7/10

28 semaines plus tard

London calling for help

En 2003, 28 jours plus tard secouait l'image traditionnelle du zombie au cinéma, en présentant des « infectés » rapides et violents aux antipodes des escargots paralytiques auxquels le spectateur était habitué. Mais quatre ans plus tard, soyons honnête, on n'attendait pas grand-chose de cette suite dont le générique ne compte ni le même réalisateur, ni le même scénariste (Danny Boyle et Alex Garland ne sont que producteurs exécutifs), ni les mêmes acteurs. Et pourtant, pourtant...

Six mois après les débuts de « l'épidémie », le Royaume-Uni cesse enfin d'être en quarantaine, et accueille à nouveau les expatriés qui veulent rentrer au bercail. Le pays est désert, mortuaire et traverse une phase de reconstruction pénible sous l'œil vigilant des soldats américains. Mais comme on s'en doute, et selon la formule consacrée, quelque chose a survécu...

Ils courent ils courent, les zombies...
Ils courent ils courent, les zombies...
Visuellement, le film est d'une cohérence indéniable avec son prédécesseur : entre une caméra tressautante plongée au milieu des zombies et la vision glaciale d'un Londres déserté, on est bien dans la continuité de la petite bombe de Danny Boyle, auquel le réalisateur Juan Carlos Fresnadillo n'a rien à envier en termes de narration cinématographique. En ce qui concerne le scénario, pourtant, on navigue plutôt dans les eaux d'un George A. Romero, bien connu pour ses tribulations régulières en territoire mort vivant...
Car finalement, bien qu'il s'agisse d'un film britannique piloté par une escouade espagnole (trois au scénario, un à la réalisation), les influences sont clairement à chercher du côté des deux nations qui ont donné leurs lettres de noblesse au film de zombie : les Etats-Unis et l'Italie. De la deuxième, on retient surtout quelques images, habitées de gore brutal et sale ou d'hélicoptères survolant un paysage post-apocalyptique. Des Etats-Unis en revanche, on ne retrouve pas seulement un hommage à La nuit des morts vivants dans le pré-générique, mais également la thématique chère à Romero (ainsi qu'à Dan O'Bannon dans son Retour des morts vivants) : la menace des zombies est un catalyseur qui déclenche la folie des hommes, et le danger qu'ils représentent est au moins égalé par celui que représentent les militaires armés jusqu'aux dents et régis par une hiérarchie intraitable (voir cette scène atroce où les soldats ouvrent le feu sur une foule paniquée dans laquelle se trouvent quelques infectés).

Les personnages, qui bénéficient d'une épaisseur supérieure à celle généralement observée dans ce type de film, sont incarnés avec justesse par des acteurs d'origine très différentes comme Robert Carlyle (écossais, vu au cinéma dans Trainspotting et The full monty) et Harold Perrineau (américain, vu à la télé dans Oz et Lost). Leur présence n'est pas le moindre atout du film, et habite parfaitement le climat de stress installé par le réalisateur par une alternance classique mais efficace de silence et de bruits saturés. La fin de la séquence pré-générique, montrant le personnage de Robert Carlyle dans son humanité la plus sordide, est à la fois un grand moment d'angoisse et l'occasion de s'interroger sur l'attitude que l'on adopterait à sa place...

28 semaines plus tard clôture donc cet « été des zombies » entamé par Fido et Planète terreur. Bien qu'il n'apporte pas réellement de sang neuf au genre, et bien que moins fun que Planète Terreur, le film de Fresnadillo est d'une efficacité qui vaut le détour. Il s'achève par ailleurs sur une scène vite expédiée mais astucieuse, qui met de bonne humeur l'amateur pervers de film d'horreur...

A propos de l'auteur

9 commentaires

  • Dat'

    19/09/2007 à 13h55

    Répondre

    Il faut absolument que j'aille voir ce film avant Samedi u_u


     

  • Umbriel

    19/09/2007 à 14h11

    Répondre

    Je suis assez surpris qu'il ne soit interdit qu'au moins de 12 ans !!! Je m'attendais à ce que ce genre de films soit interdit au moins de 16 ans !

  • nazonfly

    19/09/2007 à 14h48

    Répondre

    Moi j'ai compris la blague et j'ai bien ri!

  • Aen

    19/09/2007 à 15h55

    Répondre

    Roh, elle est fine la blague !


    J'avais vraiment bien aimé 28 jours plus tard, j'ai hâte de voir ce que celui-ci va donner.

  • Cineman

    19/09/2007 à 16h11

    Répondre

    Et bien en voila une belle surprise !!!


    En grand admirateur du premier volet de Danny Boyle , je n'attendais strictement rien de cette suite , si ce n'est une occasion de confirmer mes craintes et de déverser toute ma haine dans la salle de cinéma. Et bien que nenni , 28 semaines plus tard est un vrai petit bijoux qui  montre un respect constant et sans faille à l'oeuvre original. Tous les éléments qui faisaient de ce dernier un renouveau  mémorable du film de zombie sont présents et amplifiés de bien belle manière : la vision apocalyptique ( les scènes d'un Londres désertique absolument merveilleuse , confirmant la puissance cinégénique de cette ville) , la thématique de la nature sauvage de l'homme qui est clairement le véritable monstre de l'histoire ( voir comme disait Riffhifi la scène avec les militaires tirant sur la foule qui est assez marquante ) , des personnages très bien traités ( souvent attachants comme le père et ses enfants ) car jamais réduits à de simples clichés ambulants que l'on espère voir mourir au plus vite , ainsi qu' une réalisation remarquable laissant place à des scènes visuellement épatantes.  Le gore est biensur au rendez-vous notemment lors de scènes assez jouissives 


    notemment le hachage de zombies avec l'hélice d'un hélicoptère ( scène d'ailleurs aussi présente dans Planet Terror , même si elle n'est pas présenté tout à fait de la même manière )   


    et nos méchants infectés aux yeux injectés de sang sont plus réalistes que jamais. Je le conseille donc fortement , tant il est rare de nos jours de trouver une suite aussi respectueuse et intéressante , qui vaut la peine d'être vu rien que pour son intro hallucinante


    la première attaque des infectés et la fuite du père qui décide d'abandonner sa femme afin de sauver sa vie est d'un réalisme rare et salvateur , loin des clichés du héros courageux qui décapite tout le monde à mains nues pour sauver sa famille en détresse ( j'éxagère à peine )  


       et sa musique principale toujours aussi envoutante. 8,5/10

  • Tony Clifton

    24/09/2007 à 00h45

    Répondre

    Excellente suite ... j'en est cauchemardé toute la nuit 

  • patoche1212

    16/10/2007 à 06h16

    Répondre

    J'avais bien aimé le 1er mais là franchement,ne dépensé pas votre fric pour voir cette suite nul,il n'y a que l'affiche qui est potable.

  • nazonfly

    16/10/2007 à 10h02

    Répondre

    De toute façon, moi je l'ai raté.

  • nazonfly

    25/12/2008 à 18h43

    Répondre

    Je me demande si je n'ai même pas préféré cette suite au premier opus, pourtant exceptionnel. Rien que pour cette fameuse scène des militaires et des civils.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques