5.5/10

A ton image

Un film avec Christophe Lambert est, pour beaucoup d'entre nous, toujours un évènement, à sa manière. Et le voir sans épée, sans grand manteau, sans cheveux longs, et sans son rire, c'est un peu comme un film de Jean-Claude Van Damme sans grand écart : il manque quelque chose. Mais trêve de mystifications, on parle sérieux aujourd'hui ! Clonage thérapeutique ! Et pour un thriller à la française qui plus est !

Dès la première rencontre, l'amour s'installe entre Thomas et Mathilde. Et à présent, leur plus beau rêve serait d'avoir un enfant. Ce qui ne restera probablement qu'un rêve, Mathilde n'ayant plus la possibilité d'accoucher. A l'insu de sa femme, Thomas fait appel au professeur Cardoze, âpre défenseur du clonage thérapeutique, qui offre alors l'opportunité à Mathilde de regoûter aux joies de la grossesse. La petite fille qui en résulte, Manon, est étonnante de beauté et de joie de vivre. Mais petit à petit, alors qu'elle s'apprête à entrer dans l'âge adolescent, son comportement se modifie et se montre de plus en plus précoce...

A Ton Image s'appuie sur le débat mouvementé que provoque la question du clonage thérapeutique, en poussant néanmoins un peu plus loin le bouchon jusqu'à cloner carrément un être humain. Une aubaine pour une mère ménopausée précocement, et une belle occase pour le papa d'avoir sa petite famille rêvée. Le hic : la fille ressemble trait pour trait à sa mère, jusqu'aux plus secrets de ses souvenirs. L'osmose presque totale, jusque dans les sentiments. Précisément le point qu'a choisi de développer Aruna Villiers, la réalisatrice, de la naissance à l'adolescence, et sous la forme d'un thriller. Lentement, sûrement, et pas trop mochement. Tout du moins dans un premier temps. Car se pose très vite une question fondamentale : mais où va-t-on ? Sommes-nous encore devant ces thrillers qui n'arrivent pas à innover et n'aboutissent jamais sur quelque chose de crédible ? Probablement, oui. Si les deux premiers tiers du film parviennent à garder constant un certain niveau de pression, le dernier tiers lui coupe le jus sans crier gare. De l'apparente horreur avec trois fois rien. Peut-être était-ce dû aux multiples rixes entre la maman et la fille (toutes deux très justes), cinglantes dans un premier temps, puis rapidement barbantes à force de se répéter. Et que fait le papa dans tout ça ? Pas grande chose, à part récupérer son plus beau regard de chien battu, et s'énerver tout rouge à quelques reprises (scènes très rigolotes, je vous promets).

Le France s'essayant au thriller scientifique, pas de très grande envergure, mais pas si mal réalisé. Si Nastassja Kinski et Audrey Dewilder parviennent à rendre crédible leurs petites altercations, Christophe Lambert nage à un niveau nettement en dessous des filles sans pour autant trop se ridiculiser. Le dénouement grippe violemment la mécanique dans la dernière demi-heure, par une fin très convenue, et par une série de scènes sans queue ni tête qui en ajoutent au côté fantaisiste du film.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques