6.5/10

3h10 pour Yuma - 2007

Un remake fidèle saupoudré de quelques nouveaux personnages. Le face-à-face entre Russell Crowe et Christian Bale reste la principale attraction du métrage.

Le remake d'un mini-classique du western par James Mangold, le réalisateur de Identity, Copland et Walk the line, avec deux têtes d'affiches comme Russell Crowe et Christian Bale, ne laissait pas d'intriguer. Comment, en plein dans les années 2000, Mangold allait-il raconter cette histoire presque intimiste sans verser dans l'excès d'action qu'on attend désormais des gros films hollywoodiens ? Curieusement, le principal reproche qu'on peut formuler à l'encontre de cette nouvelle version est en fait... sa fidélité !

Pour commencer, on vous sort le même résumé, à la ligne près : Ben Wade (Russell Crowe) est à la tête d'une bande de hors-la-loi sans scrupules ; Dan Evans (Christian Bale) est un père de famille dont le principal souci est de sauver sa famille de la ruine causée par la sécheresse. Le deuxième est loin de se douter qu'il va devoir escorter le premier jusqu'au train de 3h10 pour Yuma, où la justice est supposée prendre en charge le bandit. Atteindront-ils seulement ce train, malgré la présence des complices de Wade bien décidés à le faire évader ?...

Crowe-boy
Crowe-boy
De ce synopsis, Delmer Daves tirait 92 minutes de film. James Mangold, lui, y trouve plus de deux heures à filmer. Atteint du syndrome Peter Jackson (pas celui qui consiste à maigrir quand on devient célèbre, celui qui consiste à rajouter de la confiture sur une tartine déjà prête), il reprend le film d'origine à la virgule près, longues scènes de dialogues comprises, et y développe quelques personnages et péripéties gratuites (pour la plupart) histoire de rallonger la sauce. Ainsi, le chasseur de primes joué par Peter Fonda ne sert qu'à montrer l'acteur chausser les éperons dans lesquels on avait l'habitude de voir son père, et l'épisode des Apaches aurait pu facilement être évité. On admettra pourtant que le personnage de Charlie Prince, interprété dans l'original par Richard Jaeckel et repris ici par Ben Foster, ne manque pas d'un certain panache dans son costume serré qu'il porte avec dandysme ; dans cette nouvelle interprétation, on subodore d'ailleurs une attirance quasiment (voire carrément) sexuelle de Charlie pour son maître Ben Wade, qu'il n'abandonnerait pour rien au monde.

Mais finalement, les deux seuls acteurs qui comptent à l'écran sont Crowe et Bale. Chacun est impérial dans son registre, et les deux hommes représentent Bale de fusil
Bale de fusil
parfaitement (bien que parfois trop lourdement, la faute aux dialogues) les deux faces d'une même personnalité. Russell Crowe s'avère un choix très judicieux pour remplacer Glenn Ford : charmeur et rassurant, il est associé comme lui à un catalogue de rôles positifs, qui font de son Ben Wade un paradoxe ambulant. Christian Bale de son côté, lutte pour affirmer son personnage, qui a naturellement tendance à rester dans l'ombre de son charismatique antagoniste. Mais il y parvient efficacement, à l'aide de son regard sombre et volontaire.

Comme dans l'original, le sujet est typique du genre : la sauvagerie doit faire place à la civilisation. Malgré un final sensiblement différent, le thème est le même. Un peu d'action supplémentaire, un casting plus connu des jeunes générations, une réalisation efficace mais sans esbroufe, un format couleur plus engageant que le noir et blanc... Le résultat se regarde avec plaisir, mais sent trop la copie de bon élève. James Mangold aurait peut-être mieux fait de s'attaquer à un western tout neuf plutôt que de refaire Yuma. Il a un train de retard.

A découvrir

Julia

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    31/03/2008 à 17h40

    Répondre

    Quand on n'a pas vu la première version celle-ci, bien photographiée et bien jouée, se voit avec plaisir.


    Suivant les règles du genre les bons sont moins bons que prévus, le mauvais sauve sa peau, il est moins mauvais qu'on peut le croire, la loi passera une autre fois et le bon sauve son honneur au prix de sa vie, ça dézingue à tout va et dieu se moque du monde : on aime le genre ou on va voir autre chose, moi je n'ai pas boudé la séance.

  • alien13

    06/04/2008 à 12h44

    Répondre

    J'ai vu les deux versions, et je m'attendais au pire (ah ! les remakes...) eh bien grâce au jeu superbe des deux acteurs principaux on ne voit pas le temps passer, on se passionne et pour l'histoire et pour les deux hommes et on verse une petite larme à la fin... Excellent westen grâce à la présence énorme de Russell Crowe et de Christian Bale !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques