A DECOUVRIR
7/10

300

Pas de pitié pour les 300

"- AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! "

Antiquité. Le roi des Perses envoie ses bataillons à la conquête de la Grèce. Face à lui, et malgré l'avis contraire du Conseil, le roi spartiate Leonidas, accompagné des 300 guerriers de sa garde personnelle, entend bien montrer à ces hordes d'envahisseurs que l'on ne s'approprie pas la terre de ses ancêtres aussi facilement.

Lorsqu'on ne peut pas écrire l'histoire, il faut écrire la légende, disait fort à propos John Ford. Frank Miller et Zack Snyder ne pouvant réécrire la bataille des Thermopyles -profitant d'un avantage géographique, Leonidas et ses 300 soldats ont tenu quelque jours avant de se faire massacrer jusqu'au dernier-, rien ne les empêchait en revanche de réécrire la légende -les Perses se sont pris 300 Spartiates furax sur le coin de la figure et l'ont bien senti passer-. Directement adapté du comic-book éponyme, 300 ne se pose donc non pas comme un Péplum réaliste sur ce haut fait d'arme, mais plutôt comme un film de fantasy peuplé de surhommes et de créatures, où l'on croise le fer torse nu en hurlant. On ne s'en plaindra pas. En revanche, l'idée de faire un grand film épique tourné en studio sur fond bleu n'était pas des plus enthousiasmantes. Et de fait, la conception complètement artificielle de 300 se montre vite problématique lorsqu'il s'agit de faire des vues un peu plus ambitieuses qu'un corps à corps, aussi sauvage soit-il. Les vues de Sparte, ou encore le plan des guerriers de Leonidas contemplant les bateaux Perses mis à mal par une tempête montrent bien les limites actuelles de l'image de synthèse, surtout lorsqu'elle est utilisée comme "claque visuelle" ou comme substitut plutôt que comme réel outil de contribution. C'est beau, indéniablement, et même cohérent avec l'atmosphère irréelle et mythologique du film, mais 300 manque également de la vie, de la profondeur de champ, voire de l'émotion que lui aurait apporté un décor palpable. Des carences dont souffraient déjà le Sin City de Robert Rodriguez.

"- AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! "

L'Armée des Morts nous avait déjà présenté Zack Snyder comme capable de développer un univers visuel intéressant, mais au détriment de l'épaisseur de ses personnages, littéralement inexistants. Avec 300, il ne revoit sa copie qu'à grand peine : si le film bénéficie du charisme monstrueux d'une poignée d'acteurs habités par leurs rôles -dont un Gerard Butler bestial que l'on avait plus vu aussi bon depuis Attila-, il ne s'en dégage pas moins l'impression douteuse que la Bataille des Thermopyles était une escarmouche à dix contre vingt. Si Leonidas, son capitaine et quelques guerriers bénéficient d'une iconisation de tous les instants, les 295 autres Spartiates semblent n'être là que pour remplir le décor ou sont tout bonnement invisibles. Un choix difficile à comprendre, l'essence même de l'histoire des Thermopyles étant celle d'hommes soudés par des liens fraternels, pris dans un combat désespéré où protéger son partenaire a autant d'importance que de sauver sa propre vie. Il ne s'agissait bien sur pas de créer un rôle d'envergure à chacun, mais un minimum d'effet de groupe aurait été appréciable. Finissons avec les défauts en évoquant le manichéisme de l'ensemble, nécessaire étant donné la nature du récit, mais exacerbé jusqu'au ridicule (les virils et forts Spartiates contre des Perses couards et... efféminés !), la voix-off parfois plombante, sans oublier l'ombre envahissante du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson, identifiable très nettement dans le look très "Orcs" des prêtres corrompus de Sparte.

"- Spartiates ! Quel est votre métier ??
- AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! "

Véritable mine de points faibles, 300 donne néanmoins le change par une excellente introduction décrivant l'enfance et l'initiation de Leonidas, l'intéressante sous-intrigue mêlant la reine de Sparte à quelques troubles politiques et bien sur, la principale raison d'être du film : les combats. Et lorsque Leonidas et ses compagnons se décident à percer du Perse piercé, 300 devient un morceau de bravoure, où Snyder se dévoile comme un cinéaste d'action très efficace. Utilisant les ralentis pour souligner la puissance de chaque coup de glaive, Zack Snyder nous livre des batailles à la fois hargneuses et très stylisées, emplies d'un esprit trompe-la-mort jouissif. Les ennemis tombent par dizaines, démembrés, étripés par des guerriers que rien ne semble pouvoir arrêter dans leur rage de combattre. Les Spartiates de 300 les voici : des balaises élevés à la dure, rompus à tout, qui avancent sans relâche pour frapper et frapper encore, riant du danger, virevoltant entre leurs adversaires en sursis. 300 devient une ode au courage, à la liberté et sacralise dans un final magnifique ces Grecs pas comme les autres qui ont préféré mourir debout que vivre à genoux. Arrivé à ce stade, on pourra toujours discuter de l'aspect un peu "aryen" de la chose, de son sous-texte convenu, du problème d'exploitation générale du bestiaire ou de la fausse barbe des Perses (qui décidément n'ont pas chance), le spectacle a été assuré avec brutalité et panache.

Si son parti-pris visuel est moins envahissant qu'un Sin City et qu'il dépasse parfaitement le stade de démo technique, 300 n'est pas vraiment le grand film qu'il voulait (pouvait ?) être. La faute à une dimension humaine mal gérée. Mais à sa manière, il contribue à construire le mythe de la bataille des Thermopyles, quelle qu'en soit la part de vérité. Ainsi, que Leonidas se rassure : ses 300 Spartiates ne seront pas oubliés.

"- AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! "

Partager cet article

A propos de l'auteur

24 commentaires

  • raidenjeff

    26/03/2007 à 21h12

    Répondre

    Un bon film qui se voit avec grand plaisir, ne serait-ce uniquement pour la richesse de son univers. Plus aboutit et meilleur que Sin City à mon goût. Les personnages manquent cependant de consistence mais sont sauvés par le charisme et l'interprétation des acteurs. J'ai bien aimé certains partis pris de Snyder, entre autre son utilisation judicieuse du zoom/ralenti, qui, loin d'être gratuit, retranscrit à merveille l'esprit BD.
    Une bien belle adaptation comme j'aimerais en voir plus souvent.

    8/10

  • Leelee

    27/03/2007 à 01h56

    Répondre

    Ignorant encore tout de ce film, de son histoire et de sa sortie il y a deux semaines, je fus vraiment emballée pendant et aps le film.
    Le récit par voix off au début du film nous met déjà dans une certaine ambiance.
    Les tenues sont magnifiques, les femmes sont belles et les hommes aussi avec des carrures et des corps qui ne sont pas excessivement musclés.
    On se sent d'emblée du côté de ces Spartiates à la 1ere scène de querelle avec le messager perse.
    Bien sûr, l'apparition des prêtres fait penser au "seigneur des anneaux" mais en dehors de ça, des belles scènes de combats bien menées, un bon rythme, un soupçon d'humour, une bonne BO (sauf pour le générique de fin que dont seuls bénéficient les pays francophones j'en suis sûre) et une triste mais magnifique fin. Un beau tableau.
    Voilà des hommes qui se sont battus pour leurs libertés, leurs familles, leur histoire, leur honneur. Une belle leçon de courage.

  • Anonyme

    27/03/2007 à 12h02

    Répondre

    Leelee a dit :
    une bonne BO (sauf pour le générique de fin que dont seuls bénéficient les pays francophones j'en suis sûre)


    Mais pourquoi s'acharner à aller voir de tels films en VF aussi En VO c'était bien, même le générique de fin

  • Lestat

    27/03/2007 à 12h06

    Répondre

    Parfois on a pas le choix.
    Par contre je l'ai vu en français mais y'avais pas le rap avé l'assent. Il doit exister des copies alternatives.

  • Leelee

    27/03/2007 à 13h23

    Répondre

    Ah bin d'accord, on est tombé sur la mauvaise nous alors!!
    Pourqoi être allé le voir en VF, c'es tune question qu'on s'est tous posé ensuite!! Non, c'est juste que là, on l'a vu en français un dimanche matin à 11h histoire de pouvoir profiter du prix en baisse mais on s'est bien fait avoir vu que ça avait augmenté!!
    On s'en souviendra pour le prochain.

  • raidenjeff

    27/03/2007 à 16h02

    Répondre

    Par contre je l'ai vu en français mais y'avais pas le rap avé l'assent. Il doit exister des copies alternatives.


    Le rap vient en 2ème partie de générique lorsque les crédits apparaissent sur fond noir, soit lorsque la salle est déjà vide

  • just_jorel

    28/03/2007 à 08h09

    Répondre

    Une révélation ce film, j'ai vraiment adoré. Je trouve que le réalisateur arrive à faire ressortir la puissance de Spartiates avec grande maîtrise.
    8/10 sans problème !

  • Anonyme

    28/03/2007 à 14h45

    Répondre

    Le réalisateur avait l'opportunité de plonger le spectateur dans le passé pour lui faire vivre la bataille des thermopyles. Malheureusement, l'option choisie des images de synthèse enlève tout réalisme. De plus, je crains qu'on ait sérieusement négligé toute notion de réalité historique pour ne se concentrer que sur les scènes de bravoure. Au lieu d'une formidable page d'histoire, nous n'avons droit qu'à une BD animée. Dommage, malheureusement à Hollywood la forme prime trop souvent sur le fonds.

  • Anonyme

    28/03/2007 à 16h32

    Répondre

    Vu que c'est l'adaptation d'une BD c'est normal...
    D'ailleurs je viens de feuilleter l'oeuvre de Miller et la similitude entre film et comics est impressionnante: mêmes plans, mêmes couleurs, mêmes dialogues.

  • iscarioth

    28/03/2007 à 17h01

    Répondre

    "- Spartiates ! Quel est votre métier ??
    - AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! "


    J'ai pas vu le film, mais les intertitres de la critique de Lestat m'auront bien fait rire


    Ah... Il n'y a que sur Krinein que l'on voit ça

  • raidenjeff

    28/03/2007 à 18h15

    Répondre

    Malheureusement, l'option choisie des images de synthèse enlève tout réalisme.


    C'est volontaire. La BD ne s'embarasse pas de la réalité historique à la base. Elle retrace d'avantage un mythe que des faits.

  • weirdkorn

    28/03/2007 à 22h04

    Répondre

    D'ailleurs, je retiendrai surtout du film le "AOURGH ! AOURGH ! AOURGH ! AOURGH !".

    Bien vu Lestat.

    Sinon, c'est une approche fantastique et très graphique de cette page d'histoire, sachant que le réalisateur était intéressé par la retranscription du comic, pas par la reconstitution historique. Donc au final, 300 c'est du sang, du muscle et des AOURGH.

  • Wax

    29/03/2007 à 00h28

    Répondre

    weirdkorn a dit :

    Sinon, c'est une approche fantastique et très graphique de cette page d'histoire, sachant que le réalisateur était intéressé par la retranscription du comic, pas par la reconstitution historique. Donc au final, 300 c'est du sang, du muscle et des AOURGH.


    Clair, c'est beau, l'histoire est simple voire vide, les scènes d'étripages sont réjouissantes. En gros c'est bien bourrin mais doté d'indéniables qualités cinématographique!

    AOURGH!

  • Anonyme

    03/04/2007 à 21h05

    Répondre

    Moi j'ai trouvé ce film trés drôle
    Sérieux le doubleur français de xerces est trés fort (imaginez le chercher ses patates a monoprix )
    Et puis il y a plein de scene a trés fort potentiel comique (la premiere bataille avec la technique "on avance, on défonce, on avance, on défonce etc ....)
    ou encore le fameux "Spartiates ! Quel est votre métier ???!!!"
    "AOURH !!!!!!! AOURGH !!!!!"
    Plus sérieusement j'ai trouvé ce film mauvais, beaucoup trop manichéens et sans originalité (le seigneur des anneaux est parmi vous), surtou par rapport aux éléphants et au "gollum" faute d'un meilleur terme !

  • kou4k

    03/04/2007 à 23h54

    Répondre

    Meuh qu'est-ce qu'ils ont fait les éléphants?
    Perso je trouve qu'ils ont assuré dans le film...

    AOURGH! AOURGH!

  • nazonfly

    12/04/2007 à 09h36

    Répondre

    Les différentes réactions sont un parfait résumé de ce que j'aurais pu dire. C'est parfois très beau, les combats stylisés sont très bons, l'histoire donne envie de se pencher un peu plus sur la réalité historique, celle de la bataille mais aussi celle de Sparte.
    Et pourtant parfois le film touche parfois au ridicule (les Aourgh Aourgh notamment, mais aussi les grands beaux spartiates tous costauds à qui rien ne fait peur). On passe tout de même un bon moment... jusqu'au générique de fin qui donne envie d'écrire au distributeur du film pour lui demander : "non mais c'est quoi ce rap tout pourri qui clôt le film?". Je pense qu'il s'agit d'une parodie, un clin d'oeil humoristique pour décompresser avec deux heures de violences. C'est pas possible sinon...

  • Protos

    15/04/2007 à 15h58

    Répondre

    Ouaip, un bon film d'action épique. La première scène de l'ado qui terrasse le loup est saississante.
    Sin City au temps des Spartiates.

  • Kei

    17/04/2007 à 07h22

    Répondre

    Il y a des NINJAS !

  • Cineman

    22/04/2007 à 23h01

    Répondre

    Bon ba pareil que les autres , j'étais venu m'en prendre plein les mirettes et force est de constater que je n'ai pas été déçu . Alors certe on peut lui reprocher son coté solennel , kitch à l'extrême avec son accumulation d'abdos huilés , mais pour moi le pari est réussi : j'ai pris une claque visuel et ne me suis pas ennuyé une seule seconde , j'en demandais pas plus

  • Anonyme

    10/05/2007 à 16h00

    Répondre

    slt a tous,j'ai vu le film il et d'enfer je ne me suis pas du tout ennuyer, une trés belle histoire des combats super que demandé de plus moi je dit paris réussie

  • Anonyme

    11/05/2007 à 10h50

    Répondre

    vojika a dit :
    slt a tous,j'ai vu le film il et d'enfer je ne me suis pas du tout ennuyer, une trés belle histoire des combats super que demandé de plus moi je dit paris réussie


    En effet, surtout la Tour Eiffel.

    Pardon pardon

  • Prospero

    11/05/2007 à 10h52

    Répondre

    Ils avaient parié avec qui, au juste ?

    ("Je parie que tu peux pas faire dire "Haourg Haourg" à tes acteurs !", sûrement. XD)

  • Anonyme

    04/10/2007 à 15h05

    Répondre

    Je sais pas si vous avez vu, mais sur les boucliers ils font du sponsoring pour des marques de protéïnes créatines et autre produits pour adepte de fous de la muscu. Je crois également avoir vu trainer quelques flyers pour le club "fucking blue boy" dans les maisons lors des scènes de vie à sparte.


    En tout cas, ce film est un bel hommage au culturisme, çà fait longtemps que j'avais pas vu quelque chose d'aussi gay. Avec leus gros slips, leurs abdos et la barbe:-) Sans oublier le méchant et ses allures transexuel, sérieusement, cette obséssion qu'il a de voir tous les hommes s'incliner et finir à 4 pattes devant lui... Si le message ne vous parait pas clair avec çà !...Même south park en a fait une satire de ce personage (saison 11 épisode 6 : hilarant )

  • Anonyme

    24/10/2008 à 21h49

    Répondre

    AOURGH, AOURGH ! Je souffre quelqu'un qui ne voit que du bourrin, du sang et petit interet cinématographique= résultat neutre qui ne veut rien dire et qui ne fait pas avancer les débats AOURGH Wax révise ton argumentation.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques