1.5/10

Albert est méchant

A ce qu'il paraît, Albert est méchant. Moi je l'ai plutôt trouvé débile, égoïste et drôlement porté sur la bouteille. Mais qui est Albert ? Non, ce n'est pas l'horrible professeur d'allemand que j'ai eu au lycée mais un vieux monsieur aigri et rabat-joie.

Albert Moulinot (Michel Serrault) vit sur une petite île isolée au fin fond de la Dordogne. Connu comme le loup blanc dans son village pour son sale caractère, il hérite de Jo Lechat, écrivain à succès. Patrick Lechat (Christian Clavier), pharmacien bourgeois vivant dans une "gated-community", n'a jamais connu son père mais s'estime néanmoins lésé dans cette affaire. Il va alors se rendre chez son oncle Albert afin de demander une partie de l'héritage. L'accord semble facile puisque Albert est anti-argent et veut bien tout léguer à son neveu. Néanmoins, il lui faudra monter à Paris et voir Patrick afin de signer la renonciation.

Ça faisait longtemps que je n'étais pas allé voir une comédie française et je comprends pourquoi. Hervé Palud, pourtant réalisateur confirmé (un indien dans la ville) signe ici un misérable navet à peine diffusable sur France 2 en deuxième partie de soirée malgré un casting prestigieux.

Commençons par le début, un film comique se doit normalement de faire rire ou au moins sourire mais peine perdue, mes lèvres n'ont pas bougé durant toute la séance sauf peut-être pour souffler de dépit devant une aussi exceptionnelle médiocrité. Pourtant, le sujet de départ n'est pas mauvais, on aurait pu espérer un Tati Danielle masculin mais c'était plutôt l'antithèse de ce monument de la comédie française. Heureusement que le film est court (1h25) parce que qu'est-ce qu'il m'a semblé terriblement long. En fait, je pensais après 25 minutes que la fin allait approcher. J'ai regardé ma montre qui a confirmé mes pensées mais manque de chance, je me suis trompé d'une heure, seulement 25 minutes s'étaient écoulées. Je vous laisse imaginer le calvaire sachant que 20 minutes de ce film correspondaient à une heure dans le temps normal. Même mon prof d'allemand n'a pas réussi à autant m'ennuyer et pourtant il était particulièrement brillant dans ce domaine. La réalisation est déplorable, les dialogues sont d'une stupidité rarement égalée et l'histoire pourrait être améliorée par les scénaristes des séries de TF1. Les situations comiques sont d'une nullité accablante entre le marcassin qui mange tout ce qu'il trouve ou la famille branchée people qui parle en franglais. Ce film pourrait être comparé à Bienvenue au gîte par une même médiocrité ainsi que par le thème d'une certaine confrontation entre rural et urbain sauf que Albert est méchant est encore pire (mais pourquoi je vais voir ces films, au fait ?).

A ce stade, on aurait pu se dire que le casting aurait pu sauver la mise mais tous jouent mal et il n'y a qu'une exception, Bernard Farcy.
Albert est méchant est un show constant de Michel Serrault mais il en devient incroyablement fatigant. Durant tout le film, on a envie de lui dire "mais tu vas la fermer à la fin". Sa prestation n'est vraiment pas terrible (eh oui, Michel Serrault peut mal jouer, le film aura permis de savoir ça). Bien que son personnage aime le vin et soit souvent un peu rond, on a eu l'impression qu'il a joué tout le film bourré comme un petit Lu même dans les scènes où il devait avoir toute sa tête.
Le numéro de Christian Clavier en bourgeois sent le déjà-vu avec les mêmes mimiques et les mêmes intonations que dans Les Visiteurs. Pour la prestation d'Arielle Dombasle, on peut faire la comparaison avec celle de Christian Clavier. Mais le plus fort, c'est la participation de Priscilla (n'étant pas un fan, j'ai été plutôt surpris de la voir) qui joue (ou essaie de jouer) la fille du couple Clavier/Dombasle. Elle n'a eu que quelques phrases à dire et je rigole encore quand je repense à ses dialogues. Elle a dû signer un accord avec OK Podium ou un magazine dans le genre pour n'avoir que des débilités à dire du genre "trop top cool", "supra boum délire" et d'autres idioties du même genre. Quel dommage de n'avoir pas pris un calepin pour les noter parce que certaines valaient le détour. En plus, lors de sa seule phrase longue, elle parle avec un accent du sud alors qu'elle est supposée être parisienne. Sinon, Dieu m'a entendu, elle n'a pas chanté (sauf pendant trois secondes).

Pour conclure, le titre a été mal choisi. Le film n'aurait pas dû s'appeler Albert est méchant mais plutôt Albert est mauvais. Je dirais quand même merci à ma carte UGC (les pauvres gens qui paient pour voir ça) et à la nullité constante de ce superbe navet qui permet d'avoir beaucoup de matière pour faire une critique.

A découvrir

ligne rouge (La)

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    04/08/2008 à 11h37

    Répondre

    pauvre type, respecte au moins le travail derrière, j'ai trouvé ce film excellent pour ma part et il fait réfléchir


    faut-il n'avoir aucun humour pour pondre un critique aussi désagréable...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques