds en 1964, à la reconquête de son titre par un combat orchestré au Zaïre en 1974.

A en croire ce qu'on sait de Mohamed Ali (désolé, ma culture boxe est pitoyable), le film tranche violemment avec l'être humain. Si Will Smith est un Ali plus que crédible, il ne semble pas vouloir restituer le champion tel qu'il était. Un petit peu tout de même, à regarder la rage qu'il met en application lors de ses combats et ses affrontements avec le système. Techniquement, la réalisation est très réussie, surtout les combats de boxe qui sont criants de vérité : larmes, sueur, sang, parfois même des effets de caméra portée, on jugerait qu'ils se tapaient vraiment dessus (et peut-être que...). Entre deux combats, on s'attelle un peu à l'histoire (un bout de Malcolm X), aux déboires conjugaux du champion, avec la justice et le Viêt-nam, le tout enrobé d'un certain flou dans la chronologie (on sait jamais vraiment en quelle année on est), pour équilibrer un peu avec la carrière sportive d'Ali. Et dans l'ensemble ça reste assez peu passionnant, même assez long puisque le film dure tout de même près de 2h30.

Ali est une réussite par sa réalisation et l'interprétation de son acteur principal, mais les libertés prises avec le scénario entachent un peu le récit et parfois même ennuient le spectateur. Pas si mal que ça, mais largement oubliable.

A découvrir

8 femmes

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    30/01/2003 à 00h00

    Répondre

    Michael Mann, réalisateur du "Dernier des Mohicans", "Heat" ou encore de "Revelations" retranscrit à merveille le combat d'un homme pour sa reconnaissance. Ali, joué par un Will Smith méconnaissable est une nouvelle pierre à l'édifice construit par la filmographie de ce réalisateur de génie. L'utilisation de micro-caméras fixés; judicieusement sur les acteurs propulsent le spectateur dans des combats de boxes acharnés. Cette violence se ressent dans la vie privée du boxeur, même si la caméra sait se faire plus intimiste. C'est un film sur un champion certes, mais aussi sur une partie de sa vie : sa transformation de Clay à Ali, à travers une amérique partagée par le racisme. Une leçon de tolérance et de respect qui pourrait faire mal à certains conservateurs américains. Comme quoi, la boxe peut aussi renverser des idéaux...

  • Raven

    08/08/2003 à 00h01

    Répondre

    Aucun acteur ne pourra interpreter à la perfection le "rôle" d'ALI...et pour cause, ce n'est pas un rôle...c'est une vie! Personne n'arrive à la hauteur du mythe...Cependant Will Smith nous donne une version plutôt réussie et objective...un bon film pour les amateurs de boxe et de beaux combats; un bon acteur...et une histoire qui tien la route..

  • juro

    27/03/2004 à 00h02

    Répondre

    Will Smith pour surement son meilleur role dans un film incarne l'un des roles les plus représentatifs de la communauté noire américaine. Le film évoque les années de gloire et de détresse du champion pour culminer sur son fabuleux match contre Foreman. A tous ceux qui ont apprécié le film, il reste à voir l'excellent documentaire "When We Were Kings"

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques