2/10

After earth, sous la terre, la dépouille de Shyamalan

A trop avoir sauvé le monde, Will Smith pense vraiment être l'ultime indestructible héros humain. Saura-t-il transmettre son talent et son savoir à son fils ? Tadan !


Jaden Smith sait courir, ça on le sait désormais.

Mon fils, un jour tu seras grand (comme papa)

Imaginé tout spécialement par Smith père pour Smith rejeton, After earth résonne comme un gouffre sans fond pour M. Night Shyamalan qui n'en finit pas de sombrer toujours plus bas film après film. Sauvons de sa carrière Incassable, qui reste à mon avis un film assez remarquable, mais à par celui-ci il ne reste pas grand chose pour sauver les meubles. A la limite pour en caler un, un peu trop bancal...
Revenons à After earth. La catastrophe est-elle aussi lamentable que ce auquel je le condamne ? N'y a-t-il rien à sauver ?
Si, quand même, il y a des choses pas mal : les décors, par exemple, sont globalement réussis, la photo également, résolument moderne et léchée, et...
Voilà voilà...
La chose la plus intéressante du film ? Le parallèle qu'on peut trouver entre l'histoire du film (la transmission père-fils) et la démarche qui a amené Will Smith à imaginer cette histoire (la transmission père-fils).
Un intérêt, déjà léger à la base, et qui plus est, se trouve être extradiégétique...


Même les choix de chorégaphie sont consternants de grandiloquence.

 

Un scénario déplorable

Il faut le dire, c'est juste navrant : héroïsme primaire (même les aigles s'y mettent, parce que les animaux, c'est le BIEN), héros à l'américaine je m'la pétouille (voir comment Will Smith se balade tranquillou sur le champs de bataille au ralenti en roulant des épaules), background déplorable (traumatisme familial), poncifs relationnels ("mon père sera-t-il un jour fier de moi ?"), scénario sans surprise (à aucun moment on ne sort de la trame principale stéréotypée pour développer autre chose, ambiance, thématique, découverte...), incohérences à gogo (créature ennemie qui est aveugle et se repère grâce aux phéromones de peur de sa proie. Soit, mais comment fait-elle pour éviter les trous et les murs ? Aussi, la technologie ultra avancée permettant aux vaisseaux spatiaux de faire des bonds PRL et des vêtements caméléons, mais incapable de créer des armes meilleures qu'un simple cure dent géant rétractable ou d'inventer une balise de détresse qui s'activerait automatiquement plutôt que... manuellement!!??!!), promesses non tenues (la faune et la flore terrienne ont développé des défenses "anti-humain"? Mis à part une bactérie paralysante à la fin du film, on les cherche encore...), jeu d'acteur lamentable (alors OK, Will Smith est sensé ne pas connaître la peur, mais est-ce pour ça qu'il ne doit connaître AUCUNE émotion ? Je ne parle même pas de Jaden qui est aussi bon comédien que Vincent Delerm est bon chanteur)... Bref, la nullité du film tient essentiellement à l'incapacité des Smith à prendre du recul sur leur propre prestation (en tant qu'auteur, producteur, acteur), à tout rendre grandiloquent, ampoulé au possible.


Voici l'étendue du jeu d'acteur de Will Smith dans After earth.

 

Et le réalisateur dans tout ça ?

Eh bien, Shyamalan n'y est pas pour rien non plus. Je ne t'ai pas oublié Night, non non, tu auras toi aussi droit à ta correction cul nu devant tout le monde.
Malgré de jolis cadrages et 2 ou 3 idées de mise en scène, tu as oublié tout ce que tu as appris précédemment ? Non parce que si je me souviens bien, dans tes premiers films tu parvenais au moins à créer un minimum d'ambiance, des moments d'angoisse ou des atmosphères tendues. Aurais-tu perdu ce qu'il te restait de talent dans le dernier étron que tu as pondu aux toilettes (qui veut remplacera "aux toilettes" par "à Hollywood") ? Non parce que là, n'importe quel film d'Agnès Jaoui est plus tendu et angoissant que ça. Ce qui m'a le plus terrifié dans le film ? Cette incapacité à faire ressentir quoique ce soit, même les scènes d'actions ne sont pas prenantes (bon ça, depuis Le dernier maître de l'air on savait que ça n'était pas ton fort).
Le pire, c'est que tout cela est proposé avec un aplomb et un sérieux déconcertant. Un peu d'humour aurait mieux fait passer la pilule, le film aurait été un peu plus divertissant. Au pire, il aurait été ridicule. Là il est consternant de bêtise, de niaiserie et de banalité.

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • vaiowega

    26/09/2013 à 13h27

    Répondre

    Headshot !

  • nazonfly

    26/09/2013 à 13h56

    Répondre

    Depuis le temps que je dis que Shyamamammamallalalalamamaman est nul !

  • jaiina

    26/09/2013 à 15h33

    Répondre

    Je te rejoins complètement dans ton analyse: rien à sauver du film. Décevant, un tel gâchis. A la fois, du réalisateur, des acteurs,...Il est que temps que Night S...se reprenne en main car à force d'accumuler des daubes, son crédit s'est bien émoussé à mes yeux

  • Islara

    26/09/2013 à 16h49

    Répondre

    Et puis franchement, appeler son fils Jaden (= le prénom d'un héros de YGO), c'est juste : MDR. La scientologie a décidément des effets désastreux sur ses membres.

  • Hugo Ruher

    26/09/2013 à 19h02

    Répondre

    Hé ben t'y vas pas avec le dos de la main morte toi!Pas vu mais ça me conforte dans ma volonté, et en attendant je vais me retaper Sixième Sens.

  • sven

    27/09/2013 à 19h57

    Répondre

    C'est effectivement assez nul. Je retiendrais comme Loïc la photo et la mise en scène. Le reste ne vaut pas grand chose...Night, tu me déçois tellement...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques