A la découverte du Blu-Ray

Chez Krinein, sans être des geeks en puissance, on est plutôt proche des nouveautés technologiques. Vous en serez donc sans doute étonnés, mais on n'avait pas encore eu l'opportunité de tester un lecteur Blu-Ray. Alors quand Samsung a proposé de prêter un lecteur pour nous permettre de découvrir ce nouveau format, on a franchi le pas.

Blu-Ray BD-P1500
Blu-Ray BD-P1500
Bien sûr, l'expérience Blu-Ray est certainement différente en fonction du lecteur utilisé. En l'occurrence, il s'agissait ici du BD-P1500. Un numéro assez barbare, bien loin des appellations sympathiques d'un Apple en forme. Pourquoi pas le lecteur Couguar, ou Hyène ? Non, ici c'est de l'abscons, qui parlera sans doute aux connaisseurs les plus pointus.

Quoi qu'il en soit, la bête est belle, d'un noir immaculé du plus bel effet. On s'entend dire « classieux ». Accompagné d'un téléviseur Full HD, indispensable pour profiter des plus hautes résolutions, on peut même dire que c'est élégant.

Notre première session de découverte du Blu-Ray n'a pas forcément eu le cadre le plus délicieux qui soit. En effet, commencer par visionner un Spider-Man 3 qui ne brille pas par sa qualité scénaristique n'est pas des plus motivants. Pourtant, le constat est plus évident : nous sommes restés scotchés. Littéralement. Devant. L'écran. Wow ! Tout le blabla visant à démontrer que l'expérience cinématographique est augmentée par des résolutions supérieures est finalement justifié. Contre toute attente, on constate un énorme fossé entre un DVD classique et un DVD Blu-Ray. Si l'on souhaitait donner un ordre d'idée de la révolution, j'évoquerais le gouffre qu'il y avait entre la K7 et le DVD. C'est du même tonneau, bien rempli, et cela résulte en une ivresse visuelle détonante.

Remy, le rat !
Rémy, le rat !
Les films suivants nous ont confirmé ce phénomène : on voit mieux, plus loin, tout en sachant apprécier les flous esthétiques, d'autant plus magnifiés que le reste de l'image sait rester net. Rémy, le rat cuisinier de Ratatouille, semble mijoter des plats encore plus savoureux qu'au cinéma, tandis que Will Smith, dans Je suis une légende, nous fait profiter des plans larges sur la ville déserte, saisissants de précision. OSS 117 (qui laisse même distinguer le grain de l'argentique) et Lettres d'Iwo Jima ne sont pas en reste pour nous permettre de l'affirmer maintenant : le Blu-Ray n'est pas qu'une invention marketing. Il s'agit réellement de proposer une précision visuelle plus élevée. Bien évidemment, on trépigne déjà à l'idée de devoir refaire toute sa dévédéthèque. Au prix actuel d'un film Blu-Ray, on va devoir appeler son banquier.

Le seul reproche que l'on peut faire au format Blu-Ray c'est de ne pas proposer d'avancées significatives concernant les suppléments. Certes les réalisateurs disposent de davantage de place pour faire leur popote, mais vont-ils s'en servir (d'autant plus que la guerre des formats HD étant terminée, la course à l'armement peut s'arrêter) ?

Au final, le Blu-Ray est une véritable bonne surprise, à la hauteur de l'arrivée du DVD. On ne regrettera pas d'avoir enfin pu tester ce format encore réservé aux foyers aisés, si ce n'est que maintenant retourner au DVD risque de nous faire mal au cœur.

Gros point positif à noter : afin de permettre une transition en douceur des formats, la plupart des lecteurs Blu-Ray lisent aussi le format DVD, à l'image du lecteur que nous avons testé.

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

4 commentaires

  • Subymona

    27/08/2008 à 10h12

    Répondre

    Héhé, je me demandais justement s'il y avait une réelle différence dans ces petites boîboîtes (y pas la place pour un vrai livret dans ces machins). Maintenant, si en plus d'acheter la machine, il faut acheter la télé qui va avec (et des projecteurs pour profiter des films en 3D ^^), ça revient cher. La question que je me pose, c'est: est-ce que ça vaut le coup, sachant que les beaux jours du DVD sont condamnés par de plus en plus d'innovations technologiques qui miniaturisent tout ça et que, dans quelques années, exeunt le DVD et le bu-ray au profit de tous tous petits formats qu'on ne pourra plus lire sur des lecteurs classiques (et vice-versa: on ne pourra plus lire les DVD sur les nouveaux lecteurs...) ? Bon courage pour le retour au DVD en tout cas. ^^ 

  • Guillaume

    27/08/2008 à 12h11

    Répondre

    Si l'on connaissait la date de mise à disposition du public des futurs formats qui ne sont peut-être même pas encore inventée, ce serait facile de te répondre ^^ Mais là, je sèche !


    Pour le moment le prix des lecteurs blu-ray est élevé, alors si on ajoute la télé, comme tu le fais remarquer, il faut vraiment avoir devant soit un petit pactole à dépenser... Ca n'encourage pas à s'y mettre. Le coup du lecteur, c'est une chose, mais quand on voit ensuite des films à 30 euros l'unité, ça laisse songeur...


    Mais pour qui est à l'aise financièrement, c'est certainement un bon moyen d'améliorer sa séance de cinéma à domicile ^^ Pensez aussi à investir dans un appareil à popcorn !


     

  • nazonfly

    27/08/2008 à 12h23

    Répondre

    30 euros l'unité, c'était un peu le prix du DVD à sa sortie. Donc ça va sûrement baisser quand il y aura plus de lecteurs.


    Mais bon un lecteur Blu Ray pour mater Je suis une légende, c'est un peu comme utiliser un superbe éclairage pour filmer une déjection canine.  

  • Anonyme

    01/09/2008 à 07h52

    Répondre

    non, la difference est dans la tete

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques