Adios Dennis Hopper

Sa dernière image sera celle d'un homme amaigri, fatigué, mais fier, inaugurant d'une boutade l'étoile qui désormais lui rendra hommage à Los Angeles. Dennis Hopper nous quitte à l'âge de 74 ans, symbole vivant de la contre-culture américain, à laquelle il livre un Easy Rider mémorable. Derrière cet hymne à la route et à la liberté, Dennis Hopper n'était pourtant pas l'idéaliste chevelu que
renvoyait son film. Républicain convaincu, soutien pour Reagan et Bush père et fils... horreur, Dennis Hopper ne serait-il pas cool ? Oui ou non, ce n'est finalement pas si important. Quitte à être un "méchant", autant l'être jusqu'au bout : décapité par Keanu Reeves dans Speed, énucléé par Kevin Costner dans le croustillant Waterworld, Dennis Hopper aura quitté les années 70 pour camper quelques bad guy d'anthologie, allant jusqu'à incarner un Koopa mémorable dans la piteuse adaptation de Super Mario. Jamais avare d'une fable politique, George Romero lui offre un rôle sur mesure ou presque dans Land of the Dead, celui d'un despote bushien d'une société à la Metropolis. Coïncidence amusante, les deux hommes auront quasiment débutés ensemble derrière la caméra, respectivement en 68 (La Nuit des Morts vivants) et 69 (Easy Rider). Il faut avouer que l'horreur, Hopper n'a rien contre, lui qui rencontrera son quasi-homonyme Hooper dans un hystérique Massacre à la tronçonneuse 2.

Mais peut-on résumer la carrière capharnaumique de Dennis Hopper à quelques méchants cabots et caméos fatigués de quelques nanars ventripotents ? Non, cela va de soi. Apocalypse Now, Blue Velvet, Indian Runner, La Fureur de vivre, Osterman Week-end, True Romance... qui peut se vanter d'avoir tourné pour Lynch, Coppola, Peckinpah, Nicholas Ray et Corman dans une même vie ? Non, Dennis Hopper n'était sans doute pas un foutu hippie. Acteur fou, cinéaste iconoclaste, Il fut juste le témoin vivant et actif d'un demi-siècle de cinéma américain. Rien de moins.

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    29/05/2010 à 22h29

    Répondre

    Paix à ton ame Dennis ! Dire que j'ai regardé easy rider cet aprem ... RIP

  • Anonyme

    29/05/2010 à 23h50

    Répondre

    encore un grand qui nous quitte ... RIP DENIS

  • Anonyme

    30/05/2010 à 17h30

    Répondre

    Pour moi, Dennis Hooper, c'est aussi  "L' ami américain" de Wim Wenders, il y incarnait parfaitement  Tom Ripley, personnage issu des romans de Patricia Highsmith. Dans ce film, Wenders avait choisi essentiellement des réalisateurs pour jouer les gangsters, et à côté de Dennis Hooper, il y avait  entre autres Nicolas Ray et Samuel Fuller.

  • Anonyme

    31/05/2010 à 23h50

    Répondre

    repose en paix Dennis et merci pour tes prestations

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques