2/10

10 000

Un homme préhistorique avec des dreadlocks et un Alien venu construire des pyramides en Egypte s'affrontent sans se connaître dans une fresque épique sur la naissance de l'homme derrière ses cheveux sales... enfin presque.

D'Leh est un jeune chasseur d'une tribu primitive d'homo sapiens dont le nom a été perdu dans le temps et que la mémoire ne permet plus de se rappeler, même 48 h après avoir vu le film. Cette tribu chasse le mammouth, qui a certes un autre nom dans l'histoire, mais je me permets de l'appeler ainsi pour éviter d'insulter l'intelligence des lecteurs qui pourraient être trompés à croire que les animaux qui se ressemblent ne s'écrivent pas pareils. Une prophétie naît dans ce contexte et promet un grand avenir aux hommes à l'occasion de la dernière chasse (comprendre dans 20 ans). Elle annonce également une période d'apogée après de nombreuses souffrances pour ce peuple qui se promène dans les montagnes sans la moindre semelle ou chaussure. A l'époque de ces paroles mystiques, D'leh n'est qu'un enfant et pense être le héros de son peuple lorsque le temps sera venu. Cela lui permettrait de prendre pour épouse cette jeune fille aux yeux bleus dont l'arrivée au village annonce le début de la prophétie, et les premiers regards amoureux d'une idylle naissant entre les deux jeunes gens. Un saut en avant et nous voilà en présence de jeunes hommes et femmes face à un destin qui touche à son but alors que l'existence de leur population est en voie d'extinction. Les démons à quatre pattes (des chevaux) arrivent alors et emmènent Evolet, la promise de notre jeune guerrier. Le voyage à sa poursuite changera la face de leur monde.

Attention spoiler : cette histoire se passe en 10 000 avant que Jésus crie.

Il est donc de bon ton de supposer qu'on nous y évoquera une période ne connaissant que légendes et croyances archaïques saupoudrées de mythes oubliés au milieu d'une guerre du feu intense en effets spéciaux. Après avoir vu une bande-annonce si alléchante, on a même l'impression que ce cocktail sera agrémenté de T-rex et autres bestioles appartenant au bestiaire fantasmagorique que le cinéma nous permet aujourd'hui d'appréhender avec de belles couleurs chaudes et vives. Rassurez-vous... ou pas, rien de tout cela n'est visible dans cette fresque tenant plus du cultissime (car très mauvais) Godzilla que du palpitant Stargate, ces deux films à l'opposé de la chaîne alimentaire cinématographique mais ayant en commun le réalisateur de 10 000 B.C.

Le problème est donc posé. Si on peut dire que Roland Emmerich sait filmer sans pour autant oser avouer qu'il est un bon réalisateur car il est capable du pire comme du bon, on ne peut vraiment pas dire que son dernier film soit une réussite. On pourrait évoquer le manque cruel de rythme pour un film d'aventure. On pourrait se délecter à énoncer une à une les problématiques d'une accumulation de clichés dont certains lui appartiennent déjà : le retour des aliens dans leur pyramide par exemple ou encore les T-rex transformés en autruches géantes pour éviter le plagiat. On pourrait aussi parler en détail du très mauvais travail graphique sur certaines bestioles ou du camouflage de l'absence de forme de certains monstres par une caméra hyper rapide et floue. On va vous confirmer par contre que le cinéaste de blockbusters en série (deuxième du nom bien sûr car Michael Bay le précède) a fait un film bien peu convaincant sans en énumérer les fautes de goût ou de style car elles sont trop nombreuses.

Permettons-nous de préciser un point particulièrement oppressant du film qu'est cette absence d'écriture. Nous ne parlons pas ici de l'écriture du scénario. Il y a effectivement peu de chance que celui-ci ait été improvisé sur le toit du monde où a été tourné le film et qui est d'ailleurs un très joli endroit rajoutant un peu de poésie qui manque cruellement à ce film. Non, il s'agit ici d'un problème plus grave. Entre patchwork de bonnes et de mauvaises idées repiquées et surfaites, on nous impose une histoire d'amour assez minable et des gadgets dans tous les sens pour justifier une histoire qui ne peut permettre au spectateur que d'être un gros mou passif. A aucun moment l'intrigue ne titille. Son accompagnement musical est tout juste abyssal et ne s'entends même plus au bout de 10 minutes d'attention forcée. L'un dans l'autre, même si le spectacle est joli pour ses paysages, on a l'impression qu'on se moque de nous et que le cinéma est un terrain de jeux et de tests pour RH. Les différents éléments d'un bon film pourraient être là mais on obtiendrait Stargate II sans la porte des étoiles.

Ce qui est sûr en tout cas, c'est que Monsieur Emmerich aime le sable et la neige, qu'il filme avec tendresse et béatitude. Il faut donc en déduire qu'il serait un excellent réalisateur de documentaires avec une place de choix dans le top 5 du National Geographic catégorie Ethno. Merci de rappeler un jour à Hollywood que les films qu'on nous impose alors qu'ils ne sont que des prétextes à la production ennuient de plus en plus le public, et que même si un public est clairement visé, il ne coûte pas grand-chose de passer un peu plus de temps sur le fond. En l'occurrence pour cet exemple, ils auraient pu également retravailler la forme.

Nous ne pouvons pas en vouloir non plus aux acteurs qui font un travail plus que correct quand on voit la teneur des dialogues et les plaisanteries mal placées qui s'y cachent. Après tout ce n'est pas de leur faute si la tribu des rastas n'a pas le charisme escompté à l'écriture et fait plutôt penser à la tribu des cheveux sales dans RRRRRR. Ce n'est pas non plus de leur faute s'ils passent malgré eux quasiment au second plan d'une histoire de légende racontée en voix off et qui casse le rythme des scènes en faisant une histoire mal racontée plus qu'un film d'aventure.

Merci à l'avenir de s'abstenir de nous raconter une fausse histoire du monde et des hommes sans les éléments de sa conquête théorique : le rêve par exemple.

A découvrir

Forrest Gump

Partager cet article

A propos de l'auteur

23 commentaires

  • Veterini

    28/02/2006 à 23h53

    Répondre

    C'est marrant j'aurais cru que les mamouths aurait disparut bien avant -10000 (surtout en afrique du nord...)

    Vous connaissez la blague du mamouth qui miaule au fait ?
    Non ? C'est normal y avait pas d'usine a l'époque...

  • Meow

    01/03/2006 à 00h11

    Répondre

    Moi aussi j'ai une question capitale : est-ce que l'on y retrouvera ce cher Will Smith dans une séquence d'anthologie où il assomera, d'un sacré bourre-pif dont lui seul a le secret, un mammouth fraichement débarqué de sa navette spaciale venue d'un univers parallèle?

  • Bzhnono

    01/03/2006 à 18h56

    Répondre

    Un film sur la préhistoire...je me demande ou (et surtout comment) le père Emmerich va glisser son traditionnel "drapeau américain qui flotte au vent sur la musique patriotique"...

  • Selena

    01/03/2006 à 18h58

    Répondre

    Bzhnono a dit :
    Un film sur la préhistoire...je me demande ou (et surtout comment) le père Emmerich va glisser son traditionnel "drapeau américain qui flotte au vent sur la musique patriotique"...


    et les peintures rupestres alors??!! tssss

  • Veterini

    01/03/2006 à 19h26

    Répondre

    Nan ça marche pas, parceque c'est en noir et blanc et du coup ça fait le drapeau breton :


    Salot de breton !

  • Selena

    01/03/2006 à 19h38

    Répondre

    La grippe aviaire frappe même sur Krinein

    Quel rapport entre le drapeau breton/le noir et blanc et le drapeau flamboyant des Etats-Unis?

  • Anonyme

    01/03/2006 à 19h40

    Répondre

    A part les bandes ?

  • gyzmo

    01/03/2006 à 19h40

    Répondre

    film d'aventure préhistorique où nous suivons le périple de deux chasseurs de mammouths à la recherche d'un territoire.

    Ca fait vachement envi en tout cas comme (pré)histoire(?)

    Lestat, tu as oublié de cité dans ta news le bouleversant RrrRRRRrrR!, c'est impardonnable

  • Veterini

    01/03/2006 à 23h12

    Répondre

    Selena a dit :
    La grippe aviaire frappe même sur Krinein


    Et pourquoi tes pas en Allemagne toi, les chats la-bas, on les abats !

    Bon malgré toute ton ignorance crasse (les chats se lave pas), je dois préciser qua lépoque les hommes de cro-magon navait pas encore inventé la couleur, dou que leurs peintures champêtres était en noir&blanc, même le drapeau américain.
    Tu peux, si ta mauvaise foie ne tas pas encore causé dulcère, dire que les sortes de tombes cest pas tout a fait des étoiles. Mais en fait cest des tippi indiens, dou amérique, dou rapport.

    Bougggggaaaa !

  • Lestat

    01/03/2006 à 23h17

    Répondre

    Les hommes de Cro Magnons avaient justement un système de couleurs, même si il est vrai, ils tapaient rarement dans le vert fluo :

  • Anonyme

    17/03/2008 à 19h58

    Répondre

    le reve est un vice pourquoi en parler


    juste un ptite opinion pisk j'ai pas vu le film ^^ 

  • Danorah

    17/03/2008 à 20h11

    Répondre

    le reve est un vice pourquoi en parler


    Comment ça le rêve est un vice ??? [img]http://www.krinein.com/forum/images/smilies/weuh.gif" border="0" alt="" />

  • Lestat

    17/03/2008 à 20h14

    Répondre

    Ca n'a pas l'air mal. Est-ce qu'il y  a des dinosaures, des blonds épilés qui se battent contre des bruns hirsutes et des femmes préhistoriques en bikini-peau de bête ?

  • Anonyme

    17/03/2008 à 20h29

    Répondre

    sa rend les gens optimiste, aveugle 


    pour le film c'est dommage je pense que j'irais pas le voir alors


    deja que sa me tentais pas trop, pourtant le realisateur a fais ses preuves 

  • hiddenplace

    17/03/2008 à 20h31

    Répondre

    pfff c'est un bien un argument de pessimiste, ça: optimiste= aveugle, pessimiste=réaliste.


     

  • Anonyme

    17/03/2008 à 23h00

    Répondre

    en effet mais comment ne pas etre pessimiste


    l'etre humain est foncierement mauvais ^^ 

  • Anonyme

    19/03/2008 à 19h39

    Répondre

    Ou pas. L'être humain devient facilement mauvais, mais sa nature n'est pas méchante.Sinon nous n'en serions pas à 6 milliards d'abonnés à la vie sur terre.


     

  • Danorah

    19/03/2008 à 20h13

    Répondre

    Oh, ça dépend. Hobbes a(vait) une théorie là-dessus... En gros l'homme est naturellement enclin à faire du mal à ses congénères (attaque préventive pour éviter d'avoir à se défendre, astucieux ^^) mais comme il se rend compte que c'est pas une vie, il finit par se dire qu'il vaut mieux conclure avec les autres gens des pactes de non-agression mutuelle pour éviter de devoir être en guerre tout le temps. (Pas une guerre entre nations, une guerre entre individus où chacun est seul contre tous.)


    (Ouais, ça c'est de la synthèse de cours de philo taillée à la serpe ^^) 


    M'enfin bon si vous n'êtes pas d'accord, ne vous en faites pas il y en a pour tous les goûts, Rousseau par exemple pense tout le contraire.  


    Et sinon, je m'insurge, le rêve ne rend pas les gens aveugles, n'importe quoi. Pfff. 

  • Kei

    28/03/2008 à 13h20

    Répondre

    Grosse faute dans la critique, il ne faut pas lire T-Rex mais bien velociraptor.


    Et sinon, je suis fan des hommes des cavernes à dread et bouc bien taillé qui savent utiliser le conditionnel.  Et puis aussi des mamouths qui construisent les pyramides.


    Clairement moins jouissif que Dead Or Alive, mais l'amateur de nanar reconnaitra que ça vaut son pesant de cacahuètes. Sauf que ça devient chiant au bout d'un moment : 2 heures c'est trop long pour voir autant de connerie. 

  • riffhifi

    01/04/2008 à 11h25

    Répondre

    La plupart des films de Roland Emmerich étaient déjà surnommés "Zéro"...

  • Anonyme

    01/04/2008 à 11h35

    Répondre

    so right...

  • Guillaume

    02/04/2008 à 11h34

    Répondre

    10 000 poissons bien évidemment. Faut pas rire avec ça.

  • riffhifi

    02/07/2010 à 10h50

    Répondre

    Je viens de retomber sur ce poisson d'avril... or depuis, Emmerich a réalisé 2012 ! Il a juste oublié le deuxième opus de sa trilogie ^^

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques