8/10

Abandonnée

Histoire de fantômes russes

Nacho Cerda est un inconnu. Inconnu pour le grand public en tous cas, car sa filmographie ne comptait jusqu'alors que des courts métrages remarqués en festival (notamment The Aftermath). Ayant galéré quelques années avant d'obtenir les fonds nécessaires à son premier long métrage, le jeune espagnol réussit finalement à convaincre la société Filmax (à laquelle on doit The Machinist) de produire Abandonnée, écrit d'après le scénario The bleeding compass du canadien Karim Hussain.

Américaine mais d'origine russe, Marie a pour nom de baptême Milla. C'est d'ailleurs tout ce qu'elle connaît de son passé, jusqu'à ce qu'un notaire russe lui révèle, à 42 ans, que sa mère lui a légué une maison perdue dans la forêt. Marie décide de s'y rendre pour explorer le mystère de sa jeunesse. Mais si c'est le passé qu'elle cherche, c'est le passé qu'elle trouvera…

Dans la moisson récente et à venir de films d'horreur (Hostel 1 et 2, La colline a des yeux 1 et 2, Wolf Creek, …), celui-ci se distingue par deux éléments essentiels : d'une part les héros n'y sont pas une bande d'ados décérébrés mais un duo de quarantenaires riches de vécu ; d'autre part la menace qui les guette n'est pas incarnée par un croque-mitaine ou une légion de sadiques mais par leurs propres doppelgangers, source de l'intrigue la plus prenante et la plus intéressante vue ces dernières années dans le genre. Et si vous ne savez pas ce qu'est un doppelganger, vous avez le choix entre le dictionnaire des mythologies et le cinéma le plus proche.

Bien que le scénario constitue sans doute l'atout majeur du film (et soit d'une intensité qui laisse supposer que le réalisateur a de puissants démons personnels à exorciser), il ne faudrait pas pour autant oublier d'en évoquer la réalisation admirable. Sans esbroufe inutile, Cerda installe un climat d'angoisse dans un décor superbement délabré qui participe à l'intrigue à tout instant. Il explique à ce sujet : « Nous avons tout fait en studio. J'ai embauché le type qui a bossé sur l'Enfer des loups. Nous avions été emballé par son travail. Je lui ai dit au début du tournage que je voulais que le film ressemble à un souvenir. Un vrai lieu, où la vie aurait existé. Il était très important pour le personnage que tout cela sonne juste. » *
Les jeux d'éclairage et les ombres portées laissent régulièrement deviner des formes inquiétantes qui s'effacent aussi rapidement qu'elles sont apparues, et les scènes choc sont d'une efficacité terrifiante. Le mérite en revient en grande partie au chef opérateur Xavi Gimenez, qui dut innover en matière d'éclairage pour conférer au film la noirceur qu'il exigeait.

Un bon moment de flipette dont on ne sort ni indemne ni idiot, c'est assez rare pour ne pas être boudé. Mais soyons clair : Abandonnée n'est pas conseillé aux cœurs fragiles…

* Source : Mad Movies n°197 de mai 2007

A découvrir

Boulevard de la mort

Partager cet article
A voir

Abandonnée

A propos de l'auteur

13 commentaires

  • Choubide

    09/06/2007 à 20h13

    Répondre

    Mon dieu, je suis pire qu'une pire quiche. Je savais pas que Zorro ça voulait dire Renard.
    Mais dans ce cas là, peut-on dire que Fox Mulder est son arrière petit-fils?

  • riffhifi

    09/06/2007 à 20h20

    Répondre

    Désolé, je pensais que ceux qui avaient séché les cours d'espagnol avaient passé leur temps devant des films de Zorro

    Mulder est le Zorro du 20ème siècle, autrement dit le 20th Century Fox

  • eldready

    09/06/2007 à 20h22

    Répondre

    autrement dit le 20th Century Fox


    Je me sens obligé d'applaudir !...Pas de chance, aucun des smileys du site ne le permet...

  • kou4k

    09/06/2007 à 20h28

    Répondre

    C'est bien vrai, ca fait un moment qu'on n'en avait pas eu une de cette trempe...


  • Choubide

    09/06/2007 à 21h09

    Répondre

    Enfin il ne faut pas oublier le roux qui servait de partenaire à Mulder. Enfin, une rousse.

    Désolé, je pensais que ceux qui avaient séché les cours d'espagnol avaient passé leur temps devant des films de Zorro Mad

    J'ai fait Italien, signore!!

  • Xalcor

    11/06/2007 à 12h18

    Répondre



    Ouah.

    Balèze.

    Moi aussi suis pire qu'une quiche, mais j'ai une excuse : j'ai fait allemand.

    Très bon dossier, soit dit en passant. Bien qu'au vu du reste, j'attendais avec impatience le paragraphe "Z comme Zorglub".

  • Mentos le Freshmaker

    11/06/2007 à 12h29

    Répondre

    Je suis alors une grosse, mais alors une grosse quiche en espagnol on dirait: je ne savais pas que "Zorro" voulait dire "renard"

  • riffhifi

    11/06/2007 à 12h53

    Répondre

    Pour être honnête j'ai fait allemand comme Xalcor. Mais je séchais pour regarder Zorro, CQFD

  • Kei

    11/06/2007 à 12h59

    Répondre

    Pour un cours d'espagnol en accéléré, il faut regarder le grand détournement.

  • Anonyme

    12/06/2007 à 13h08

    Répondre

    Moi je pense plutôt que le scénar engourdie un peu l'ambiance du film, une ambiance bien mise en avant par une réalisation inspirée, une inspiration étonante et des éclairages magnifiques.

    Par contre, Comparer Hostel, La colline a des yeux et Wolf Creek à ce film, j'ai du mal à comprendre pourquoi, les autres sont plutôt des survivals sauvages alors que Abandonné vire vers un fantastique horrifique mais très poétique par moment puis c'est surtout un vrai film de fantomes (comme the grudge, ring the messager pour ne citer que eux).

  • riffhifi

    12/06/2007 à 18h50

    Répondre

    Effectivement, le film n'est pas à comparer avec Hostel ou la colline, je faisais juste allusion à la vague de films d'horreur récente

  • Anonyme

    12/06/2007 à 22h05

    Répondre

    riffhifi a dit :
    Effectivement, le film n'est pas à comparer avec Hostel ou la colline, je faisais juste allusion à la vague de films d'horreur récente



    je suis entièrement daccord mais au final je voulais juste dire que le genre dans lequel s'inscrit Nacho cerda serait plutôt comparable à un labyrinthe de pan, un fragile, un the woods, toute une génération de cinéaste fan d'une époque et Nacho cerda si je ne m'abuse ciblerai vers du bava, je l'ai ressenti dans certaines scènes comme la première visite de la maison ou celle du sous sol avec cette eau, c'est pour cela d'ailleur que je parlai des éclairages qui m'ont paru sublime, dommage que le film s'enlise un peu dans sa seconde partie (dès que le mec traverse le plancher).

    Par contre niveau scénar, j'ai pas vraiment adhéré sur tout le film, mais le fond est très interessant. il n'est juste pas maitrisé sur toute le métrage. heureusement que le reste suit à quelques détails près.

  • nazonfly

    19/03/2009 à 09h25

    Répondre

    Un scénario vaguement original qui débouche sur un film plutôt convenu et sans surprises. Une maison abandonnée, des fantômes qui passent d'une pièce à une autre, un sous-sol noyé... Et même pas effrayant ou flippant. Abandonnée est un film qui manque franchement le coche en proposant une énième ressucée des mêmes thèmes. Et en plus, un film censé se passer en Russie entièrement en Anglais, j'ai franchement du mal...


    Bof peut mieux faire. 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques