Le 10 août, les singes prennent la planète

Dix ans après la version de Tim Burton, le roman de Pierre Boulle revient sur les écrans. L’angle adopté ? Le récit de l’ascension des singes dans l’échelle sociale…

Après Gollum et King Kong, Andy Serkis complète sa carrière d'acteur spécialisé dans la motion capture : cette année, on le retrouvera ainsi en capitaine Haddock dans le Tintin de Steven Spielberg, et en 58428.jpgsinge savant dans La planète des singes : les origines. Pour ceux qui voudraient profiter de sa véritable trogne non digitalisée, il reste encore la possibilité d'aller voir Cadavres à la pelle de John Landis le 27 juillet. Mais aujourd'hui, c'était pour présenter sa nouvelle aventure simiesque qu'il était à Paris…

Un jeune scientifique surdoué (James Franco), attristé de voir son père (John Lithgow) rongé par la maladie d'Alzheimer, consacre toute son énergie à trouver un remède. Il met au point un sérum destiné à stimuler les capacités cérébrales, et l'essaye sur un singe. Le résultat : César (Andy Serkis), un chimpanzé aux réactions quasiment humaines, capables de raisonnement et d'émotions.

Dans une ère cinématographique où fleurissent les préquelles et les reboots, les distributeurs français s'ingénient à proposer de fades traductions des titres originaux : la "première classe" des X-Men devient simplement "Le commencement", tandis que le "soulèvement" de la planète des singes (un titre déjà vaguement lourd) se transforme en "La planète des singes : les origines". Origines de quoi ? On se le demande un peu, puisque le film de Rupert Wyatt (inconnu au bataillon) ne s'inscrit ni dans la continuité de la saga des années 70, ni dans celle du film de Tim Burton sorti en 2001. Du roman de Pierre Boulle, les scénaristes Rick Jaffa et Amanda Silver (portés disparus depuis Relic en 1997) ne retiennent que la notion de singes prenant le pouvoir, et font table rase des voyages galactiques ; s'il fallait le rapprocher d'un des épisodes 58429.jpgexistants de la saga, ce serait incontestablement La Conquête de la Planète des Singes. En se concentrant sur une histoire ancrée dans le présent, nourrie des inquiétudes liées aux progrès de la science et de la génétique, le film s'inscrit en fait dans la lignée d'un livre plus ancien et encore plus célèbre : Frankenstein. Le parallèle saute aux yeux, James Franco incarnant un apprenti sorcier enthousiaste mais inconséquent, père d'une expérience monstrueuse qui réclame un droit d'exister. D'après les extraits révélés à la presse, l'accent est mis sur les relations entre les personnages (humains et singes) davantage que sur l'action ou les explosions (dont on nous promet toutefois une dose règlementaire, révolution oblige).

Pour se préparer à son rôle de César, Andy Serkis déclare s'être inspiré d'Oliver, un célèbre chimpanzé des années 70 doté de capacités hors du commun. A l'écran, lui et ses amis à fourrure sont franchement convaincants, bien que leur apparence reste à première vue clairement "synthétique", comme celle de Kong pouvait l'être. Mais leur présence physique dès le tournage, ainsi que l'évolution des effets spéciaux de Weta, permet aux émotions de percer ; après tout, les maquillages oscarisés de John Chambers dans les premiers films ne permettaient pas non plus de penser qu'on était en présence de véritables singes…

Repompage usé ou réinvention inspirée ? Les premières images laissent espérer la deuxième option. Verdict le 10 août.

58430.jpg

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Wax

    02/08/2011 à 17h58

    Répondre

    "... mais comme chacun sait, 113 fout la merde."
    Magnifique!

    Ca n'a pas l'air d'être le blockbuster sans relief auquel je m'attendais. Pour le coup tu m'as donné envie de le voir. http://cinema.krinein.com/planete-s ... 16790.html

  • OuRs256

    09/08/2011 à 23h11

    Répondre

    J'avoue que j'ai plutôt bien aimé. C'était assez prenant et vraiment rapide (il fait moins d'1h45). J'ai hâte de voir la suite en tout cas

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques