6.5/10

Aaltra

Beaufs meet Finland

Aaltra pourrait bien être le nom d'une planète d'une lointaine galaxie. En fait il s'agit d'une usine qui se trouve en Finlande, et tout compte fait s'y rendre ça revient un peu à sortir de la voie lactée. Enfin ceux qui auront vécu un certain temps en Finlande verront de quoi je parle (moi j'y ai passé 3 mois et vous pouvez constater qu'on n'en sort pas indemne). Deux voisins franchouillards jusqu'au bout du marcel et qui ne peuvent se supporter deviennent paralytiques à cause d'une benne agricole fabriquée par Aaltra. On ne peut pas vraiment dire qu'ils décident (ce sont plutôt les événements qui les dirigent) de s'y rendre, en fauteuils roulants, pour réclamer des compensations, mais c'est la forme que prend ce road movie.

Benoît Delépine et Gustave Kevern sont connus pour leurs apparitions dans l'émission Groland. Ils y pratiquent un humour noir, presque méchant, toujours absurde, en tous cas dérangeant. Si ces caractéristiques sont bien présentes dans Aaltra, j'en connais plus d'un qui sera surpris par la forme. Le premier quart d'heure est pratiquement sans dialogue (à part quelques jurons et une visioconférence vite avortée). Le film est en noir et blanc gros grain et les personnages ne s'y bousculent pas. C'est donc à un spectacle véritablement minimaliste auquel il faut s'attendre. Cela pourrait sembler surprenant quand on connaît les gugusses à l'origine du projet, cependant quand on sait qu'il s'agit d'un film hommage pour Aki Kaurismäki, metteur en scéne finlandais (L' Homme sans passé), certaines choses deviennent plus claires (et c'est pour ça que je vous le dis).

Le mélange entre les plans fixes sur un couloir d'hôpital et le racket d'une mamie paralytique donne un résultat improbable entre un film d'art et d'essais et un film à l'humour féroce comme C'est arrivé près de chez vous. Le film qui s'en rapproche le plus, pour que vous vous fassiez une idée, est Les convoyeurs attendent (un des films pour lequel le taux renommée/qualité est le plus étonnant de ces dernières années malheureusement). Il s'agit aussi d'un film en noir et blanc avec Poelevoorde, poétique et humoristique, et ce n'est donc pas un hasard si au détour d'une scène hilarante ce dernier vient visiter ce film. Cependant le rythme d'Aaltra est lent, parfois pesant, et les traits d'humour qui le parsèment n'en sont pas vraiment représentatifs. L'ambiance est plutôt à la "Don Quichotte", avec tout le tragique que cela comporte.

Pour moi le principal attrait de ce film est son aspect irrévérencieux : les victimes ne sont pas touchées par la sainteté du fait qu'elles sont victimes. La beauferie est une maladie universellement répandue même chez les handicapés. Je dois dire tout de même que ce film est une classe en dessous de Les convoyeurs attendent mais mérite d'être vu pour son côté littéralement iconoclaste...

A découvrir

Shaun of the Dead

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • pandaman

    12/11/2004 à 09h36

    Répondre

    j'avais vu un reportage sur canal ,et cela m'avait bien plut mais malheureusement ce film ne passe pas dans ma ville donc je vai devoir me bouger dans un autre département pour le voir
    par contre j'ai vu un extrait a tracks hier et la reprise de "sonny" (désolé mais moi et les titres des chansons c'est pas ça) est vraiment exellente

  • nazonfly

    15/02/2006 à 10h50

    Répondre

    J'ai vu dernièrement ce film quand il est passé sur la chaîne cryptée.

    Etrange expérience que celle-ci. Complètement minimaliste, comme le dit Kassad, ce film est à la fois ignoble (son point de vue sur la race humaine est plutôt défaitiste), inutile (on se pose parfois la question de l'intérêt de certaines scènes) et bizarrement poétique.

    L'humour grinçant qu'on s'attendait à trouver dans un film avec De Kevern et Délépine est plutôt absent de Aaltra. On a presque l'impression d'examiner une oeuvre d'art, incompréhensible pour certains, géniale pour d'autres.

    Vraiment un cinéma différent!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques