J'ai fait un rêve...

largoVoilà une initiative plus qu'originale pour les cinéphiles : le site We have a dream (http://www.wehaveadream.com/) propose de devenir producteur d'un film pour la modique somme de... 35€ ! Le concept ? Si suffisamment d'internautes s'inscrivent, la somme globale réunie servira à produire la suite de Largo Winch...
Pour les non-cinéphiles, le concept est suffisamment intéressant et novateur pour que l'on suive le développement de ce site qui n'en est qu'à ses balbutiements.

Partager cet article

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • riffhifi

    15/04/2008 à 23h18

    Répondre

    Euh... je suis le seul à qui l'intérêt échappe ? C'est pour que les gens se croient créatifs pour 35 euros ? C'est pour qu'ils puissent se faire du pognon sur les recettes du film ?


    Pour avoir lu le concept sur leur site, il semblerait que le but soit de s'acheter du rêve. Je suis perplexe...

  • Kei

    15/04/2008 à 23h26

    Répondre

    Surtout pour Largo Winch


    Mais sinon, ça ressemble beaucoup au système de dons qu'on trouve un peu partout sur internet. Sauf que le don est fait pour remercier d'un service rendu bien souvent. Mais je ne suis pas si choqué que ça. Au moins, si ça marche, on sait que les gens veulent des films avec des beaux gosses musclés, des pépées dénudées et des explosions dans tous les sens, le tout sous une pluie de billets.


    On le savait déjà ? 

  • nazonfly

    16/04/2008 à 07h31

    Répondre

    C'est un peu comme le site NoMajorMusik. Sur ce site, les jeunes créateurs mettent leur morceau et l'internaute les sponsorise pour qu'ils puissent enregistrer. Sur chaque vente, l'internaute qui a appuyé le groupe touche une petite somme.


    La différence c'est que là on ne peut pas choisir son film à subventionner :( 

  • Danorah

    16/04/2008 à 09h18

    Répondre

    Moi ça me fait penser à la façon dont l'album Marbles de Marillion a été produit : le groupe a fait appel aux fans sur son site web en leur proposant d'acheter l'album avant même qu'ils aient commencé à le réaliser, parce qu'aucune maison de disque n'avait voulu d'eux (ça me paraît incroyable d'ailleurs pour un groupe pareil) et donc ils avaient pas d'argent. Et ça a marché ! Les fans qui ont précommandé leur album ont simplement eu le privilège de le recevoir un peu avant les autres, je crois.


    Après, je sais pas trop si le parallèle avec cette histoire de film est valable ou pas... Cette initiative a été mise en place parce que le film ne trouvait pas de producteur et qu'il y avait une vraie volonté de le faire quand même ? Ou juste pour dire "oh et si on faisait payer les spectateurs pour une fois, et on enrobe tout ça dans une histoire de rêve pour faire passer la pilule ?" ? Ou pour une autre raison qui m'échappe ?

  • Aurélie

    16/04/2008 à 11h32

    Répondre

    J'ai dû mal m'exprimer en fait : le concept n'est pas de gagner de l'argent, mais de participer à la réalisation d'un film (casting par exemple...) J'ai pas eu la sensation en parcourant le site que c'était quelque chose de rémunéré pour les participants ! (pour répondre à Riffhifi)


    Et le choix du film a à mon avis était dicté plus par des raisons d'accords (je doute que tous les "vrais" producteurs acceptent de faire participer je sais pas combien d'internautes )


    Ce qui m'a intéressé au delà du choix (certe discutable) du film, c'est le côté communautaire très web 2.0 du site (j'ai le droit de dire ça ? ^^) et les futures "rêves". Par exemple pré-payer l'organisation d'un concert un peu spécial, je me dis que ça peut être sympa !


     


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques