7.5/10

8 Mile

Solidement ancrés dans mon esprit, mes a priori sur le rap et dans une certaine mesure sur Eminem rejoignent ici immanquablement mes énormes préjugés sur toute success-story portée au cinéma. 8 Mile avait donc peu de chance de pouvoir survivre à mon hostilité hautement subjective qui ne tarderait pas à fusiller le rappeur provocateur et sa musique. Mais, et c'est là que se situe le mais, deux heures après le début de ce qui m'avait semblé difficile à apprécier, tout me condamne à écrire à l'encontre de mes pressentiments et à forcer la vérité : 8 Mile est réussi.

Poussé par son grand ami Futur (Mekhi Phipher), Jimmy Smith Jr (Eminem) alias Rabbit monte sur scène pour participer à une bataille de rap. Le trac et la froideur de la salle à son égard lui coupent toute répartie, et c'est sous les huées qu'il quitte le club. Malmené entres problèmes familiaux, affectifs, professionnels, seul son talent de rappeur semble à ses yeux être la solution miracle, pour peu que les magouilles de son copain Wink trouvent un aboutissement...

Le titre 8 Mile est tout d'abord une référence à la Eight Mile Road, la ligne virtuelle de démarcation entre Detroit (territoire des blancs) et sa banlieue (territoire des noirs). Pour le personnage de Jimmy, fac-similé flagrant de Eminem, Eight Mile Road représente la barrière psychologique qui l'empêche d'accomplir ce dont il se croit doué, ou comment rejeter la faute sur une espèce de bouc émissaire pour se convaincre de son talent. C'est ça, le message de 8 Mile ? Oui, comme le dit la bande-annonce, « si la rue ne te donne pas ce dont tu as besoin, il faut te débrouiller seul ». Eloignement total de la success-story basique, s'évertuant à romancer et gliterriser le parcours professionnel d'une star de la musique, 8 Mile ne couvre pas la vie artistique d'Eminem, mais survole un passage décisif de la mentalité du jeune homme.

« Mais alors, que se passe-t-il pendant presque deux heures ? ». Avant tout, 8 Mile honore le rap et le hip-hop, le dépouillant des plus gros clichés pour n'en garder que l'essentiel : la musique sert à s'exprimer. Progressivement, la violence physique croule sous le poids de la violence des mots, par le biais de plusieurs scènes de « batailles » de rap. Le principe ? Deux rappeurs s'affrontent tour à tour, munis de quarante-cinq secondes pour enfoncer son adversaire sous les rimes improvisées. Version officielle du combat des rues quotidien, où les serial rimeurs donnent corps à leur rage de vivre sans pour autant en venir aux mains.

« Mais la VF ne plombe-t-elle pas une culture musicale aussi spontanée ? ». Pour tout dire, on évite la catastrophe que laissait envisager la bande annonce, puisque toutes les chansons et l'intégralité des scènes de batailles demeurent en VO sous-titrée, juste milieu pour ceux qui rament en anglais (la traduction fait perdre tout de même énormément au change) comme pour les bilingues expérimentés.

8 Mile se situe très loin de ce qu'on pouvait attendre de ce genre de film, au-delà d'une quelconque provocation ou d'une success-story mielleuse, apportant un véritable message tout en faisant l'apologie du Hip-Hop. Eminem se révèle acteur dans cette apparente autobiographie de son parcours, bien que le personnage de Jimmy Smith se présente trop « clean » pour être vrai. Dépouillé de son honorable profondeur, 8 Mile souffre cependant de quelques sentiments de déjà-vu dans son déroulement, sans pour autant rallonger d'ennui son discours.

A découvrir

temps modernes (Les)

Partager cet article
A voir

Chicago

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • Gablebo

    05/03/2003 à 00h00

    Répondre

    Alors là je suis entièrement d'accord avec la critique de C.S.Black. Je partageais exactement les mêmes points de vue avant de voir le film, c'est à dire un goût très modéré pour le rap, une légère aversion subjective pour l'acteur principal et un mauvais pressentiment au sujet du doublage possible. Mais bon j'ai quand même décidé d'aller le voir avec quelques potes, et j'avoue qu'on a tous été très agréablement surpris. Bon ok y'a 1 ou 2 "yo man" qui s'échappent par ci par là, mais rien de grave et heureusement la VO est laissée aux endroits "stratégiques". Et je dois dire également que malgré la violence des textes (dans les duels j'entends), mon instinct de littéraire a été séduit par le talent indéniable d'Eminem, que j'avais d'ailleurs déjà pu découvrir dans Marshall Mathers. Non vraiment, un bon film, qui sera apprécié par les fans comme par les autres, si ces derniers sont suffisamment "ouverts" (mais pour aller le voir...)

  • raven jean-daniel

    22/03/2003 à 00h01

    Répondre

    Je n'ai pas pu apprécier la version francaise de "8 mile" mais je tiens à préciser que la version originale de ce film est un vrai bijou. On decouvre Eminem comme on ne l'avait jamais vu auparavant et moi qui avais quelques appréhensions en allant voir ce film (je ne connaissais Eminem qu'à travers son rap et c'est beaucoup dire) j'ai été agréablement surprise. J'ai tout simplement eu l'impression de voir quelqu'un d'autre à l'ecran : ce qui est tout à fait vrai puisque Rabbit s'éloigne quand même beaucoup (à quelques détails près) du personnage d'Eminem.

  • Anonyme

    16/04/2003 à 00h02

    Répondre

    Pas spécialement une fan d'Eminem et du rap ou Hip-Hop, j'ai trouvé ce film fabuleux. Pensant vraiment que ce film n'allait pas me plaire étant donné que Eminem et ses types de chansons ne me plaisent guère, j'avais un gout amère en m'installant dans le fauteuil de la salle de ciné. Ainsi, grace à ce film j'ai pu découvrir un autre aspect du monde hip hop différent de ce que les médias nous montrent... j'ai trouvé Eminem très attachant et très attirant, que ce soit dans ses expressions, mimiques que dans ses batailles. Ce film, je le conseille vivement, même à ceux qui n'aiment pas spécialement ce genre de truc. Il faut avoir le cran d'essayer et d'ouvrir son esprit ! bon film à tous et, ALLEZ LE VOIR !!!!!!!!

  • Anonyme

    17/08/2003 à 00h03

    Répondre

    Il semble important de souligner le fait que des rumeurs circulent sur le fait que le scénario est une autobiographie du réalisateur. Il semblerais que "slim shady" se soit imposer grace à son vécu plus ou moin similaire... Maintenant, vérité ou blabla... ???
    Mais le film est à mon sens phénoménal !

  • jazzmaster

    11/09/2003 à 00h04

    Répondre

    j'ai beaucoup aimer les scenes de rap, pour le reste j'ai bien rigoler en pensant à tous ceux qui avaient dit que eminem jouait bien... qqsoit la situation, il a toujours la même tête désabusé, alors ça va bien 5 minutes mais quand on a vu ses clips on a vu son film...

  • audrey.b

    01/10/2003 à 00h05

    Répondre

    Je sais, je suis un peu en retard pour un commentaire sur 8 Mile mais je l'ai seulement vu la semaine dernière! Je suis également loin d'être fan de rap mais l'ambiance des battle me rendait curieuse de voir ce film (sans compter sur la présence d'Eminem que je n'aurais jamais nommé acteur malgré son charme!). Résultat: J'ai pas mal apprécié mais heureusement qu'on m'avait prévenu que l'intérêt du film se trouvait dans le battle final sinon, j'aurais pu m'endormir tant le scénario est un peu plat...

  • snowman

    19/03/2004 à 00h06

    Répondre

    8 mile, en deux mots, c'est la preuve de l'egocentrisme d'Eminem, et la preuve de son non-talent, non mais sans blagues, quel film sans interet, encore un juste pour faire du fric avec une star éphémère qui dans 5 ans sera retournée dans l'anonymat! le scénario est très pauvre, on sait déjà ce que va être la fin, les acteurs n'ont rien d'extraordinaire, et les "musiques" : le principe est d'opposer deux rappeurs qui se balancent des injures à tour de rôle, pitoyable, les réparties sont puériles et toutes axées sur le même sujet. Je pensais qu'au moins ces moments là seraient interressants, histoire d'agrandir mon carnet de vannes, mais même pas.
    En résumé, 8 mile est un film sans aucun interêt, il aurait peut être mieux vallu qu'il ne bénéficie pas de tout le battage médiatique qui l'a supporté.

  • juro

    27/03/2004 à 00h07

    Répondre

    Il ne faut pas partir avec des à priori si on compte voir ce film car si on s'en tient à la personnalité exhibé par Eminem, on est bien loin du compte dans ce film où seule etre le meilleur à l'instant présent compte en ce qui concerne le slam. Par ailleurs, on découvre les coulisses de l'anti starification d'une partie de la population américaine peu représenté de manière positive au cinéma. Pour un autre point de vue sur un film qui véhicule l'éloge d'autre chose que le gangsta rap mais bien de la culture hip hop.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques